Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 03:17
L'annonce en a été faite hier
idees nouvelle algerie
 
Le Premier ministre a affirmé que le rapport de la commission chargée de la révision de la Constitution a été remis au président de la république qui en décidera au moment opportun. Le processus de révision de la Constitution réapparaît au-devant de la scène après une éclipse imposée par la conjoncture politique. Engagé officiellement, en avril dernier, avec la mise en place une commission technique, installée par le Premier ministre, le projet de révision de la Constitution refait surface. Hier, Abdelmalek Sellal a affirmé que la commission chargée de la révision de la Constitution a achevé son travail et remis son rapport au président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
«La Commission chargée de la révision de la Constitution a achevé son travail et a rendu son rapport au président de la République», a précisé le Premier ministre. Mieux, le Premier ministre a expliqué que le président Bouteflika examinera le rapport en question et pourrait, après avoir fait des remarques, le renvoyer à la commission. «Le Président doit maintenant étudier le rapport de la commission et faire ses remarques», a-t-il encore souligné, ajoutant que le chef de l’Etat ressaisira, si besoin, la commission pour prendre en charge éventuellement ses remarques.
«Jusqu’à présent aucune décision n’a été prise sur la révision constitutionnelle et que c’est au chef de l’Etat d’en décider au moment opportun», a-t-il encore expliqué.  Les clarifications de Sellal interviennent au lendemain de la déclaration de Fouzia Benbadis, membre de la commission, en marge d’un séminaire sur la démocratie tenu au Conseil de la nation, indiquant que la commission technique chargée d’élaborer le projet de révision de la Constitution a bien avancé dans son travail.
«Nous avons fait un travail consistant. La commission constituée de juristes et d’experts a avancé d’une manière très importante dans son travail». «La commission est en train de finaliser le projet», a-t-elle affirmé.  Mme Benbadis a précisé que la commission n’a à aucun moment arrêté ou suspendu son travail, sans  donner pour autant  aucune échéance. «On le fera à la demande du président de la République», s’est-elle contentée de dire. Par ailleurs, ce membre de la commission n’a fourni aucun indice sur les changements qui seront introduits dans la nouvelle Constitution.
 Il y a lieu de rappeler que la commission d’experts chargée d’élaborer l’avant-projet de loi sur la révision constitutionnelle a été mise en place le 7 avril dernier, par le chef de l’Etat. Elle est composée de professeurs d’universités. Il s’agit, entre autres, d’Azzouz Kerdoun, en sa qualité de président, de Faouzia Benbadis, Bouzid Lazhari, Ghaouti Mekamcha et Abderrazak Zaouina. Sur un autre aspect politique que revêt ce projet, la révision de la Constitution constitue la pierre angulaire des réformes politiques, engagées depuis avril 2011 par le chef de l’Etat. Cette révision devait intervenir durant le premier trimestre 2013. A quelques mois de la prochaine échéance présidentielle, la révision de la Constitution se précise.
Le processus des réformes présidentielles sera couronné par la révision de la Constitution, tel que annoncé par le chef de l’Etat. Par ailleurs, la classe politique a fait de la révision de la Constitution, couronnement de la démarche réformatrice, un sujet de prédilection lors des législatives du 10 mai et les locales du 29 novembre.
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal a affirmé, lors de la présentation du plan d’action gouvernemental en septembre 2012 que le processus des réformes politiques initiées par le président de la République est irréversible. Sellal avait souligné la nécessité d’aller au bout des objectifs tracés par le chef de l’Etat pour qui la réforme constitutionnelle viendra couronner ses réformes politiques. La révision de la Constitution qui fait partie des chantiers à entreprendre dans le sillage des réformes politiques, constitue le couronnement de cette démarche réformatrice qui est une priorité pour l’actuel Parlement. C’est dire que les députés auront du pain sur la planche si le projet est soumis à la chambre basse du Parlement.
Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires