Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 10:12

Algérie – Le Point sur les intempéries

001000 Palmiers-sous la neige

 

Record de la consommation d’électricité - Sonelgaz prévoit d’autres pics à cause du grand froid

La consommation nationale en électricité cet hiver a atteint mercredi dernier à 20 heures un pic record de 8 305 MW, contre 7 764 MW l’année dernière, soit une hausse de 7% par rapport à la même période de l’année passée, a annoncé avant-hier dans un communiqué le groupe Sonelgaz. Un taux de consommation qui selon le groupe «représente l’équivalent de la puissance d’une centrale, comme celle de Berrouaghïa (Médéa)».

Ainsi, pour expliquer ce pic, le groupe dira que «cette importante évolution de 541 MW, est due à la vague de froid qui traverse le pays»,ajoutant que d’autres records de consommation «peuvent encore être enregistrés dans les prochains jours» à cause de cette période hivernale particulièrement froide. En effet, pour Sonelgaz, «la température est la première contrainte climatique ayant un impact systématique et immédiat sur la demande de l’électricité et sur la gestion du réseau électrique». De ce fait, la baisse du mercure a engendré des pics de consommation d’électricité sachant que nombreux sont les citoyens à recourir, pour se chauffer, aux appareils de chauffage électriques. De plus, la hausse de la consommation électrique atteint son maximum à partir de 19h, lorsque les besoins quotidiens des utilisateurs parviennent à leur degré maximal, en ce sens où, expliquera la communiqué de Sonelgaz, «tous les foyers allument simultanément éclairage, chauffages électriques et autres appareils ménagers, tels que les postes téléviseurs, micro-ordinateurs et autres appareils électroménagers».

Lynda Naili Bourebrab

Les opérations de désenclavement se poursuivent à Béjaïa - Neuf familles évacuées et des villages toujours enclavés

Neuf (09) familles de Bouhiane commune de Melbou (est de la wilaya de Béjaïa) ont été évacuées avant-hier vers un centre de vacance transformées momentanément en «centre de transit» pour familles sinistrées dans la commune de Souk El- Tennine, Melbou. Ces familles étaient en danger car leurs maisons menaçaient de s’effondrer pour certaines, ou ont été gravement touchées pour d’autres, après les intempéries qui se sont abattues sur la wilaya de Béjaïa. Par ailleurs, 15 vaches ont été coincées dans la neige dans le Douar dit Ighil Ouli (Taghma) dans la commune d’Aït Smaïl, à l’est de la wilaya, où des citoyens nous ont contactés hier et avant-hier pour demander de l’aide. Dans ce village, la route était tellement enneigée que les deux engins envoyés sur place jeudi pour déblayer la route ne pouvaient avancer en raison du verglas. L’un des engins s’est même coincé car stationné dans un endroit inadéquat pour remonter une pente très accidentée. Les citoyens nous ont demandé de jouer les intermédiaires pour informer les autorités sur la nécessité d’intervenir avec des moyens adaptés, notamment des engins à chenilles pour pourvoir sauver ces 15 bêtes dont le prix est estimé à 140 000,00 DA la tête. Ils ont également demandé du gaz butane et l’approvisionnement en eau potable. Outre Ighil-Ouli, le douar Bouraâ était également isolé dans cette commune. Le CW de wilaya 06 reliant les localités d’Aït Smaïl, Bordj Mira et Bouandas (Sétif) a été rouvert, mais la circulation était très difficile par endroits. Pas moins de 15 poulaillers ont durement été touchés dans la localité d’Adekar, située à plus de 1 200 m d’altitude, ainsi que ceux situés dans les petits douars tels que Ath-Yahia, Laâziv et Ikhtavens, etc. Le toit du bureau de poste de Thadart Tamoukrante dans la commune d’Amizour a cédé sous le poids de la neige. Des ruches, poulaillers et cultures ont été endommagés par la neige dans plusieurs localités montagneuses, ont déploré de nombreux paysans et fellahs hier. Ils parlent de pertes importantes. Par ailleurs, de nombreux villages étaient encore isolés hier, notamment à Aït Smaïl (Ighil Ouali, Bouraâ) et dans la commune de Kendira (Takarouvth, Zeka et Afroune N’cheikh, Ighil Hamdoune, Amalou, Ighil Ouan, etc.). Les engins de l’armées son à pied d’œuvre, poursuivant le déblayement de la neige sur la RN 75, mais le convoi de solidarité des citoyens de Barbacha composé de trois bus, six ou sept autres véhicules pleins de vivres n’ont pas pu s’y rendre à cause de la neige qui n’est pas totalement déblayée, nous informent des habitants.

Hocine Cherfa

Partager cet article
Repost0

commentaires