Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 06:29

Algérie - Permis à points : Le texte d’application prêt

permis---points.jpg

Le projet de loi sur le permis à points sera présenté prochainement au gouvernement. C’est ce qu’a annoncé, hier, le ministre des Transports, Amar Tou, en marge des travaux de la journée d’évaluation de l’application du code de la route.

«Nous avons déjà préparé le texte d’application sur le permis à points », a-t-il dit, ajoutant que les parties concernées, dont le ministère des Transports, la Justice et la Gendarmerie nationale, se sont réunies pour étudier toutes les propositions faites par les départements ministériels et se sont mises d’accord pour la rédaction finale de ce projet de loi consacrant le permis à points.
Le permis à points vise la protection de la vie des usagers de la route et l’application de la loi, mais permet aussi au conducteur de corriger ses erreurs. Car pour la directrice du transport terrestre et urbain, le facteur humain est la cause la plus élevée dans les accidents de la route. Elle a fait savoir que le permis à points est un dispositif pédagogique qui contribue aux objectifs de sécurité routière. Du capital de 24 points, il sera retiré 4 points en cas de contravention et 8 points en cas de délit.
Le conducteur peut obtenir reconstitution des points s’il se soumet, à ses frais, de poursuivre une formation. Lorsque le conducteur perd la totalité de ses points, il est fait mention au fichier national d’infraction aux règles de la circulation routière. Cette mention est retranchée de ce fichier lorsqu’il n’aura pas commis d’infraction pendant les deux années qui suivent. Dans son intervention à l’ouverture des travaux, M. Tou a affirmé que de février 2010 à janvier 2011, 3.639 morts et 53.045 blessés ont été recensés. Soit une baisse de 976 en termes de victimes et 11.103 de blessés par rapport à la période de février 2009 à janvier 2010.
M. Tou a indiqué que de février à mai 2009, le nombre de personnes tuées dans les accidents de la route a atteint 1.322. Une baisse a été enregistrée pour la même période en 2010. Toutefois, a-t-il constaté, durant la même période en 2011, elle a atteint 1277 victimes, soit 277 de plus.
Le ministre explique cette hausse par une certaine retenue de la part des agents de l’ordre public suite aux émeutes de janvier et aux événements dans la région du Maghreb. M. Tou a précisé qu’« après l’application de l’approche pédagogique en privilégiant la sensibilisation des conducteurs, on s’est rendu compte de la nécessité d’appliquer de manière rigoureuse des nouvelles dispositions ». Le ministre a affirmé que si la loi n’est pas appliquée, on perdra 1000 âmes cette année. Le représentant de la Direction générale de sûreté nationale a constaté que comparativement à 2010, une hausse de 25% des accidents a été enregistrée pour le premier trimestre de l’année en cours, avec 26% de blessés de plus et de 2% de morts. Dans le même ordre d’idées, il a affirmé que les accidents ont coûté 40 milliards de dinars en 2009 et pas moins de 32 milliards de dinars en 2010. Le même orateur a indiqué que depuis janvier dernier, il a été enregistré 13.540 contraventions, 4033 infractions et 8273 mises en fourrière.
De son côté, le représentant de la Gendarmerie nationale a affirmé que les transports de voyageurs et de marchandises, qui ont causé 45% des décès survenus sur les routes, sont à l’origine de 3% des accidents et 32% des blessés. Il a relevé que depuis février dernier, le nombre d’accidents a connu une hausse de 35,37%, celui des morts 23,31%, et les blessés 36,98%. Sur un autre plan, il a noté le retrait, depuis janvier dernier, de 97.452 permis de conduire.
Le directeur du Centre national de prévention et de sécurité routières a mis l’accent sur la formation, la sensibilisation et la répression pour limiter le nombre d’accidents de la route.

Source Horizons Djamel O.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires