Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 06:23

Algérie – passeport biométrique –Les hésitations du gouvernement, les femmes voilées et l’intégrisme….Le point
voile-islamique.jpg

Zerhouni met un terme à toute polémique -Le passeport biométrique et les femmes voilées
La veille du lancement des premiers passeports et cartes d'identité biométriques, le gouvernement algérien, même s'il ne le déclare pas ouvertement, prend au sérieux l'éventuelle apparition de certaines résistances chez les femmes voilées et, à un degré moindre, chez certains porteurs de barbe. Cette appréhension s'est dégagée avant-hier, à travers la communication donnée à Constantine par le ministre de l'Intérieur à I’occasion de la rencontre pour la région est du pays, dédiée au lancement de la deuxième phase de cette opération.
Selon Yazid Zerhouni, la susceptibilité des femmes voilées a été prise en charge dans la phase de préparation du lancement de l'opération. Pour preuve, il cite I’affectation, à chaque structure de daïra, d'une femme qui prendra en charge la numérisation des photos des femmes voilées. Un procédé qui évite à ces dernières de “poser” tête nue devant des inconnus.
Reste que le ministre sera muet quant à un éventuel scénario où la femme voilée s'opposera, non pas à se prendre en photo, dévoilée, par un homme, mais au fait que son portrait, tête nue, circulera par le biais des futurs documents biométriques dans des lieux publics. 
Autrement dit, le problème risque de se poser en des termes autres que ceux retenus par Yazid Zerhouni. En effet, les adeptes d'un islam rigoureux, disons les proches du wahhabisme, sont contre l'apparition de la femme tête nue sur les photos. Du coup, le fait que le photographe soit une femme ou un homme ne se pose même pas.
Pour les porteurs de barbe, le gouvernement semble avoir laissé le choix aux citoyens. Toutefois, le ministre de l'Intérieur, toujours à partir de Constantine, concédera que le fait de figurer barbu sur de tels documents créera des problèmes pour les concernés, à chaque passage devant les filtres au niveau des aéroports notamment. Un problème ramené par Yazid Zerhouni à sa simple expression technique. Le  relief de la barbe, au passage d'un filtre, risque de ne pas correspondre à celui numérisé sur le passeport biométrique obligeant le concerné à se soumettre à d’autres procédés d’authentification. Une façon de dire que c’est dans l’intérêt de ces barbus de se faire prendre en photo  numérisée, sans barbe, lors de la confection de la carte et du passeport biométriques.
Source Liberté Mourad Kezzar
Algérie - Biométrie, bureaucratie et intégrisme
Le ministre de l’Intérieur fait la promotion de la carte d’identité et du passeport biométriques. Tout est fin prêt, comme disent les responsables de ce genre de campagne, pour la réussite de l’opération.
Dès novembre 2015, nous devrions être parés de ces inimitables outils d’identification. Ce n’est pourtant pas la contrefaçon qui menace nos documents, mais le fait que des imposteurs peuvent se procurer de vrais documents, qu’il s’agisse de pièces d’identité, de cartes
grises, d’actes de propriété, de diplômes, d’attestations d’ancien moudjahid…
Si ces documents se vendent ou simplement s’offrent, en l’état actuel de la technologie, pourquoi deviendraient-ils inaccessibles parce que leur procédé de fabrication aura évolué ?
Les cartes grises vierges qu’on retrouve parfois par centaines sur les trafiquants de véhicules ou les passeports qui servent à mettre hors de portée de la justice des personnes recherchées pour détournements ne sont pas fabriqués dans des caves par de diaboliques bricoleurs. Non, ils proviennent de coffres-forts de l’administration, par ailleurs très rétive à délivrer une simple fiche d’état civil à l’impuissant quidam.
Cela changerait quoi à un permis de conduire “acheté” qu’il soit plus ou moins sophistiqué ? Qu’est-ce qui sécuriserait une carte d’identité biométrique si la “recommandation” bénéficie du laxisme du préposé habitué à obéir aux injonctions d’en haut ? Une carte avec la vraie empreinte de la main ou même de l’iris, si elle est complaisamment délivrée, reste une fausse carte d’identité. Une vraie-fausse carte d’identité, comme on les appelle.
D’un autre côté, la numérisation du registre de sécurité sociale n’a pas empêché l’empire du passe-droit en matière de prise en charge et celle de la carte grise le trafic de véhicules.
Il est d’heureux Algériens qui mettent bien plus de soin à entretenir et à renouveler la carte de “Club des Pins” qu’à conserver et à renouveler leur carte d’identité. Aux points de contrôle, la première leur confère “plus” de citoyenneté que la seconde. Certaines cartes professionnelles dispensent tout aussi avantageusement de la carte d’identité officielle.
Ce n’est pas moins le retard technique que la bureaucratie, la corruption et le passe-droit qui hypothèquent le progrès de l’administration nationale.
Mais le gouvernement agit comme si la bureaucratie était un simple effet de désuétude technique de ses instruments.
La biométrie, ainsi conçue, comme un objectif, Zerhouni oublie, dans sa campagne en cours, d’en évaluer les incidences en matière de bureaucratie et de fiabilité de l’identité. Par contre, il s’inquiète des appréhensions des intégristes. Jusqu’à tenter de les convaincre qu’une photo sans barbe leur faciliterait les transits internationaux ! Il fallait que l’État manquât de conviction pour être ainsi réduit à brandir “l’astuce” pour plaider l’utilité de sa réforme. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il envisage des femmes photographes dans les daïras pour ne pas violer l’intimité de la chevelure de nos pieuses concitoyennes. Les autres, les impies, auront peut-être le choix.
Le gouvernement des fidèles ne peut être aussi le gouvernement de la citoyenneté. Ni du progrès. Pour rester dans le visagisme, tout cela n’est que cosmétique.
Source Liberté Mustapha Hammouche
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires