Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 03:29

Algérie - Mohand-Chérif Hannachi - “Je ne me suis jamais retiré de la présidence de la JSK !”

hannachi JSK

 

Le prétendu retrait de Mohand-Chérif Hannachi de la présidence de la JSK aura suscité, durant tout ce week-end, beaucoup de commentaires et surtout de nombreuses interrogations en Kabylie. Accosté hier après-midi au cimetière M’douha de Tizi Ouzou, où il a tenu à assister aux obsèques de Mustapha Annane, l’ancien milieu de terrain international qui fut son ami et surtout son coéquipier à la JSK depuis les minimes jusqu’en séniors, Hannachi a tenu à nous préciser qu’il n’a jamais été question d’un retrait de ses fonctions de président de la JSK. “Je suis toujours là et je continuerai à servir mon club la JSK tant que Dieu me donnera santé et vigueur.
C’est vrai que je suis malade depuis quelques jours et mes médecins m’ont conseillé de prendre quelques jours de repos et me soigner énergiquement pour ne pas aggraver mon état de santé. Donc, c’est juste un congé et non pas un retrait”, a-t-il déclaré. “J’ai déclaré aux journalistes que je n’avais reçu aucune décision de suspension émanant de la FAF et que de toute façon je ne mérite aucune sanction”, dira Hannachi, qui a été aux côtés de Mahieddine Khalef. “Par ailleurs, je n’ai jamais annoncé la nomination de Mahieddine Khalef comme conseiller technique de la JSK, car Khalef fait partie du club depuis longtemps déjà. Il a toujours aidé et conseillé le club même dans les moments difficiles. Il est là devant vous et il peut vous confirmer qu’il n’a jamais quitté la JSK et qu’il est toujours chez lui. Mieux encore, je peux même lui proposer la fonction de président de la JSK s’il est disposé à le faire. Tout cela pour vous dire que Mahieddine Khalef a toujours servi la JSK et il continuera à la servir de loin ou de près, que ça soit bien clair !”, précisera le président Hannachi, qui ne s’est pas déplacé hier à Bordj Bou-Arrérridj avec son équipe qui affrontait le club local, mais il s’est envolé hier soir vers Paris pour subir un bilan médical approfondi dans un hôpital parisien.
Visiblement malade et surtout terriblement marqué par une semaine éprouvante en raison des échéances africaines de son club et surtout du conflit JSK-FAF, le président Hannachi a donc décidé de prendre quelques jours de repos tout en ayant confirmé l’intérim à deux de ses proches, en l’occurrence Mustapha Ouaked, vice-président de la JSK et Saïd Boukari, secrétaire général de la JSK.

Source Liberté Mohamed Haouchine

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires