Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 23:32

Unité ethnique contre frontières géographiques

drapeau amazigh

Ce sont les colonisations successives ayant ciblé l’Afrique du Nord qui sont à l’origine de l’éclatement des peuples amazighs qui sont actuellement éparpillés sur plusieurs pays.

2iéme partie

Mais, avant de parler des Berbères des temps anciens, peut-être conviendrait-il de situer d'abord dans l'espace ceux du te¦nps présent, ceux qui sont en principe représentés ici, aujourd'hui. Et là, disons-le tout de suite, on ne peut que reconnaître la douloureuse réalité du fractionnement géographique du monde amazighe. La principale cause de ce fractionnement est d'ordre historique: agissant sur les âmes au plus profond, I'islam a entraîné l'arabisation de pans entiers de la société berbère, et amené des générations successives d'Amazighs à se sentir, à se dire, et souvent à se vouloir arabes contre vents et marées. Ce fractionnement est dû ensuite au fait que le colonialisme français a tracé au cordeau la plupart des frontières des États africains riverains du Sahara, sans le moindre égard pour les différences ethniques. De cela, il a résulté que les berbérophones sont de plusieurs nationalités. Ils sont principalement Marocains et Algériens, mais aussi Libyens, Tunisiens, Mauritaniens, Maliens, Nigériens, Burkinabés, ou même Tchadiens. (Abrous et Claudot-Hawad). Et, comme l’émigration vers d'autres continents a joué son rôle, il existe actuellement une importante diaspora amazighe numériquement bien implantée, en Espagne, en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, et en Belgique, et de plus en plus attirée par le Canada et les États-Unis d'Amérique. A l'intérieur même de chacun des pays d'origine, la berbérité, en tant que fait linguistique, ne fait pas forcément un bloc du point de vue de l'étendue géographique, sauf au Maroc où elle barre la quasi-totalité du territoire national, du Nord-Est au Sud-Ouest, en une diagonale plus ou moins large selon les régions, puis en Algérie, au Mali et au Niger où elle occupe des zones séparées certes les unes des autres, naturellement ou artificiellement, mais suffisamment vastes pour se sentir aptes à pleinement s'affirmer en tant qu'identité ethnique. Il s'ajoute à cela qu'en Algérie et au Maroc, de nombreuses villes se berbérisent insensiblement d'année en année au plan démographique, sous l'effet de l'exode rural. Déjà ville kabyle à l'époque des Français, Alger l'est devenue davantage depuis 1962. À cette dernière date précisément, la population berbérophone de Casablanca a été estimée par un chercheur à près de 23% (Adam, I, p.273). Ce pourcentage n'a pu que croître. Mais, pour des raisons politiques faciles à deviner, au Maroc tout au moins, les nombreux recensements qui se sont succédé depuis 1960 passent systématiquement sous silence les chiffres concernant les langues pratiquées par les recensés. Ce qui n'empêche pas un phénomène, intéressant par sa nouveauté, de se produire de manière spectaculaire en zones rurales arabophones, où les éléments les mieux instruits de la population commencent à se réclamer d'origines amazighes, en s'appuyant sur des constatations d'ordre historique, linguistique, anthropologique et toponymique. C'est le cas des Ghiata de Tazaet des Jebala de Taounate, à titre d'exemple. Un pacte a même fait de cette question l'objet d'un recueil de vers où il exprime la joie d'avoir retrouvé ses racines (El-Méliani). Il est à noter que si cette prise de conscience a d'abord concerné des groupements berbères d'arabisation plus ou moins récente, elle n'a pas manqué de s'imposer assez rapidement à de petits échantillons de populations habituées, depuis longtemps, à s'enorgueillir et à toujours se prévaloir d'une ascendance censée être hors du commun. C'est peut-être là un effet du militantisme culturel amazigh.
(À suivre)
Source Liberté  Mohamed Chakik

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires