Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 07:22

Algérie - La protesta gagne du terrain

la-vie-en-algerie.jpg

 

La cadence de la protesta s’est largement accélérée ces derniers jours. Des manifestations ont éclaté à travers plusieurs villes du pays, notamment Alger, Tipaza, Oran…

Hier, c’était une nuit folle. Alger venait à peine de prendre acte des émeutes qui ont éclaté à Oran et a décidé, elle aussi, d’exprimer son ras-le-bol face à la hausse des prix et la dégradation du pouvoir d’achat. Hier soir, des affrontements ont opposé de jeunes manifestants aux forces de l’ordre à Bab El-Oued.
Les manifestants ont brûlé des pneus, incendié des voitures, saccagé des magasins et ont même tenté de s’attaquer au «Cinquième», le commissariat du 5e Arrondissement, mais les policiers ont riposté par des tirs de balles à blanc. Plusieurs manifestants mais aussi des policiers ont été blessés lors de ces échauffourées. Ce mouvement de protestation s’est vite propagé à d’autres quartiers de la capitale.
A Chéraga, des centaines de jeunes du quartier Calmon, sont également sortis dans la rue pour exprimer leur colère. Ces jeunes, munis de barres de fer, ont coupé l’ancienne route reliant Alger à Tipaza en brûlant des pneus et ont tout cassé sur leur passage.
Des émeutes ont aussi éclaté à Staoueli, précisément au quartier Brija, où plusieurs jeunes ont bloqué la route qui mène vers Zeralda et Sidi-Fredj. A Tipaza, les manifestations ont également repris hier soir vers 21h. Les citoyens des daïras de Koléa (Chaïba, Kerkoubaet, Hay Bilel) et Fouka (Douaouda-ville et marine et Hay Ali-Ammar) sont sortis dans les rues pour exprimer leur colère. Les affrontements entre les émeutiers et les forces de l’ordre au niveau du grand quartier dit «Kerkouba», à Koléa, ont fait, selon nos sources, deux blessés parmi les forces de l’ordre.
Le mouvement de protestation contre la hausse des prix et la dégradation du pouvoir d’achat, qui a débuté lundi à Fouka (Tipaza), a également touché, hier vers 14h, la wilaya d’Oran.
Les protestations ont concerné plusieurs quartiers où des jeunes ont brûlé des pneus et jeté des pierres, occasionnant des dégâts à quelques magasins et paralysant la circulation routière. Il faut dire que des signes annonciateurs de cette grogne populaire étaient déjà là, mais le pire serait à venir. Les contestataires se seraient même donné rendez-vous pour vendredi prochain, juste après la prière. Est-ce une rumeur ? De l’intox ? Une chose est sûre, ces mouvements de protestation nous rappellent ceux du 5 Octobre 1988.
Le 5 octobre de la colère, du coup de pied dans la fourmilière, aura-t-il lieu cette fois-ci en janvier ?
Tout permet de le dire : le feu est là, et les responsables, comme d’habitude, se contentent de jouer aux pompiers.

Source Infosoir B.M.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires