Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 08:51

Algérie - Jijel - Irriguer les plaines côtières

irrigation.jpg

 

Le projet d’irrigation des plaines côtières de la bande Jijel-Taher, sur une superficie de 4 885 hectares, donnera une nouvelle impulsion à l’agriculture dans cette wilaya du littoral.

«Cette action s’ajoute à l’étude de réhabilitation du périmètre irrigué de Belghimouze, sur une surface de 800 hectares», a indiqué, hier, le Directeur de wilaya de l’hydraulique (DHW). Ce même responsable estime que le projet d’irrigation des plaines côtières, inscrit en août 2002 à l’indicatif de l’Agence de gestion des irrigations et drainages (Agid), avant d’être transféré, en novembre 2010, à la DHW, doté d’une Autorisation de programme (AP) de 39 milliards de dinars, enregistre un taux d’avancement proche des 100%. «Ce projet n’a cependant été réceptionné que «partiellement» en raison de l’opposition des propriétaires de terrains riverains», a indiqué Tahar Iftini, précisant toutefois que les modalités d’expropriation sont aujourd’hui en voie d’achèvement. Le changement opéré en matière de tracés et les retards dans la réalisation imputables à l’entreprise spécialisée dans l’aménagement hydraulique, font également partie du lot de contraintes rencontrées par cet important projet destiné à irriguer d’importantes superficies agricoles, selon ce responsable qui a ajouté que la gestion de ce périmètre irrigué a été confiée à l’Office national d’irrigation et de drainage (Onid) en mai 2010. Le projet de Belghimouze porte sur une étude de réhabilitation de cette aire agricole de 800 hectares. Confié à un bureau d’études spécialisé pour un délai de six mois, ce projet est considéré comme «important» dans la mesure où il permettra de réhabiliter un grand espace agricole en vue de donner une nouvelle dynamique à la production agricole dans cette région. Une région, a rappelé le DHW, caractérisée par le maraîchage de plein champ ainsi que par la plasticulture dont les produits «inondent» les marchés de plusieurs régions de l’est du pays. Parmi les autres projets en cours d’exécution, le même responsable a noté l’aménagement de l’oued Boukraâ sur 3,8 km, l’ouverture et l’aménagement des pistes agricoles sur 90 km et la réalisation d’un réservoir de 11 160 m3 destiné à renforcer l’Alimentation en eau potable (AEP) de plusieurs localités. Le DHW relève cependant «certaines contraintes» contrariant la mise en œuvre des programmes du secteur. Il s’agit notamment, selon lui, du manque d’entreprises spécialisées dans le domaine hydraulique et l’insuffisance, voire l’absence de moyens de contrôle et de suivi des projets.

Source Infosoir R .L. / APS

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires