Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 09:45

«L'Algérie possède les moyens de mener cette révolution du savoir»

bouteflika-ouargla.jpg

La visite, hier, du président de la République à Ouargla a permis d’inaugurer de nombreuses réalisations qui auront une incidence directe et positive sur la vie des populations.

Les étudiants en premier lieu avec la réception de 6000 nouvelles places pédagogiques réalisées par des entreprises algériennes. Les enseignants-chercheurs ont été  aussi agréablement surpris par l’annonce de «nouveaux régimes indemnitaires encourageants et attractifs». Selon des sources syndicales, les salaires seront presque doublés.

Le chef de l’Etat, qui a révélé avoir donné des instructions dans ce sens au gouvernement, a été fortement applaudi par les dizaines de professeurs, d’étudiants et des responsables du CNES. Cet intérêt pour la famille universitaire a été fortement réaffirmé par le chef de l’Etat qui a présidé la cérémonie officielle de l’année universitaire 2010-2011 à l’université Kasdi-Merbah où des dizaines d’étudiants et de travailleurs ont tenu à le saluer. «Nous voulons faire de l’université un moteur de notre développement et encouragerons la compétition», dira t-il. Le ministre de l’Enseignement supérieur, Rachid Harraoubia, avait auparavant affirmé que le nombre de places pédagogiques ou de résidences a augmenté cette année. On chiffre les premières à 1300 000 dont 118 000 nouvelles et le nombre des secondes est passé de 313 000 à 368000. Selon lui, « 240 000 nouveaux  étudiants ont été inscrits et les réformes ne vont nullement brader les acquis».

Efforts titanesques

Le président de la République dans son allocution a rappelé  les efforts de l’Etat en matière d’infrastructures avec l’ouverture depuis 2009 de quatre écoles supérieures, de dix écoles préparatoires et de trois nouveaux centres universitaires. Le saut qualitatif selon Bouteflika est aussi «dans le budget alloué au secteur ainsi que dans le réseau national de recherche et la création d’un cadre propice pour l’épanouissement des chercheurs réhabilités et revalorisés». A cet effet, le Président a annoncé que dans la cadre du plan quinquennal en cours, l’université algérienne sera renforcée par 600 000 nouvelles places pédagogiques et 45 000 lits.

Le Président a plaidé  surtout «pour une économie moderne basée sur le  savoir et les nouvelles technologies devenues la première ressource stratégique des nations». «L’université, ajoutera-t-il, doit s’intéresser à la qualité de la formation pour qu’elle puisse se hisser au niveau des standards internationaux».

Notre université, selon le Président, doit être «plus compétitive et devenir des pôles de formation des experts et spécialistes pour aller vers une économie moderne basée sur une bonne exploitation des compétences».

Accueil chaleureux

Soulagement également pour les simples citoyens, notamment  les malades de la région obligés dans maints cas à faire des milliers de kilomètres pour des analyses ou des soins. La clinique ophtalmologique est un véritable joyau. Fruit de la coopération algéro-cubaine, elle compte notamment quarante lits, un laboratoire et trois salles opératoires. La clinique a été acquise par l’Etat algérien à l’exception des équipements médicaux.  Ouargla compte désormais  un centre anti-cancer qui aura une vocation régionale et évitera les coûteux déplacements des patients de cette lointaine région vers les structures spécialisées au nord. Selon le directeur de la santé, «ce service implanté à l’hôpital Mohamed- Boudiaf aura pour effet de développer d’autres activités comme la chirurgie infantile et les services de transfusion sanguine.

Le secteur de la justice n’est pas en reste puisque  la ville compte désormais une nouvelle cour d’un coût de 70 milliards de centimes. Elle respecte l’architecture locale et offre toutes les commodités.

Les citoyens de la ville ont accueilli chaleureusement le Président à son arrivée vers  11 heures  au boulevard Haouas de la nouvelle ville de Ouargla. Les troupes folkloriques, les cavaliers juchés sur des chevaux où des chameaux étaient au rendez-vous. Sur un parcours de près d’un kilomètre, le Président a salué une nombreuse foule où la majorité était des jeunes dont beaucoup immortalisaient l’événement sur leurs portables ou  agitaient des drapeaux en miniature ou des portraits du Président. Ceux que nous avons approchés ont aussi manifesté leur joie pour le projet de déminéralisation de l’eau dont la salinité était une hantise pour les foyers. Dix stations dont une à Touggourt vont définitivement régler ce problème. Le surplus d’eau qui remontait de la cuvette entraînant tantôt des inondations tantôt des maladies, sera transféré à 40 kilomètres dans le cadre de réalisation par des entreprises étrangères et l’ONIDI d‘un mégaprojet de 27 milliards de dinars.

Par ailleurs, le président Bouteflika a procédé, au niveau de la 4e Région militaire, à l'inauguration d'une station de maîtrise, de contrôle et de réception de l'image satellitaire, dotée d'équipements ultramodernes.

Des explications ont été fournies au chef de l'Etat sur le fonctionnement et les missions dévolues à ce centre dont la gestion est assurée par un personnel algérien hautement qualifié. 

Source Horizons R. Hammoudi.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires