Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 07:08
Moins de morts sur nos routes ?
Permis a points
Les accidents de la route ont de tout temps produit de sinistres bilans en Algérie. Malgré les multiples mesures de lutte engagées par les autorités publiques, le fléau n'a cessé d'enterrer des milliers de vies.
Une chose qui n’empêche pas la mise en place de nouveaux dispositifs pour l’organisation de transport routier ainsi que la lutte contre l’hécatombe routière. Le ministère des Transports procédera, dans ce contexte, à de nouvelles stratégies de contrôle. Il s’agit notamment du permis de conduire à points qui sera lancé prochainement. D’autres dispositifs de contrôle sont par ailleurs envisagés pour le contrôle du transport routier de personnes, de marchandises et par taxi, visant à améliorer la qualité du service et à veiller sur le respect des tarifs fixés. Ainsi, le département de transport s’engage dans une nouvelle politique pour mettre de l’ordre dans une circulation encombrée par les accidents, les morts et des dépassements de tous genres. Selon le ministère des Transports, le permis de conduire à points entrera prochainement en vigueur. Les services du ministère s’emploient actuellement à distribuer graduellement les nouveaux spécimens de ce document au niveau des différentes wilayas du pays. Le département de Amar indique dans ce sens que «14 wilayas ont reçu les documents relatifs au nouveau spécimen du permis de conduire» ajoutant que «selon le programme arrêté, toutes les wilayas du pays seront dotées des documents avant la fin de la semaine prochaine». Tou a affirmé que les nouveaux demandeurs de permis de conduire seront prochainement en mesure d’obtenir un permis probatoire valide deux ans puis d’un permis de conduire à points. Après deux années sans infractions commises impliquant le retrait du permis, les services concernés lui remettront un permis de conduire valide deux ou dix ans, selon la catégorie, a-t-il ajouté. Selon les explications données lors de cette rencontre, il sera procédé graduellement au retrait de l’ancien spécimen qui sera remplacé par le permis de conduire à points. Le ministre a précisé que le lancement de cette opération dépendait d’un programme tracé par la Direction de la règlementation et des affaires générales (Drag) au niveau de chaque wilaya. Cette mesure vise à «responsabiliser les conducteurs et à renforcer la lutte contre l’insécurité routière», selon le ministère des Transports. Le nouveau permis dispose d’un nombre de points fixé à 24. Toute infraction commise coûtera la perte de points inscrits sur le permis pouvant aller jusqu’au retrait du permis après la perte de tous les points, selon les explications fournies lors de cette rencontre. Le conducteur en infraction peut récupérer les points perdus en suivant une formation spéciale au niveau des centres de formation professionnelle désignés par le ministère des Transports et destinée à le sensibiliser aux causes et aux conséquences des accidents de la circulation. Il est attendu que cette mesure ait de bons répercussions positives sur le nombre de victimes d’accidents routiers qui sont moyennement à l’ordre de 4 000 morts par année.
Source Le Jour d’Algérie Yasmine Ayadi
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires