Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 06:34

Alerte aux médicaments contrefaits

medicaments 2

 

Les chiffres annoncés par le directeur général des Douanes, Mohamed Abdou Bouderbala, lors de son discours inaugural de dimanche à l’occasion des travaux de la cinquième conférence nationale des cadres de l’administration des douanes qui s’est tenu à Tlemcen, et réitérés, hier, dans une déclaration à l’APS, ne sont en réalité qu’un rappel de l’ampleur prise par la contrefaçon en Algérie.

Ainsi, ce sont 60% des produits importés en Algérie destinés à la revente en l’état qui sont contrefaits. Une estimation faite sur la base du taux des saisies des articles contrefaits par rapport au volume global des produis importés pour la revente chaque année.

Une simple équation à résoudre pour quantifier «les proportions énormes» prises par ce délit économique qualifié de véritable fléau. Ce chiffre, en constante progression en Algérie, interpelle tous les acteurs économiques sur les dangers de la contrefaçon qui touche, désormais, à tous les produits.

Malgré l’importance des saisies annuelles par les services douaniers chargés de la lutte contre la fraude, entre 2 et 3 millions de produits contrefaits, l’Algérie reste loin, très loin même des standards internationaux pour la lutte contre la contrefaçon, à tel point, qu’en 2009, un rapport annuel établi par les services du Représentant au Commerce international (USTR), un organisme américain qui établit, chaque année et depuis 21 ans, une liste de pays «mauvais élèves» en matière de lutte contre la contrefaçon, classait l’Algérie à la troisième place sur une liste rouge de onze pays dite «de surveillance prioritaire» de la contrefaçon. En d’autres termes, après la Chine et la Russie, l’Algérie serait le pays qui lutte le moins contre la contrefaçon dans le monde.

Tout en confessant la faiblesse logistique de ses services, manque de moyens modernes d’expertise comme les laboratoires de contrôle au niveau des frontières ou l’insuffisance des agents douaniers, formés sur plusieurs marques de produits pour intercepter les articles contrefaits, ils sont 280, le DG des douanes incite toutes les parties engagées dans le combat à intensifier la lutte contre ces importateurs-fraudeurs.

Il citera nommément les propriétaires de marque, les associations de protection des consommateurs, comme les services des Douanes ou du Commerce qui doivent «réagir chacun à son niveau pour mettre fin à ce trafic».

Ces insuffisances enregistrées dans la lutte contre la contrefaçon ont déjà été soulevées par le même responsable, en janvier 2007, lors d’une rencontre sur «la propriété intellectuelle » tenue à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la douane, lorsqu’il avait déclaré à la presse que «l’Algérie ne dispose pas de moyens pour lutter contre ce fléau qui ne cesse de prendre de l’ampleur». Un fléau tel qu’il est l’un des points faibles du dossier algérien pour son adhésion à l’Organisation mondiale du commerce.

les plus en vogue puisque nombre de pseudo-importateurs s’y engouffrent. Touchant plus particulièrement les secteurs du tabac, des cosmétiques et des pièces détachées automobiles, il déborde aujourd’hui, les appareils électroménagers, la robinetterie à gaz et plus dramatique encore aux médicaments mettant directement en danger la vie des citoyens.

Selon M. Bouderbala, le modus operandi utilisé par ces importateurs «véreux» passe par une première étape qu’on peut appeler de façade avec l’importation du vrai médicament pour obtenir l’autorisation d’importation du ministère de la Santé, utilisée par la suite pour importer des médicaments contrefaits.

Ces vérités ne font que confirmer les études déjà menées par le groupe de protection des marques en Algérie, le GPM, qui place les cigarettes en hitparade des produits contrefaits importés avec 66%, suivies par les 28% des pièces de rechange automobile, l’électroménager, avec 2%, et les produits cosmétiques, avec 1%.

Concernant ce dernier produit, le premier responsable des douanes a affirmé que «presque la totalité des cosmétiques importés sont contrefaits et que tous les appareils de téléphonie mobile qui ne sont pas agréés par l’ARPT (autorité de régulation) sont aussi de faux produits», de quoi distiller le doute dans les esprits. Quant au préjudice économique, la contrefaçon ferait perdre à l’Algérie, chaque année, plus de 20 milliards de dinars, 7 000 emplois et 14 milliards de dinars en recettes fiscales.

Par ailleurs, et selon les chiffres du ministère du Commerce, 50% des pièces de rechange automobile, responsables d’au moins de 10 à 20% des accidents de la route, 30% des produits cosmétiques, 30% des vêtements et chaussures et 12% des appareils électriques circulant sur le marché national sont des produits contrefaits. Pour le DG des douanes, l’intensification de la lutte doit impérativement passer par le durcissement de l’arsenal répressif à travers la législation en matière de lutte contre la contrefaçon.

Source Le Quotidien d’Oran Moncef Wafi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires