Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 08:31

Algérie - Tourisme - Bientôt une feuille de route

le petit fute

 

Le ministère du Tourisme compte élaborer une carte de formation pour asseoir le secteur sur des bases solides.

C’est ce qu’a déclaré, hier, Smaïl Mimoun, ministre du Tourisme, en marge d’une cérémonie ayant regroupé les diplômés de différentes promotions de l’Ecole de tourisme d’Alger. «Le volet formation est la pierre angulaire de développement du secteur», a-t-il indiqué en soulignant la nécessité d’avoir une carte de formation qui prendra en charge les différentes préoccupations des cadres du secteur.

D’ailleurs, «la rencontre d’hier était une sorte de brainstorming», a-t-il dit, qui a permis aux acteurs du tourisme de s’exprimer sur les différents obstacles qu’ils rencontrent sur le terrain. Selon M. Mimoun, la feuille de route prochaine de son secteur prendra en considération ce diagnostic, présenté par les intervenants, afin de développer le secteur. «Nous voulons évaluer nos besoins quantitativement et qualitativement», a-t-il expliqué précisant que cet objectif passera par l’investissement dans la ressource humaine.

«Le produit formation doit être de qualité pour assurer une bonne prestation de service», a-t-il insisté en instruisant les formateurs à cibler toutes les activités et toucher à tous les profils de formation. M. Mimoun a insisté également sur le recours aux nouvelles technologies de l’information et de la communication pour mieux gérer le secteur.

Saisissant cette opportunité, les anciens étudiants de l’école, dont un certain nombre sont cadres dans le secteur du tourisme, ont exposé les différents problèmes qu’ils rencontrent sur le terrain. Il s’agit notamment du statut du cadre de tourisme qui ne bénéficie pas, selon eux, de promotion, même s’il passe une dizaine, voire une vingtaine d’années dans la gestion du secteur. D’autres ont soulevé le problème de l’équivalence des diplômes, car le diplôme délivré par les écoles de tourisme, considéré comme un diplôme professionnel, n’est pas reconnu par la Fonction publique.

Les intervenants ont sollicité le ministre afin de résoudre cet épineux problème qui empêche les diplômés des écoles de tourisme de postuler aux postes de travail au sein de la Fonction publique ou encore la possibilité de faire des études de postgraduation.

Répondant à leurs doléances, M. Mimoun s’est engagé à s’occuper de cet aspect purement administratif. Par ailleurs, le ministre du Tourisme a plaidé pour la création d’une association pour les anciens diplômés du tourisme et de l’hôtellerie pour qu’ils participent au développement du secteur.

Enfin, il a annoncé qu’à partir de l’année prochaine, les dix meilleurs étudiants de la promotion seront recrutés dans les différents établissements du tourisme et de l’hôtellerie. «Nous allons signer des conventions avec les opérateurs du tourisme pour le recrutement immédiat des dix meilleurs étudiants de la promotion», a-t-il promis.

Source Infosoir Djamal Djenane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires