Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 06:42

Les quatre tares du commerce algérien

commerce-france-algerie.jpg

Ces faits engendrent une inflation difficile à contrôler et des pertes en devises estimées à des milliards de dollars pour le Trésor public.

C´est, aujourd´hui que s´ouvrent les premiers états généraux du secteur du commerce à Alger en vue d´améliorer la performance du secteur.
Selon le ministère du Commerce, ces assises visent à «arrêter un programme de réformes et de solutions aux questions du commerce de manière globale et unifiée à travers l´ensemble du territoire national en prenant en considération les spécificités économiques de chaque région du pays».
Ce que le département du commerce n´ignore pas, c´est que cet événement intervient dans un contexte crucial pour ce secteur qui souffre de plusieurs tares. Et pas des moindres.
Selon des économistes, le secteur du commerce va très mal, notamment depuis les fameuses réformes introduites dans la précipitation en l´orientant vers une privatisation «anarchique». Des partis politiques comme le Parti des travailleurs (PT), ont mené une campagne contre cette politique qui a abouti, aujourd´hui, à la pollution de la pratique commerciale à tel point que les importateurs introduisent toutes sortes de produits contrefaits, y compris le médicament. Le constat que les spécialistes dressent de ce secteur est inquiétant à plus d´un titre.
Un marché régi par la spéculation; plus de 40% du commerce non enregistré au Cnrc, donc informel; une quantité importante des produits importés non conformes et une dépendance de plus de 95% aux hydrocarbures en matière d´exportation. Ces faits engendrent une inflation difficile à contrôler et des pertes en devises estimées à des milliards de dollars pour le Trésor public et cela, au grand dam des consommateurs.
Selon ces économistes, le commerce n´est ni encadré, ni orienté convenablement, ce qui fait qu´aujourd´hui, ce secteur baigne dans le chaos. Pour sa part, le département du commerce entend, à travers ces assises, «évaluer la situation du secteur du commerce de manière objective et précise à travers l´évaluation des réalisations et l´identification des lacunes et la mise à contribution de toutes les parties concernées par le commerce».
Ces assises sortiront, d´après le communiqué du ministère, avec des recommandations proposant des mécanismes pratiques pour la modernisation du secteur à travers des programmes et des projets visant à développer la pratique commerciale en Algérie.
Pour ce faire, les participants à ces assises se pencheront, deux jours durant, sur quatre thèmes principaux qui sont: la régulation de l´activité commerciale, l´encadrement du commerce extérieur, le contrôle économique et les ressources humaines.
Outre la régulation du commerce, où les participants se pencheront sur les outils juridiques et opérationnels à mettre en oeuvre en vue de stopper les hausses, souvent injustifiées, des prix des produits de large consommation, les participants auront à débattre le volet lié à l´encadrement du commerce extérieur. Ils s´attelleront également à l´examen des moyens de valorisation des capacités d´exportation, à travers l´encouragement des exportations hors hydrocarbures. Un défi pour l´Algérie.

Source L’Expression Karim Aimeur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires