Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 08:22

Plantu en LIBERTE surveillée

plantu.jpg

Le caricaturiste du quotidien français Le Monde est en Algérie depuis hier. Il croquera, une semaine durant, notre société.
Le célèbre dessinateur de presse français, Plantu, du quotidien Le Monde est arrivé hier matin à Alger. Dès l’après-midi, il a entamé sa première journée à Liberté, suite à un accord passé entre les deux quotidiens, selon lequel Plantu dessinera pour notre quotidien durant une semaine, alors que notre caricaturiste, Dilem, rejoindra à la même période le quotidien français.
Bien qu’arrivé le jour même, Plantu a assisté à la réunion du journal. Sur cette réunion, il dira : “C’est étonnant de voir comment les différents rédacteurs en chef et chefs de rubrique échangent avec beaucoup de simplicité. C’est assez sympathique. On est habitué à plus d’inquiétude, nous, dans nos réunions, du coup, je trouve que c’est une manière assez détendue d’aborder le travail. Et puis c’est peut-être la bonne méthode tout simplement.” De cet échange, Plantu qui a signalé qu’il était là “pour apprendre”, souhaite “être à la hauteur de ce que peuvent attendre les lecteurs”.
Son objectif n’est pas d’être au plus près de la réalité, mais de raconter quelque chose qui “fera un petit déclic et qui incitera le lecteur à aller au plus proche du meilleur débat”.
Pour lui, c’est au lecteur de se forger sa propre opinion afin qu’il puisse rebondir sur ses dessins, parce qu’il ne souhaite pas “imposer” une opinion.
“Je suis ici pour tendre un peu les élastiques du tremplin, par quatre petits crayons qui permettent de faire rebondir les opinions et les idées, parce que nous en France on dit souvent — et c’est vrai — que c’est une démocratie, mais je pense que ça ne suffit pas. On a à se nourrir de l’expérience et du regard des autres. Et je pense que nous en France, on a beaucoup à apprendre pour conjurer nos interdits”, a-t-il souligné. Bien qu’il connaisse l’Algérie depuis 1977 (année de sa première venue), chaque nouvelle venue lui permet de confirmer son sentiment, selon lequel il y a “une soif de se connaître, de part et d’autre de la Méditerranée. Une fois qu’on a évacué les deux, trois phrases idiotes que les gens disent de part et d’autre, on dit des choses beaucoup plus essentielles”.
L’intérêt du fondateur de l’association Cartooning for peace réside justement dans “l’état d’esprit d’après, pour qu’on puisse faire une sorte de complicité en images, des expositions, des rencontres, comme je l’ai fait avec Dilem à Alger, Oran et Constantine”.
Pour lui, tout l’enjeu est dans “la complicité fraternelle, mais surtout pas naïve. Quelque chose qui donne envie de faire des ponts, mais pas seulement entre l’Europe et le Maghreb, entre la France et l’Algérie, mais des ponts entre des opinions”. Par ailleurs, deux équipes de télévisions (Arte et TV5Monde pour l’émission “Kiosque” ont filmé cette première journée de Plantu dans les locaux de Liberté.

Source Liberté Sara Kharfi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires