Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 09:03

En l’absence d’une culture de la consommation

boulanger algerie 

 

Comme pour le lait, les citoyens doublent leur commande à l'approche et pendant l'Aïd, provoquant une rupture de pain exposé à la vente.

L'histoire du chat échaudé hante toujours les Algériens qui prennent d'assaut les magasins d'alimentation générale et les boulangeries la veille de chaque Aïd de peur de la fermeture des commerces durant la fête. Par leur comportement, ils provoquent aussitôt un dérèglement du marché qui mettra plusieurs jours, parfois, avant de revenir à la normale.
C'est le cas du lait, notamment dont les stocks s'épuisent en un rien de temps, en raison de la demande qui a doublé, voire triplé. Dans certains quartiers, la livraison s'est effectuée tard dans la soirée ou très tôt le lendemain. Seuls ceux qui étaient au courant sont parvenus à s'approvisionner en achetant pratiquement toute la quantité de lait mise en vente. La plupart n'ont pensé qu'à eux et ne se sont, à aucun moment, soucié des autres. En effet, celui qui d'habitude achète deux sachets de lait, en réclame le double ce jour-là. Certains en commandent six, d'autres, huit et parfois dix, prétextant qu'ils ont beaucoup d'enfants. D'autres qui ont pourtant, déjà, été servis, n'hésitent pas à revenir pour acheter quelques sachets de plus, afin de prendre leurs devants en cas de pénurie ou de fermeture prolongée des commerces après l'Aïd. La ruée sur les boulangeries la veille et durant les deux jours de la fête de l'Aïd est devenue, hélas, elle aussi, une coutume qui se perpétue malgré les appels au calme de l'Union générale des commerçants et artisans algériens et du ministère du Commerce, promettant qu'un dispositif a été mis en place afin d'assurer un approvisionnement régulier de la population en pain. Comme pour le lait, les citoyens doublent leur commande à l'approche et pendant l'Aïd, provoquant une rupture rapide de la quantité de pains exposés à la vente. Dans la plupart des familles, on s'est donné le mot pour se procurer du pain, quitte à ce que tout le monde en achète et se retrouve avec un surplus qui finira, malheureusement, dans les poubelles. Selon certaines statistiques, les Algériens achètent en moyenne, 60 millions de pains par jour. Durant le mois de Ramadhan, ils en jettent quotidiennement 6 millions. Un chiffre qui donne des sueurs froides et qui prouve qu'en matière de gaspillage de pain, les Algériens sont passés vraiment maîtres. Ils n'ont pas tort, en tout cas, ceux qui affirment que les Algériens n'ont pas de culture alimentaire. D'ailleurs, il n'y a pas que le lait et le pain, les Algériens gaspillent énormément de sucre, de farine et d'huile pour la préparation de gâteaux traditionnels, particulièrement à l'occasion des fêtes de l'Aïd, de mariages ou d'une cérémonie organisée en l'honneur d'un père ou d'un proche qui a effectué un pèlerinage à La Mecque. Dès lors, il ne faut pas s'étonner si la facture de nos importations est en hausse et que malgré tous les efforts qu'il déploie, le gouvernement n'est pas parvenu à la freiner. Selon des spécialistes en économie, la facture alimentaire risque d'exploser en raison, expliquent-ils, de l'absence d'un plan Orsec destiné à booster la production nationale et limiter nos importations. Beaucoup de produits, tels que les fruits exotiques, rentrent régulièrement en Algérie, alors qu'ils ne sont pas recensés comme produits de première nécessité. Récemment, à l'occasion d'une virée dans les marchés de la capitale, on a trouvé du raisin importé, affiché à 530 DA le kg! Un luxe qu'un Algérien moyen ne peut pas se permettre. D'ailleurs, la facture après le Ramadhan risque d'être pour lui très salée. En dépit de la baisse des prix des légumes par rapport à l'année dernière, des millions d'Algériens ont éprouvé des difficultés pour terminer le mois et ont dû recourir à l'emprunt pour se tirer d'affaire.

Source L’Expression Kacci Agad  

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires