Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 08:33

Une cohabitation politique envisagée

analystes politiques

 

Outre le RND et le FLN, le futur gouvernement dont les couleurs sont déjà annoncées, verra – peut-être – pour la première fois, l'entrée du FFS et du MPA, parti de l'ex-ministre de la Santé, Amara Benyounès.

Une cohabitation politique dans la composition du prochain gouvernement est envisagée, d’autant que le FFS – parti d’opposition – siège désormais avec 26 députés au sein de l’Assemblée (APN) élue le 10 mai dernier. Toujours à gauche, le Parti des travailleurs (PT), par la voix de Louisa Hanoune, a exclu l’entrée de son parti au gouvernement, arguant que «le partage des pouvoirs doit être basé sur le nombre de sièges obtenus aux législatives». Après la victoire du parti FLN, qui conserve sa majorité à l’Assemblée populaire nationale avec 208 sièges des 462, suivi de son allié le RND qui vient en deuxième position, la question qui reste toujours posée est la suivante : qui composera le futur gouvernement ? Si l’on tient compte de la majorité parlementaire, le prochain gouvernement sera issu majoritairement du FLN. Qu’en est-il alors des autres partis, à l’image du vieux parti de l’opposition, à savoir le FFS, dont la participation aux législatives constituait en soi un fait voire un véritable enjeu ? Pour le parti de Hocine Aït Ahmed, sa participation aux législatives du 10 mai est «tactique» et stratégique. Reste que sa participation à la formation du prochain gouvernement, c’est en tout cas un vœu que le FFS s’autorise à formuler mais que ses cadres exécutifs et militants, sanctionnés ou écartés, rejettent. Pourtant, le premier secrétaire national a levé toute équivoque sur cette question. Ali Laskri, lors d’une rencontre régionale des militants des fédérations du parti FFS tenue à Oran, a réaffirmé la position de son parti visant à consacrer l’alternance démocratique de manière pacifique. Le secrétaire national a souligné l’objectif du FFS qui consiste à donner la primauté au politique. «La revalorisation du politique reste une des priorités du parti», a-t-il encore précisé. A propos de la participation du FFS au prochain gouvernement, Ali Laskri a affirmé que son parti n’y voit aucun «inconvénient», tout en restant sur sa ligne «gauche», l’opposition. Le MSP, qui a eu à partager la gestion des affaires de l’Etat aux côtés de ses ex-alliés le FLN et RND, renonce cette fois-ci à cette fonction. Le parti de Bouguerra Soltani a tranché sur la question de sa participation au gouvernement. Le conseil consultatif a opté pour la non participation au prochain gouvernement et Parlement. Idem pour le parti de Djaballah, Front de la justice et du développement (FJD), qui a affirmé que sa formation ne participera pas au prochain gouvernement bien que des personnalités du parti auraient, selon lui, été «officieusement » contactées en ce sens. «J’ai refusé des propositions transmises par des intermédiaires à participer au prochain gouvernement, car le parti milite pour un projet et n’acceptera aucun marchandage», a insisté Djaballah lors d’une conférence de presse. Enfin, le parti d’Amara Benyounès (Mouvement populaire algérien) a annoncé les couleurs et siègera probablement au prochain gouvernement. L’ex-ministre de la Santé figurera, sans l’ombre de doute, dans le prochain gouvernement peut-être multicolore…

Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires