Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 07:49

Un premier rapport de leur mission sur la base des rapports des observateurs européens répartis sur les 48 wilayas du pays a été établi

algrie-UE

 

La mission d’observation électorale (MOE) de l’Union européenne (UE), dont l’équipe cadre est arrivée à Alger la veille du lancement de la campagne électorale pour le scrutin du 10 mai prochain, a déjà élaboré un premier rapport sur le déroulement de la première semaine de campagne, a-t-on appris lundi auprès de la mission.

« Nous avons élaboré le premier rapport de notre mission sur la base des rapports des observateurs européens répartis sur les 48 wilayas du pays », a déclaré à l’APS Miguel Marques, chargé de communication de la mission. Mais il n’a donné aucune autre indication sur le contenu du rapport, se bornant à souligner ’’ne me demandez pas le contenu du rapport car c’est un document interne et confidentiel’’. Ainsi, deux autres rapports hebdomadaires internes seront établis avant la date du scrutin, selon M. Marques qui a rappelé que les premières conclusions de la mission seront communiquées durant les deux jours qui suivent l’annonce des résultats provisoires du scrutin. Le porte-parole de la mission s’est également abstenu de s’exprimer sur les conditions de travail de la mission durant la première semaine de la campagne pour législatives 2012, lancée le 15 avril.

Le président de la mission Ignacio Sanchez Salafranca avait affirmé lundi dernier à Alger avoir « reçu toutes les garanties pour accéder à toutes les phases du processus électoral ». M. Salafranca, qui avait regagné Bruxelles la semaine dernière, est attendu de nouveau à Alger vendredi 27 avril, selon M. Marques. Une rencontre » restreinte et informelle » avec la presse a été programmée pour vendredi après-midi, a indiqué la même source. Outre les rencontres avec les autorités algériennes, les membres de la CNISEL (Commission nationale de surveillance des élections législatives), l’équipe-cadre de la mission a eu des entretiens avec deux ONG algériennes, a indiqué M. Marques. Faute de temps, la CNSEL (commission de supervision des élections) « n’a pas pu recevoir les experts européens », a-t-il souligné. La mission, première du genre dans l’histoire des législatives en Algérie, déployée par l’UE à la demande du gouvernement algérien, est dirigée par une équipe cadre, composée de neuf experts en plus de son président. Une quarantaine d’observateurs des Etats membres de l’UE, de la Norvège et de la Suisse, appelés « équipe-cadre de long terme », leur séjour étant de trois mois (avril-juin), assiste la délégation dans le travail de proximité à travers les 48 wilayas du pays.

Depuis le 15 avril, ces observateurs se sont rendus dans plusieurs wilayas du pays dont Constantine, Annaba, Tebessa, Bechar, Mila et Msila. Une autre mission de l’UE de « courte durée », composée d’une soixantaine d’experts, doit se rendre en Algérie le 4 mai prochain pour assurer la mission d’observation durant la journée des élections. Avec l’arrivée prévue le 7 mai prochain d’une dizaine de membres du Parlement européen et l’assistance d’une vingtaine d’ambassadeurs de l’UE à Alger, le jour du scrutin verra la présence de quelque 150 observateurs européens. Les observateurs de l’UE ambitionnent d’ »identifier les points forts et les points faibles du processus électoral » afin d’établir, en juin ou en juillet, un rapport final « indépendant contenant des recommandations devant, selon les propos du parlementaire, « aider à améliorer » le système électoral algérien, précisait M. Salafranca.

Source Algérie Focus

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires