Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 08:39

Algérie - Tremblement de terre à Beni Ilmane (M’Sila) : La prise en charge des sinistrés tarde à s’organiser

seisme-beni-ilmane.jpg

La tension était, hier, perceptible à Beni Ilmane, dont la population, traumatisée par le séisme d’avant-hier, reste grandement livrée à ses conséquences. « Nous ne voulons voir ni le ministre ni le wali.

Nous voulons des tentes ! », ont scandé des jeunes au moment où Djamel Ould Abbès et Daho Ould Kablia, respectivement ministre de la Solidarité nationale et ministre délégué aux Collectivités locales, étaient sur les lieux du séisme. Les secours tardent à s’organiser malgré les promesses. Les citoyens, pour la plupart démunis, ont besoin d’être rassurés. Terrifiées par les différentes répliques du tremblement de terre de vendredi dernier, les familles ont fui leurs maisons pour passer la nuit dehors à la merci du froid et des dangers. L’on a ainsi érigé des abris de fortune pour se protéger contre les rigueurs soudaines du climat. « A défaut de tentes, les sinistrés ont opté pour ce procédé dans tous les quartiers du village. Toutes les familles ont passé la nuit à la belle étoile. La couverture sanitaire reste également insuffisante », fulmine Ali Djadja, membre de l’APC actuelle et ex-P/APC de la commune de Beni Ilmane.

Une autre source au niveau de la commune affirme que près d’un millier de tentes seraient nécessaires dans un premier temps, mais, actuellement, 180 seulement étaient prêtes à la distribution. Les familles sont livrées à elles-mêmes également en matière d’approvisionnement en denrées alimentaires, ajoute-t-il en substance. « Cela fait plus de 36 heures que nous et nos familles sommes sans aucune protection, sans eau et sans nourriture, sauf pour les deux baguettes et la bouteille d’eau qui nous ont été livrés », dira Sayaâ Saâd, président de l’association La Concorde. Selon des informations recueillies sur place, la distribution, à supposer que la quantité des denrées soit suffisante, se heurte à des problèmes qui compliquent la tâche du Croissant-Rouge algérien et des différents intervenants sur le terrain. Les deux ministres sont arrivés vers 12h30 à Beni Ilmane et ont été accueillis par une population excédée par les retards dans la distribution des tentes lesquelles semblent représenter un véritable casse-tête pour les autorités de wilaya.

Source El Watan S. Ghellab

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires