Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 05:44

Vestiges d’un passé prestigieux

pieces-de-monnaie-guelma.jpg

 

Patrimoine - Le musée du théâtre romain de Guelma recèle des milliers de pièces de monnaie anciennes, véritable miroir du passé prestigieux de l’antique Calama et témoin des civilisations et des cultures qui se sont succédé dans cette la région.

Les pièces de monnaie étant une des traces matérielles sur lesquelles archéologues et chercheurs se penchent pour tenter d’analyser et de «lire» la vie des sociétés anciennes et leur développement aux plans politique, social, économique et culturel, la région de Guelma est classée parmi les sites les plus importants et les plus anciens d’Algérie pour avoir été habitée par la race humaine depuis l’aube de l’histoire.
Depuis la période coloniale à ce jour, les milliers de pièces de monnaie découvertes par les archéologues lors d’expéditions de fouilles dans cette wilaya dans l’est du pays, représentent les civilisations numide et romaine, ainsi que la période byzantine, ottomane et musulmane.
En dépit du poids des ans, avec ses lots de profondes mutations, de guerres, de déclin de civilisations et l’émergence d’autres cultures, le sol de l’antique Calama regorge de trésors, toujours intacts, comme les pièces de monnaie en or, en argent et en bronze. En quinze années, plus de 3 000 pièces ont été récupérées lors de fouilles ou, plus simplement lors d’opérations d’assainissement.
La dernière découverte a permis de mettre au jour, grâce à la vigilance des éléments de la Gendarmerie nationale, chargée de la lutte contre le trafic illicite des biens culturels, 365 pièces numismatiques. Parmi ces . Une mission conduite par le conservateur du musée de Guelma de l’époque avait mis au jour pas moins de 7 500 pièces de monnaie en bronze pesant 158 kg.
Ces pièces avaient été découvertes à proximité d’un mur romain remontant aux 1er et 2e siècles après J.-C. Cette découverte importante avait alors conduit à échafauder une hypothèse selon laquelle des trésors pourraient être enfouis dans les terres de Guelma. Une hypothèse qui donna lieu, plus tard, à un imposant travail de recherche du Français, Robert Turcan, qui, dans pièces, 131, datant de la période numide sont considérées comme rarissimes. 169 autres pièces du même lot, en bronze, remontent aux 1er et 2e siècles de notre ère. La plus importante découverte de pièces de monnaie anciennes dans la région de Guelma demeure celle effectuée en 1953un ouvrage paru en 1963 sous le titre Les Trésors de Guelma, évoqua la découverte, en 1846, dans cette même région, de 4 000 pièces de monnaie ancienne.
L’ampleur de ces découvertes a, de tout temps, suscité l’intérêt et la curiosité des chercheurs et des archéologues algériens dont beaucoup se sont penchés sur des études plus poussées sur l’origine et la particularité des pièces de monnaie de l’ancienne Calama.
Mme Farida Mansouri, chercheur à l’Institut d’archéologie d’Alger, a déclaré à l’APS que de par sa position géographique dans le nord-est de l’Algérie, et son emplacement entre Annaba (Hippone), Skikda (Rusicada), Souk Ahras (Thagaste) et Constantine (Cirta), Guelma a pu être un «centre d’échanges commerciaux des plus importants» et «un point de transit capital à travers les âges».

Source Infosoir R.L. APS

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires