Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 09:01

Algérie - Poulet, Viandes, Frik, Pois Chiches… C’est déjà le rush

rush-ramadhan.jpg

 

Les Algériens sont déjà dans l’ambiance du mois de Ramadan. Les consommateurs ont pris d’assaut les étals en quête des produits de première nécessité à des prix raisonnables. Pour parer à une éventuelle hausse des prix, ils ont choisi de s’approvisionner d’avance.
Poulet, viandes ovine et bovine, riz, frik, pois chiches … ce sont les différents produits les plus courtisés au niveau des marchés en ce moment. Indispensables durant le mois de Ramadan, le consommateur préfère s’approvisionner d’avance de peur que leurs prix ne s’envolent comme c’est le cas chaque année. Ainsi, malgré les assurances des différents départements ministériels en charge de la régulation et du contrôle des prix et de l’Union générale des commerçants et artisans algériens de la disponibilité des produits de large consommation pendant le mois de Ramadan, du fait disent-ils que «nous sommes en pleine saison de récolte de différents produits», le citoyen, lui, préfère prendre ses précautions. «Chaque année, ils nous promettent des prix abordables pendant le Ramadan mais la réalité est tout autre. Dès le début de ce mois sacré, les marchés affichent des prix vertigineux», estime un citoyen, en train de faire le plein de produits de première nécessité, rencontré au niveau du marché de Belcourt. D’ailleurs, hier, c’était le rush sur les différents étals notamment sur les produits à succès du mois de Ramadan en l’occurrence les incontournables épices, frik, pois chiches, pruneaux ou raisins secs. D’ailleurs ces derniers affichent déjà des prix très élevés. Ainsi le frik est vendu à 200 DA le kilo idem pour les pois chiches. De leur côté, les pruneaux et les raisins secs, sont cédés entre 500 et 550 DA le kilo. La viande blanche dont le prix variait entre 260 et 370 DA le kilo n’est pas en reste. Habitués à voir les prix de la volaille augmenter pendant le Ramadan, les citoyens font le stock chez eux. Cependant, de l’avis des clients, le prix du poulet est déjà «très cher». Pour le commerçant c’est le prix à payer pour le poulet frais. Pour avoir un poulet à 200 DA le kilo il faut chercher le congelé conseillent-ils. La viande ovine qui était vendue à 850 DA le kilo et la viande bovine à 650 DA le kilo sont également des produits en raison de la forte demande durant ce mois dont le prix s’envole. Cependant, vu le prix inaccessible même durant l’année, les citoyens achètent en petite quantité. «J’ai entendu dire que l’Etat a importé de la viande indienne mais je n’ai pas l’intention de la consommer car je ne fais pas confiance. En prévision du Ramadan je vais prendre un kilo de viande bovine pour mes plats», a souligné une dame. Concernant les produits maraîchers comme l’oignon (30 DA), la tomate fraîche (25 DA), le poivron (70 DA), la pomme de terre (30 DA) ou la courgette (50 DA), le consommateur «prie» pour que les prix ne changent pas la semaine prochaine. «Pour le moment les prix sont raisonnables pourvu qu’ils le restent pour le mois de Ramadan», a indiqué un citoyen en train de faire ses achats.

Source Le Soir d’Algérie Salima Akkouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires