Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 13:45

La capitale se vide de ses habitants

Aid-al-fitr.jpg

 

Comme chaque année, des centaines de milliers de citoyens quittent Alger pour aller passer les fêtes de l'Aïd au bled.

Certains ont déjà plié bagage, d'autres s'apprêtent à le faire en prévision de la grande fête annoncée pour jeudi ou vendredi prochain. Comme chaque année, la veille de l'Aïd, des centaines de milliers d'habitants désertent la capitale pour aller passer les fêtes au bled.
La plupart sont des salariés. Mais dans le lot figurent aussi des commerçants et artisans qui, en partant sans crier gare, créent une sacrée pagaille, obligeant les citoyens à se lever très tôt, le matin, pour pouvoir s'approvisionner en pain et en lait. Même si les pouvoirs publics ont promis de remédier à ce problème, en mettant en place un dispositif régulant l'activité commerciale durant les jours fériés et la période estivale, il n'est pas sûr que les permanences qu'ils ont instaurées, à cet effet, soient entièrement respectées. D'autant que par le passé, on a relevé de nombreuses défaillances dans ce sens en raison surtout de l'absence de textes de lois réglementant les congés.
De nombreux patrons de boulangeries se sont, d'ailleurs, plaints à ce sujet, expliquant que les artisans ont le droit de partir, eux aussi, en congé et que rien ne les empêche de les solliciter durant les fêtes de l'Aïd. Lors d'un point de presse qu'il a animé récemment pour expliquer les nouvelles mesures réglementant l'activité commerciale durant les jours fériés et la période estivale, le porte-parole de l'Ugcaa, Tahar Boulenouar a relevé certaines carences. Selon lui, le législateur a, certes, apporté des correctifs en prévoyant, désormais, des sanctions à l'encontre des commerçants réfractaires, mais il a omis d'inclure cependant, certaines modalités concernant, notamment les congés. Soulignant que la plupart des artisans boulangers de la capitale habitent à l'intérieur du pays, il a confié que beaucoup d'entre eux choisissent de partir en congé juste à l'approche de l'Aïd et ne reprennent leur travail qu'une, voire parfois deux semaines après. Qu'à cela ne tienne, la fièvre acheteuse qui s'était emparée des habitants de la capitale a baissé au niveau de certains quartiers. Seules les rues Didouche Mourad et Larbi Ben M'hidi sont encore noires de monde après le ftour. Comptant réaliser de bonnes affaires, des milliers de pères de familles préfèrent attendre les tout derniers jours, c'est-à-dire la veille de l'Aïd, pour acheter des vêtements neufs à leurs enfants. Cela marche parfois, mais ils prennent un risque, celui de ne pas trouver la paire de chaussures ou la marque de vêtements qu'ils désirent. Et lorsque ceux-ci sont disponibles, ils sont obligés de les payer au prix fort. Imaginons le cas de ces familles au revenu très modeste, qui doivent débourser au minimum 4000 DA pour habiller un enfant. Beaucoup se sont endettées durant le mois de Ramadhan et ont dû emprunter de l'argent chez un proche ou un voisin pour faire plaisir à leurs enfants. Et rien ne dit que la saignée va s'arrêter.
Car juste après l'Aïd et les gâteux préparés à l'occasion, il y a les vacances d'été, puis la rentrée scolaire, sans oublier toutes les autres fêtes auxquelles ces familles sont invitées et doivent impérativement honorer. Que ce soit pour un mariage ou une cérémonie organisée en l'honneur d'un enfant circoncis, les personnes invitées se présentent avec de nombreux cadeaux pour honorer leur présence et faire impression. Et pour couronner le tout, des millions de familles mettent la main au portemonnaie pour acheter le mouton de l'Aïd qui risque de battre de nouveaux records cette année, en raison de la cherté des aliments de bétail sur le marché.
Du moins, c'est ce que prétendent certains éleveurs. Un tableau pas très rassurant, en somme, et qui dénote que l'Algérien n'est pas arrivé au bout de ses peines et qu'il doit consentir encore beaucoup de sacrifices pour pouvoir joindre les deux bouts.

Source L’Expression Kaci Aggad

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

circuit sud marocain 07/08/2013 16:50


Félicitation pour ce blog! Vraiment, il est génial et comme j'ai vu dans les
premiers posts c'est vrai que partages et interface du site sont vraiment une aubaine pour bosser le style. Vraiment un grand merci !

Le Pèlerin 09/08/2013 11:26


Merci Circuit sud marocain J’aime ce pays J’aime aussi le Maroc , un pays qui offre d’immenses paysages variés….Mais l’Algérie j’y suis né et c’est là que se situent mes racines Il est dommage que
les frontières entre le Maroc et l’Algérie Je sais que chacun des peuples y est favorable Je sais que le Maroc y est très favorable et ce au plus haut niveau Mais il y a des lobbyistes qui ont une
forte influence sur le gouvernement algérien qui n’y est pas favorable C’est regrettable mais cela se fera…..On ne peut rien face à l’évolution des mentalités et la médiocrité de la pensée (si
pensée il y a ) obscurantiste Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à mes blogs Cordialement Le Pèlerin