Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 07:09
A quand la révision de la Constitution ?
algerie les deputes quittent l assemblee
 
La question de la révision de la Constitution qui avait suscité un tapage médiatique et  un intérêt particulier chez la classe politique n'emballe plus les leaders des partis. Le projet de révision de  la Constitution est, semble-t-il,  renvoyé aux  calendes grecques.
Annoncée  pour ce premier trimestre  en cours,  cette  révision  voulue  par le président Bouteflika  tarde  à venir.  La déclaration faite en avril 2011 par le chef de l’Etat  dans son discours à la nation avait suscité un large intérêt au sein de la classe politique et un tapage médiatique vu  l’importance de l’annonce portant  sur la loi fondamentale  du pays. Au début,  le projet de la réforme constitutionnelle était  le sujet favori  de  la classe politique. Aujourd’hui, la question ne fait plus débat alors que certains chefs de partis supposent  que le Président  Bouteflika aurait «renoncé» à un projet qui lui tenait à cœur. Plusieurs  leaders de partis  ont été  reçus  par  le Premier ministre.
 Dans  ce cadre,  Sellal  avait  reçu  Amar Laskri, premier secrétaire du FFS, Louisa Hanoune,  secrétaire  générale du PT et  Bouguerra Soltani, président du MSP.
Sellal s’apprête à recevoir prochainement une autre personnalité politique d’envergure dans le cadre des consultations sur  le projet de révision  de la Constitution. Ces rencontres et les futurs rendez-vous   sont axés essentiellement  sur  la révision constitutionnelle voulue par le Président Bouteflika  et qui constitue le couronnement  des réformes politiques  engagées depuis  2011. Durant les consultations menées par Sellal, ce dernier a  écouté les  propositions  de la classe politique sur cette question. Dans  le fond, des sources  ont indiqué que trois chapitres essentiels dominent ces consultations. Il s’agit, précise-t-on,  de  la nature du régime politique à travers la révision de la Constitution (présidentiel ou parlementaire), le calendrier précis du long processus avant le référendum et enfin les aspects fondamentaux de la Constitution.  Sellal,  qui a rencontré au moins  cinq leaders  politiques, devrait rencontrer dans  les prochains jours  d’autres  chefs de partis,  en  plus de personnalités nationales et historiques, des experts et juristes de renom ainsi que d’anciens dirigeants politiques. A l’issue de ces consultations, Sellal devrait présenter ses conclusions sous forme de rapport  dans les prochains jours, sur  la base  duquel le Président  Bouteflika décidera d’installer une commission élargie chargée de rédiger une nouvelle Constitution. Le président du MSP  a  insisté avant-hier sur  la révision de la Constitution qui doit décider de la nature  du régime. De son côté, le président du parti AHD 54, Fawzi Rebaine, a souligné également la nécessité de consacrer l’indépendance de la justice et renforcer les mécanismes de contrôle pour la lutte contre la corruption.  A une question relative aux propositions avancées par son parti au sujet de la révision de la Constitution, Rebaine a répondu que sa formation politique avait opté pour un système présidentiel, et suggéré que le Chef du gouvernement soit responsable devant le Parlement et un mandat présidentiel de quatre ans renouvelable une seule fois.            
Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires