Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 11:31

MSP, En-Nahda, El Islah et le «Printemps arabe»

contestation dans le monde arabe

 

Les salafistes algériens se rebiffent. Le «Printemps arabe» a encouragé les formations politiques du courant islamiste modéré à se «révolter», d’autant que leurs homologues tunisiens, marocains et égyptiens ont réussi à atteindre le sommet, alors qu’il y a une dizaine d’années, personne n’avait tablé sur cela. Du coup, nos islamistes veulent rééditer l’exemple des pays arabes. Ils croient dur comme fer arriver au pouvoir l’année prochaine. Une date qualifiée par ces derniers d’«islamiste».  Poussés par les triomphes électoraux des formations islamistes modérées en Tunisie et en Egypte, le Mouvement de la société pour la paix (MSP), tout comme En-Nahda et El Islah, sont déjà au septième ciel. De son côté, le MSP prévoit de quitter la coalition (l’Alliance présidentielle) pour accentuer la pression sur le gouvernement et l’inciter à accélérer la mise en œuvre des réformes politiques. «Nous sommes pour un régime parlementaire et non pour un régime présidentiel comme c’est le cas actuellement, et nous allons faire campagne pour modifier la Constitution», a déclaré avant-hier Bouguera Soltani, chef de file du MSP, dans une interview à Reuters. L’homme fort du MSP ajoute : «La décision finale (de quitter le gouvernement) reviendra à la choura (chambre consultative) qui devrait se prononcer d’ici la fin du mois. Personnellement, je suis du côté de ceux qui veulent quitter le gouvernement et la majorité est avec moi». Il a également déclaré que «les circonstances qui ont donné naissance au gouvernement de coalition en 2002 ne sont plus d’actualité. Nous devons trouver une nouvelle manière de faire de la politique». L’éventuel retrait du MSP de la coalition avant les élections législatives d’avril ne privera pas le gouvernement de sa majorité mais pourrait avoir une conséquence dans les urnes, surtout que le parti jouit d’une assez forte popularité dans les milieux conservateurs. A l’exception de quelques émeutes contre la hausse des prix du sucre et de l’huile début 2011, l’Algérie a été épargnée par la vague de contestation populaire qui a déferlé sur l’Afrique du Nord et au Moyen-Orient en début d’année. En Tunisie comme en Egypte, les partis islamistes apparaissent comme les grands gagnants des manifestations qui ont fait tomber des régimes en place depuis des décennies. Le parti Liberté et Justice des Frères musulmans est en tête après les deux premières phases des élections législatives en Egypte et le secrétaire général du parti Ennahda, réputé modéré, a été chargé de diriger le futur gouvernement en Tunisie. Au Maroc, le Parti islamiste de la Justice et du Développement (PJD) a remporté à la majorité les élections législatives, alors qu’il n’avait jamais rêvé arriver au pouvoir. Le «Printemps arabe» a été l’opportunité saisie par cette formation politique, avec la complicité du roi Mohammed VI.     

Source Le Jour d’Algérie Sofiane Abi   

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires