Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 07:37

Algérie - Ordonnance réhabilitant la Cour des comptes - Les magistrats applaudissent

  cour des comptes

 

Le Syndicat des magistrats de la Cour des comptes a accueilli avec satisfaction la décision des hautes autorités du pays de réactiver cette institution de contrôle.

Les responsables dudit syndicat, qui n'ont jamais cessé de dénoncer l'enterrement de leur cour, saluent le geste des autorités qui ont décidé, par une ordonnance adoptée mercredi dernier en Conseil des ministres, de réhabiliter ce redoutable instrument de lutte contre la corruption. «C'est une très bonne chose. Cela va dans le bon sens», affirme le président du syndicat des magistrats, Harech Zineddine, contacté hier. Selon lui, la réactivation de la Cour des comptes n'est que l'aboutissement d'une longue bataille menée par le syndicat en vue d'obtenir sa réhabilitation. «Le président de la République a entendu nos plaintes. Je pense que sa réactivation traduit une volonté politique de lutter contre la corruption et le détournement d'argent. Le président de la République ne peut pas lutter seul contre ce fléau. Il faut la conjugaison des efforts de toutes les institutions. Les modifications apportées par l'ordonnance adoptée par le Conseil des ministres vont renforcer le rôle de la Cour», déclare Harech Zineddine. Et d'ajouter : «Nous étions dans une situation très compliquée, cette ordonnance va mettre un terme à notre calvaire.» En somme, l'ordonnance en question est le meilleur cadeau d'anniversaire pour la Cour des comptes qui fêtera dans quelques jours son 31e anniversaire.

En effet, l'ordonnance modifiant et complétant l'ordonnance n°95-20 du 17 Juillet 1995, relative à la Cour des comptes adoptée par le Conseil des ministres, redéfinit les missions et le rôle de cette dernière. Ce texte élargit les missions de la Cour qui devra renforcer, désormais, la prévention et la lutte contre les diverses formes de fraudes, de pratiques illégales ou illicites, portant atteinte au patrimoine et aux deniers publics. Le champ de contrôle de cette institution sera également étendu. Elle aura dorénavant la latitude de surveiller les entreprises publiques et celles dans lesquelles l'Etat détient la majorité des actions. «A la faveur de ce texte, la Cour des comptes s'assurera de l'existence, de la pertinence et de l'effectivité des mécanismes et procédures de contrôle et d'audit interne, chargés de garantir la régularité de la gestion des ressources, la protection du patrimoine et des intérêts de l'entreprise, ainsi que la traçabilité des opérations financières, comptables et patrimoniales réalisées», explique-t-on dans le communiqué du Conseil des ministres. Ignorée depuis l'arrivée de Abdelaziz Bouteflika au pouvoir en 1999, la Cour des comptes est passée par une situation délicate. Le Syndicat des magistrats de la Cour avait même dénoncé, sur les colonnes d'El Watan, «la non-gestion et le mépris dans lesquels ils se débattent». Cette situation a engendré des dysfonctionnements, en particulier le recul de la mission de contrôle au sein de la Cour des comptes. Les syndicalistes ont également dénoncé l'absence d'un plan de gestion des ressources humaines «notamment les magistrats, dont le nombre n'est pas adéquat avec le nombre important des justiciables».

Source El Watan Madjid Makedhi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

bob le frero 15/09/2010 16:10



cher harch zineddine  , je salue ta bravoure , ta lutte, mais je ne pense pas que la réhabilitation de la cour soit l'aboutissement de cette lutte c'est plutot un acte politique qu'autre
chose. Je vous souhaite beaucoup de courage dans vos missions de controle du maquis des finances publiques. Bien le bonjour à mes anciens confrères les magistrats de la première
promotion. Un des tout premier magistrat de la cour qui s'est retiré suite au manque de logement. rapelle toi Drairia.



Le Pèlerin 17/09/2010 16:59


Salut Bob, Je ne suis pas Zineddine Harch qui semble être un homme valeureux Si toutefois il se manifestait je ne manquerais pas de te faire parvenir son message Cordialement, Le Pèlerin