Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 03:05

Cette visite attendue est très significative

claude gueant

Cette visite du ministre français de l'Intérieur, qui intervient avec un avant-goût de campagne électorale, permettra aux deux pays de remettre sur la table beaucoup de dossiers sensibles

Redynamisation des visites officielles entre l'Algérie et la France ou virée avec un avant-goût de campagne électorale? L'une ou l'autre ou les deux à la fois, la mission est endossée à Claude Guéant. Ainsi, le ministre français de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration est attendu dimanche prochain pour une visite officielle en Algérie, a-t-on appris de source autorisée.

Cette visite attendue donc pour le 4 décembre prochain, est très significative. Elle intervient dans un contexte très particulier. Cela aussi bien sur le plan du climat des relations algéro-françaises que sur le climat politique régnant en France. L'occasion sera offerte pour remettre sur la table les dossiers les plus sensibles entre les deux capitales.

En sa qualité de ministre de l'Intérieur, M.Guéant aura à ouvrir, certainement, avec son homologue algérien, Daho Ould Kablia, les dossiers relatifs à l'immigration, à la communauté nationale établie en France et à la coopération sécuritaire. Sur la question de l'immigration, le ministre français fait de cette question son cheval de bataille depuis son installation à la tête de ce département.

En matière de lutte contre l´immigration, M.Guéant table sur 30.000 reconductions aux frontières en 2011. Le même responsable compte également réduire de 20.000 chaque année le nombre d'entrées légales. La question des sans-papiers concerne directement des milliers d'Algériens en attente d'une régularisation. Pour des raisons historiques, la France reste la première destination pour les émigrés algériens, et ce, depuis des dizaines d'années. L'ancien secrétaire général de l'Elysée est persona non grata chez les immigrés en France, notamment chez la communauté musulmane. Il n'avait pas cessé de faire des déclarations qui avaient tendance à stigmatiser l´Islam.

Abordant l'accroissement de la communauté de musulmans en France, M.Guéant avait jugé qu'«un certain nombre de comportements posent problème». Quant à sa vision des immigrés, il croit dur comme fer que l'échec des enfants d'immigrés représente les deux tiers des échecs scolaires en France. C'est autant de déclarations qui font de Claude Guéant «un ministre provocateur» au sein de la communauté issue de l'immigration en France.

Ainsi, toutes les questions liées à l'immigration clandestine feront l'objet de discussions entre les deux ministres. Quant à la coopération sécuritaire, Alger et Paris sont liés par de nombreux accords relatifs à la coopération en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, le blanchiment de fonds et l'immigration irrégulière, et enfin la cybercriminalité. Ces conventions ont été paraphées notamment sous l'ère de Nicolas Sarkozy à la tête du ministère français de l'Intérieur.

En dépit de nombreux points de convergence entre les deux pays en matière de lutte antiterroriste, il n'en demeure pas moins qu'Alger et Paris se sont engagés dans un conflit silencieux concernant le paiement des rançons. L'Algérie a défendu dans les tribunes internationales le principe consistant à interdire le paiement de rançons aux terroristes contre la libération des otages. Il est reproché à la France d'entrer dans des négociations indirectes avec les groupes armés pour libérer les otages français, comme cela était le cas avec Pierre Camate. Loin du cadre officiel, ce déplacement intervient à quelques mois de l'élection présidentielle en France. M.Guéant est l'un des proches du président français. Avant de rallier le département de l'Intérieur, il était nommé secrétaire général de l'Elysée par le président Sarkozy. Il était également directeur de cabinet du ministre d'État, ministre de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire, poste occupé alors par l'actuel président français. Il était chargé en février 2010 de réchauffer les relations algéro-françaises empoisonnées à cette époque par Bernard Kouchner, ancien ministre français des Affaires étrangères.

C'est autant d'éléments qui témoignent des relations qu'entretient M.Guéant avec le président français. Dans ce sens, le ministre français aura pour mission de sonder la tendance du pouvoir algérien quant à la prochaine élection présidentielle. Les candidats à la présidentielle française ont toujours oeuvré pour arracher la sympathie de personnalités influentes et même des pays avec lesquels «Paris possède des relations stratégiques». A travers l'histoire de l'élection présidentielle en France, l'Algérie a toujours constitué un enjeu important dans l'équation. Lors de la dernière élection de 2007, M.Sarkozy avait effectué de nombreux déplacements entre Alger et Paris afin de gagner la sympathie de la communauté algérienne résidant en France. Notons que le premier enjeu est bien le réservoir électoral que constituent les émigrés algériens établis sur le sol français. La communauté algérienne arrive en tête des immigrés qu'accueille la France. Environ trois millions d'Algériens et de Franco-Algériens résident en France. Les électeurs algériens sont considérés parmi les plus importants de la liste «d'électeurs immigrés en France». En tout état de cause, il est attendu à ce que ce déplacement contribue au dégel et à la décrispation des relations algéro-françaises

Click here to find out more!Source l’Expression Tahar Fattani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires