Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 17:18

“Nous rendons hommage à la mémoire des combattants algériens”

MM.-Xavier-Driencourt-et-Martyn-Roper-.jpg

 

MM. Xavier Driencourt et Martyn Roper, respectivement ambassadeurs de France et de Grande-Bretagne en Algérie, ont animé une conférence, dans la soirée de mercredi au CCF d’Oran, sur le thème : “France et Grande-Bretagne : regards croisés sur une relation passionnée.”

En signe d’amitié entre les deux pays et en hommage à la contribution majeure des Algériens pour leur participation dans les deux conflits mondiaux, les ambassadeurs ont présidé, dans l’après-midi, deux cérémonies commémoratives au cimetière militaire du Petit Lac puis au cimetière marin de Mers El-Kébir.
Une foule d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale en présence des autorités algériennes a pris part à cet événement. Les deux ambassadeurs remémorent dans leur conférence conjointe le “partage d’une histoire longtemps marquée par la rivalité”. Ils rappellent, dans ce contexte, que les deux nations sont “aujourd’hui alliées depuis près de deux siècles, culminant avec la proclamation de l’Entente cordiale en 1904 et une fraternité d’armes soudée par notre participation commune à deux guerres mondiales, dans lesquelles les Algériens ont aussi joué un rôle majeur”.
Les ambassadeurs de France et de Grande-Bretagne en Algérie ont discuté devant un parterre constitué des consuls généraux de France et d’Espagne à Oran, des membres de la communauté française établie à Oran, des journalistes, des personnalités locales, des citoyens et des jeunes étudiants de ce “qui a permis de passer d’une histoire conflictuelle à une alliance fraternelle indéfectible”. “C’est en luttant contre l’Anglais que le Picard, le Bourguignon, le Languedocien a compris qu’il était français. Et de même, c’est en luttant contre la France que les Lancaster et les York ont compris qu’ils étaient anglais”, a affirmé en substance l’ambassadeur de France. Ce substrat vient rappeler que c’est la fin d’un cycle de rivalité de 700 ans. M. Xavier Driencourt rend un hommage aux soldats algériens qui se sont battus aux côtés de la France en 1914 et 1939. “Je ne peux évoquer les deux guerres mondiales où s’est scellée dans le sang l’amitié franco-britannique, sans rappeler avec émotion la contribution des soldats algériens à ces combats.” Il ajoutera à ce propos : “Je parlais d’un front d’airain qui a tenu bon pendant quatre ans de 1914 à 1918 où 210 000 musulmans d’Algérie (et 80 000 du Maroc et de Tunisie) au cours duquel 150 000 soldats algériens ont été mobilisés ou engagés, dont 16 600 tués. Je m’incline à leur mémoire.” Les relations franco-algériennes tantôt passionnantes et tantôt passionnées sont
succinctement abordées par M. Xavier Driencourt : “Il y a eu des choses très difficiles entre l’Algérie et la France. L’approche de l’anniversaire des massacres du 8 Mai est présent dans nos esprits (et) nous avons condamné catégoriquement le système colonial.” L’ambassadeur de Grande-Bretagne prendra la parole à son tour pour saluer la mémoire de tous ceux qui sont morts pour la liberté et la paix. “Je me suis recueilli avec mon homologue à la mémoire des 1300 soldats français qui reposent au cimetière de Mers El-Kébir. (…) Le passé doit nous servir de tremplin pour l’avenir en rendant, aujourd’hui, hommage à la contribution des Algériens morts pour la paix en 1939”, a déclaré M. Martyn Roper. En ouvrant le débat à des questions de l’heure, il annoncera la prochaine visite de cinq missions économiques en Algérie dont une qui se rendra incessamment à Oran. Interrogé sur la possibilité de l’extradition d’Abdelmoumène Khelifa vers l’Algérie, le diplomate britannique est resté évasif : “Je ne peux rien dire à ce sujet car tout le monde sait que c’est à la justice britannique à qui incombe le procès. Nous comprenons les préoccupations des autorités algériennes sur cette affaire.”
M. Xavier Driencourt reviendra, quant à lui, sur la question (posée par un intervenant) sur la revalorisation des pensions des anciens combattants algériens.
Ces derniers, selon le diplomate français, seront revalorisés à partir de juin prochain à hauteur de quatre fois et demie, soit un pactole de l’ordre de 71 000 euros. Par ailleurs, l’ambassadeur de France a fait part de l’installation de la commission qui veille à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires de Reggane. “La loi votée en juillet 2010 devra permettre d’indemniser toutes les personnes qui ont été contaminées par des essais nucléaires sur la base d’un système unique non discriminatoire.” Dans un autre contexte, M. Xavier Driencourt évoquera le devenir de l’espace Schengen en confirmant qu’aucune décision juridique n’a été prise quant à son abrogation. “C’est faux. Il a été simplement actionné le système de suspension temporaire qui existe bien dans les textes des accords de Schengen.” Il soulignera, à cet effet, que le président de la Commission européenne examine actuellement d’autres points concernant l’espace Schengen

Source Liberté K. Reguieg-Issaad
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires