Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 07:28

Les députées vont-elles légiférer ?

volences contre les femmes

 

Malgré les efforts en faveur de la protection des droits de la femme, les Algériennes ont encore du chemin à parcourir et des maux à subir dans leur vie sociale. L'agression verbale, physique ou morale fait le quotidien d'une bonne partie des femmes qui subissent les conséquences d'une société en mal-être et frustrée.

A regarder la «stagnation» de certaines mentalités vis-à-vis des femmes dans leur famille, leur milieu de travail, dans la rue ou autres lieux publics, l’on peut déduire que le développement et les avancées des uns sont inévitablement tributaires de celles des autres. C’est dire qu’un homme et une femme devraient, naturellement, avancer ensemble vers le développement en fonction, bien entendu, de leur atmosphère culturelle et socio-économique. Si on regarde bien comment ces deux moitiés avancent dans les différents pays, ayant forcément des politiques et cultures différentes, on peut constater que le regard qu’une société porte sur les questions relatives à une femme peut contribuer grandement à sa régression ou bien au contraire à son émancipation. En Algérie, les avancées socio-économiques et politiques demeurent, bien que réelles, relatives du moment que de l’avis de certains «regards» ces avancées ne sont pas «légitimes» et que les femmes «feraient mieux de prendre soin de leur foyer et rester chez elles»… Pour revenir à la question du rapport de la place que donne la société à une femme et le rôle de cette dernière dans le développement du pays, nous n’avons qu’à faire une petite comparaison entre la vie sociale entre les femmes des pays développés et celles des pays sous-développés. Il est ensuite facile de constater que les femmes des pays développés ont eu depuis longtemps peu d’embûches comparativement aux femmes tiers-mondistes. Lesquelles sont suivies et surveillées de toutes parts et doivent souvent justifier leur choix, voire même ses aller-retour dans une société où la quasi-totalité de la société se permet de bafouer les droits et libertés individuelles lorsque ces dernières se conjuguent au féminin. Pourquoi notre société surveille autant les femmes et que ces dernières font l’objet d’agressions verbales, physiques et du manque de respect? Et pourquoi, encore, ces Algériennes courent tous les risques du monde en sortant ou en rentrant chez elles ? Est-ce l’effet du chômage des jeunes qui, n’ayant rien à faire, surveillent et embêtent autrui, celui de la fermeture touristique quasi-totale et donc l’étroitesse des esprits. S’agit-il des répercussions de la décennie noire ou d’une culture arabo-musulmane voulant assiéger les femmes au nom de la tradition et de la religion ? Quelles que soient les origines, les répercussions sont les mêmes ; les femmes ont du mal à circuler tranquillement et sans risque. Et les félicitations masculines au sujet des acquis de la femme ne sont pas toujours vraies. Autrement dit, les sociétés tiers-mondistes ont tendance à faire régresser la femme bien que des plans et stratégies politiques lui assurent ses droits.

La part des maux…

Loin des questions qui abordent la promotion de la condition féminine dans son plan professionnel et sa visibilité qui ne se limite plus aux anciennes fonctions dans les secteurs publics et malgré les efforts en faveur de la protection des droits de la femme qui ont connu des progrès depuis plusieurs années, les Algériennes ont encore du chemin à parcourir et des maux à subir dans leur vie sociale. Pour preuve, l’agression verbale, physique ou morale fait le quotidien d’une bonne partie de femmes qui subissent les conséquences d’une société en mal-être et frustrée. Entre des regards attaquants et offenseurs et des propos n’ayant pour vocabulaire que la vulgarité, les femmes n’ont d’autres choix que fermer les yeux et se boucher les oreilles pour circuler. Dans la capitale comme dans les grandes villes, la violence contre les femmes s’aggrave. «Plus que de la violence. Moi je considère comme harcèlement les commentaires et attitudes de la rue et des lieux publics vis-à-vis ce qu’ils appellent le sexe faible. Comme si nous devons payer notre liberté de circulation. C’est une question d’éducation et de culture avant tout. Moi en tant que femme non voilée je reçois plusieurs conseils par jour m’appelant à porter le hidjab. En plus, je ne peux pas sortir avec mes parents ou frères du moment qu’on risque d’entendre des fetwas vulgaires en

famille !» raconte Imane, 26 ans. D’autres témoignages soulignent le caractère hypocrite des jeunes algériens qui jouent les gentlemen devant leur famille mais exercent toutes formes de violence une fois loin de leurs quartiers. Par ailleurs, même chez soi on n’est pas toujours à l’abri «en marchant dans mon quartier, je n’étais pas épargnée du danger. Il y avait un jeune qui m’embêtait et qui me forçait à lui parler. Refusant de céder, il me donne un coup de poing dans le visage et s’en va. Voilà où nous en sommes arrivées

maintenant ? On vit dans la terreur même à quelques mètres de chez nous. C’est scandaleux!» conclut Lydia. En fait, contrairement aux pays développées où les gens ne se surveillent pas, car ils ont d’autres choses à faire, et où les femmes sont vues normalement, chez nous, beaucoup de gens, jeunes notamment, s’attaquent au nom des valeurs de la société et de la religion aux femmes, laissant libre cours à leur violence et grossièretés. Si les comportements sexistes et misogynes persistent c’est qu’il y a des silences complices par rapport à cette question à commencer par un vide juridique ainsi que l’application des textes existants.

Source Le Jour d’Algérie Yasmine Ayadi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires