Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 09:29

D’autres prestations seront également lancées.

port-de-Rouiba.jpg

 

Cité hier par l’Agence presse services, le PDG du port d’Alger, Abdelaziz Guerrah, a

indiqué que son entreprise est en train de créer une nouvelle filiale avec la Société de transport intermodal de marchandises (STIM).

Une base logistique sera, en effet, créée par le premier port algérien à Rouiba pour le stockage des marchandises.
Vocation de cette filiale, la réalisation d’une base logistique de neuf hectares, partiellement couverte à Rouiba, à même d’absorber une partie du trafic qui transite par le port d’Alger. Baptisée Algerian intermodal logistic du centre (AILC), la nouvelle entreprise sera détenue à 64% par l'Entreprise portuaire d'Alger (Epal) et à 36% par la STIM, filiale de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF), précise M. Guerrah.
L’entreprise se chargera du stockage temporaire de marchandises, tout en développant l'activité du transport dit «bout en bout», assurant le transport du port jusqu'a destination du client, en utilisant les réseaux ferroviaire et routier, a expliqué le P-dg du port d’Alger. «Les statuts de l'AILC sont prêts, le dossier de demande d'obtention du registre du commerce a été déposé, alors que nous sommes en phase de finalisation des étapes exigées par la législation en vigueur pour la création de cette filiale», a-t-il ajouté.
Sur les retombées de ce projet, M. Guerrah a souligné qu'avec la prise en charge d'une partie de ce trafic, assuré actuellement par des opérateurs privés, l'Epal va récupérer une nouvelle part de marché et développer de nouvelles prestations. Ainsi, si un client de Tamanrasset dépose son dossier à l'AILC, cette dernière s'occupera de toutes les formalités notamment de dédouanement, de transit, d'entreposage au niveau de cette base logistique et de transport des marchandises, dira-t-il.
L’offre, d’autres prestations en vue
Après la mise en exploitation de cette aire de dépôt temporaire, il est prévu la réalisation à Réghaïa d'un parc à feu d'une superficie de sept hectares destiné au stockage de produits dangereux.
Actuellement, le port de la capitale «souffre d'un véritable déficit d'infrastructures pour la réception de conteneurs de ces produits», indique M. Guerrah. Par ailleurs, les travaux de démolition de toutes les constructions obsolètes sont en cours pour la récupération de nouveaux espaces pour l'entreposage et le traitement des conteneurs, selon M.Guerrah.
En outre, l'Epal est en train d'effectuer une opération de mise à niveau de ses directions sur le plan management et de la certification ISO 9001 version 2008.
Le port d'Alger prévoit également l'acquisition de nouveaux moyens de traitement des navires, notamment un remorqueur de 45 tonnes, 4 chariots élévateurs à fourches de 32 tonnes, et de différents autres tonnages, deux grues ainsi que des vedettes et quatre canots d'amarrage. Ce qui permettra certainement de remédier aux dyfonctionnements du port d’Alger, notamment la saturation de ses 36 quais d’entreposage, la vétusté de ses infrastructures et la lourdeur des procédures de dédouanement.
Le trafic en hausse déjà de 8%
Notons, néanmoins, que le trafic de marchandises au port d'Alger a atteint 6,77 millions de tonnes (MT) au cours des six premiers mois de 2013, en hausse de 7,85% par rapport à la même période de 2012.
Sur les 6,77 MT transités, l'Epal a traité 5,04 MT de marchandises contre 4,63 MT durant la même période de l'année précédente, soit une augmentation de 8,85%. D’autre part, le nombre global de conteneurs traités au port d'Alger a atteint 375
223 de janvier à juin 2013 contre 356 432 conteneurs durant la même période de 2012, en hausse de 5,27%.
Sur ce nombre, l'Epal a traité 169 590 conteneurs au premier semestre 2013 contre 160
016 unités durant le même semestre de l'année 2012, soit une évolution de près de 6%.
Quant au nombre de conteneurs traité par DP World de janvier à juin 2013, il a atteint 205
633 contre 196.416 boîtes durant la même période de l'année dernière, soit une évolution de 4,69%0. Rappelons que le groupe émirati DP World est chargé de la gestion du terminal à conteneurs du port d'Alger, en vertu d'un accord de concession signé en novembre 2008 entre l'Epal et DP World.
Les navires ayant accosté au port d'Alger ont atteint le nombre de 1
086 de janvier à juin 2013 contre 101 navires durant la même période de 2012, enregistrant une augmentation de 7,52%.
Durant l'année 2012, le volume des marchandises transité par le port d'Alger a connu une hausse de 4,37% à 12,62 MT contre 12,09 MT en 2011.
Source Le Soir d’Algérie Chérif Bennaceur

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires