Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 05:21

Quel réveillon pour les Algériens ?

reveillon-2011.jpg

Que ce soit voyager à l’étranger, dans le Grand-Sud du pays ou organiser un dîner en famille ou entre amis, chacun a sa manière de fêter le Nouvel An.

La célébration du Nouvel An est avant tout une question de moyens. Ainsi, dès les premiers jours du mois de décembre, les Algériens les plus aisés se précipitent pour prendre leurs billets d’avion pour passer le réveillon de fin d’année sur l’autre rive de la Méditerranée ou chez nos voisins de l’Est et de l’Ouest.

Fêter le Nouvel An à l’étranger est, pour la plupart des Algériens qui choisissent cette option, une occasion de profiter pleinement de l’ambiance qui règne dans ces pays à ce moment de l’année.

«Il faut changer un peu. C’est une occasion pour nous de profiter de l’ambiance dans laquelle est célébré le Nouvel An dans les pays européens ou même chez nos voisins marocains et tunisiens.

C’est tout à fait différent chez nous», estiment des milliers d’Algériens qui partent à l’étranger. Le deuxième plan choisi par les Algériens pour fêter en beauté le passage à la nouvelle année 2011 est, sans nul doute, le Grand Sud algérien. Chaque fin d’année, les structures hôtelières du sud du pays, notamment celles de Djanet, de Tamanrasset et de Taghit, accueillent des milliers d’amoureux du désert. A l’approche du réveillon, les grands hôtels implantés aux quatre coins du pays proposent, quant à eux, des soirées avec un dîner. Les Algériens optent également, à cette occasion, pour des dîners dansants programmés dans de grands restaurants implantés dans les grandes villes du pays. Toutefois, la majorité ne peut se permettre un séjour à l’étranger ou dans le sud du pays, ni même une soirée dans un hôtel ou un dîner dansant, car pour eux les prix pratiqués sont trop élevés… C’est pourquoi, ils célèbrent le Nouvel An en organisant, chez eux, un dîner entre amis ou en famille.

D’autres, des conservateurs, rejettent jusqu’à l’idée de ce genre de fêtes et estiment ne pas être concernés. En tant que musulmans, nous devons célébrer le Muharram, le nouvel an hégirien.

Cependant, une ambiance toute particulière règne dans toutes les villes du pays à l’approche du réveillon. Les vitrines des magasins des grandes villes sont joliment décorées avec des «Bonne Année 2011» ou «Happy New Year». Les pâtissiers exposent, quant à eux, toutes sortes de bûches joliment confectionnées et recouvertes de chocolat.

C’est une véritable aubaine pour les vendeurs de confiseries mais aussi les pâtissiers. Une simple virée dans les rues de la capitale suffit pour constater le rush des citoyens sur ces boutiques pour l’achat de confiseries et de bûches. Ces festivités sont aussi une aubaine pour certains jeunes qui en profitent pour vendre des cartes de vœux…

Au Maroc, en Tunisie ou en Turquie…

Le Maroc, la Tunisie, la Turquie, sont les pays les plus prisés par les Algériens pour fêter le Nouvel An, selon plusieurs agences de voyages.

«Il y a plusieurs destinations prisées par les Algériens pour fêter le Nouvel An. La plupart préfèrent la Tunisie, car c’est la destination la plus proche et les séjours y sont proposés à des prix abordables. Il y a aussi une forte demande pour la Turquie et le Maroc. D’autres préfèrent des pays européens, comme l’Espagne, l’Italie, la Grèce ou la France, mais il y a toujours un problème de visa», fait savoir Mohamed, directeur commercial à Dam Tours.

Cette année, note notre interlocuteur, la demande est beaucoup plus importante que l’année dernière, notamment pour la Turquie et le Maroc. «Il y a des destinations qui sont prisées par les jeunes célibataires, d’autres par les jeunes couples et d’autres par les familles. C’est variable. Nous avons beaucoup plus de couples et des amis qui partent en groupe pour fêter ensemble le réveillon. Cette année, nous avons reçu des demandes de quelques familles, mais cela reste insignifiant», explique-t-il.

De nouvelles destinations sont proposées par les agences de voyages, notamment le Liban et Dubaï, mais les tarifs demeurent élevés et inaccessibles pour la majorité des Algériens. Pour la première destination, un séjour d’une semaine est proposé à partir de 125 000 DA. Pour Dubaï, l’agence de voyages Falcon Tours propose, à partir de 104 000 Da, un séjour de 7 jours et 5 nuits en demi-pension qui comprend, entre autres, une visite de Burdj Khalifa, la plus haute tour au monde et la visite du Dubaï Mallet, avec son plus grand aquarium et fontaine musicale du monde. Pour des séjours en Turquie, au Maroc et en Tunisie, les prix sont relativement plus bas.

Notre agence propose un séjour au Maroc (Casablanca et Marrakech) à partir de 72 000 Da. Pour la Turquie, le séjour est à partir de 76 000 DA, alors que pour la Grèce, nous proposons un séjour à partir de 95 000 Da», annonce le directeur commercial de Dam Tours. «Nous prenons en charge le billet d’avion, le visa pour les pays où il est exigé et l’hébergement, selon l’option et la destination choisies», précise-t-il.

Par ailleurs, il faut noter que nombre d’Algériens préfèrent rendre visite à des proches installés à l’étranger, notamment en France, pour passer le réveillon en famille, sans passer par une agence de voyages. Ainsi, Paris et toutes les autres villes françaises accueillent le plus grand nombre d’Algériens en cette période de fêtes de fin d’année. D’ailleurs, il est difficile de trouver une place pour la capitale française, car la plupart des compagnies aériennes, qui assurent la liaison entre Alger et Paris, affichent complet pendant les dernières semaines du mois de décembre. C’est le même constat pour l’Espagne et sa capitale Madrid, mais aussi la ville de Barcelone qui accueillent également de nombreux algériens.

Selon les moyens

 Les Algériens qui n’ont pas les moyens de fêter le Nouvel An à l’étranger préfèrent le passer entre amis ou en famille chez eux ou autour d’un dîner dansant proposé dans un restaurant ou en soirée dans un hôtel.

Ainsi, les complexes touristiques notamment ceux situés sur la côte prévoient, à chaque fin d’année, des soirées réveillon avec un dîner. Un programme riche et varié est communiqué par voie de presse ou via la Toile. Des investisseurs privés ont également tenu à marquer ce passage à la nouvelle année 2011 en organisant plusieurs soirées, à l’image de celle du 31 décembre au Centre touristique de Sidi-Fredj par Yourane Production.

Baptisé «Le grand réveillon d’Alger 2011», cet événement sera organisé dans un cadre familial et sécurisé pour permettre à toutes les familles mais aussi à des groupes d’amis de passer une soirée inoubliable. «De tous les événements que nous organisons, nous essayons de prendre en considération le côté familial. Donc, c’est un cadre familial agréable, sécurisé, et sans alcool que nous offrons à notre clientèle», affirme Khedim Mohand, responsable événementiel à Yourane Production. Le thème de cette soirée sera, selon ces organisateurs, le tour d’Algérie en musique et photographie.

«Pour les Algériens qui n’ont pas les moyens de voyager, nous proposons une soirée à travers laquelle ils feront le tour du pays, grâce à un programme riche en photographies, danse et musique. Ce sera une soirée certes familiale, mais l’accès est également ouvert aux jeunes venus seuls ou entre amis», explique, pour sa part, Boudjenah M. S., directeur général de Yourane Production. Interrogé à propos du programme prévu pour cette soirée, M. Khedim remarque que cette soirée aura le «meilleur plateau artistique prévu pour l’événement sur Alger».

Il déclare qu’une panoplie d’artistes représentant toutes les régions du pays, seront réunis à cette occasion. Le coup d’envoi sera donné avec un ballet de danse algérois, ensuite les artistes : Nawel Skander avec la variété chawie et sétifienne, Cheb Anouar avec la variété algéro-marocaine, Mourad Djaafri avec la chanson chaabie et Massi accompagné d’une troupe de danse kabyle, enflammeront successivement la scène. Des chansons gnawies, raï, r’nb, house seront également interprétées au cours de cette soirée qui durera jusqu’au petit matin.

Un film documentaire retraçant tous les événements ayant marqué l’année 2010 sera également projeté. Ceux qui n’auront pas la chance ou les moyens d’assister aux soirées programmées préféreront passer la soirée du réveillon hors d’Alger. Entre amis ou en famille, ils fêteront le passage à la nouvelle année sur les magnifiques montagnes du Djurdjura ou de Chréa, généralement couvertes de neige en cette période…

Ruée des étrangers vers le Sud algérien

Fêter le Nouvel An dans le Sud algérien est devenu une tradition pour de nombreux étrangers. A chaque fin d’année, des milliers de touristes allemands, français, italiens, espagnols mais aussi américains et chinois optent pour le désert algérien. L’année passée, ils étaient nombreux à se rendre dans les plus belles régions du Sud. Cette année, Tamanrasset, Ghardaïa, Timimoun ou encore Béchar se sont préparés pour ce rendez-vous, afin d'accueillir convenablement ces touristes. Selon les statistiques de la direction du tourisme de la wilaya d’Illizi, 3 540 touristes étrangers dont 2 318 de nationalité française, 330 allemande et 270 italienne ont visité, durant le dernier trimestre de l’année 2009, la région du Tassili pour célébrer le Nouvel An dans la ville de Djanet. Plus de 1 000 touristes étrangers ont également préféré passer la fête de fin d'année dans la vallée du M'zab, selon la direction du tourisme de la wilaya de Ghardaïa.

«Il faut fêter le passage à la nouvelle année»

«Après avoir passé une année 2010 difficile, je crois qu’il faut fêter le passage à la nouvelle année, en espérant qu’elle sera meilleure que la précédente. Pour moi, c’est une fête incontournable, célébrée partout dans le monde dans la joie et la bonne humeur. Alors, pourquoi pas nous ? Certes, chacun fera la fête selon ses moyens. J’aimerais bien fêter le Nouvel An à Paris ou à New York, mais mon budget est restreint. Je me contenterai de le célébrer avec mes amis, ici, à Alger», déclare Hakim, étudiant en histoire.

Karim, cadre dans une entreprise privée, confie qu’il a décidé de le passer en Turquie avec un groupe d’amis. «Nous nous sommes mis d’accord, il y a plusieurs mois déjà, pour fêter le réveillon de cette année, à Istanbul, en Turquie. J’espère que l’année 2011 sera meilleure... Comme ça, nous fêterons le prochain réveillon à Barcelone ou Paris», dit-il souriant. Amira, une jeune étudiante en interprétariat, a opté pour une soirée dans un hôtel à Sidi-Fredj.

A travers tous ces témoignages, on constate que, pour les jeunes Algériens, il est hors de question de fêter le Nouvel An en solo. Ainsi, nombre d’entre eux se donnent rendez-vous dans des endroits ciblés à l’avance, pour s’éclater au rythme de la musique, de la danse... jusqu’au petit matin.

Pour les adultes, c’est une autre paire de manches ! Ils préfèrent rester chez eux, en famille ou entre amis autour d’un dîner. «J’ai invité des amies chez moi, nous allons préparer un dîner et quelques gâteaux pour fêter le passage à la nouvelle année», nous dit Fatma-Zohra.

Source Infosoir Brahim Mahdid

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires