Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 08:07

Exploration des hydrocarbures - Désintérêt manifeste des compagnies étrangères

pompagepetrole.jpg

 

Les compagnies pétrolières étrangères manifestent de moins en moins leur intérêt pour le domaine minier national, l’exploration des hydrocarbures. Un manque d’engouement qui reste à expliquer, au-delà de l’attentisme des investisseurs étrangers.

Pour la troisième fois, l’appel d’offres pour l’attribution des blocs de recherche et d’exploitation d’hydrocarbures, lancé dans le cadre de la loi 05-07, ne suscite pas l’engouement des compagnies étrangères. Jeudi dernier, sur une dizaine de blocs proposés par l’Alnaft (Agence nationale de valorisation des ressources en hydrocarbures), seulement deux blocs ont été attribués. Les groupes Cepsa (Espagne) et Sonatrach ont remporté respectivement les périmètres Rhourde Errouni II et Rhourde Farès (situés dans le bassin de Berkine). Les deux groupes avaient été retenus pour avoir obtenu les meilleures notes lors de l’évaluation des offres. Deux autres compagnies pétrolières, l’indonésienne Pertamina et le groupement algéro-émirati Petrogas Kougp avaient également soumissionné mais pour le même périmètre (Rhourde Errouni II). Les deux contrats remportés seront signés le 31 mars 2011. Un intérêt faible, d’autant que 85 compagnies, d’une trentaine de nationalités, avaient été pré-qualifiées par l’Alnaft, dans le cadre de l’appel d’offres lancé en septembre 2010, et quatre offres soumises lors de la séance d’adjudication de jeudi, tenue en présence du ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi. Un intérêt davantage remarquable, décevant même, dans la mesure où, hormis Sonatrach qui participe pour la première fois et était le seul soumissionnaire pour le bloc Rhourde Farès, une seule compagnie étrangère a été retenue. Voire, les autres entreprises dont des majors n’ont manifesté aucune offre pour les périmètres non attribués, en séance tenante, comme innové par l’Alnaft, et situés dans des bassins sédimentaires à fort potentiel. Rappelons que ces périmètres sont Guern Cheikh dans le bassin de Oued Mya, Isarène Ouest, Timissit Est et Bordj Omar Driss N (Illizi), Belharzi (Sbâa), Zemlet En Naga et Rhourde El Louh II (bassin de Berkine) et Hodna Ouest (Tell). Ainsi, les compagnies étrangères manifestent de plus en plus leur désintérêt pour le domaine minier national, avec 7 blocs attribués sur 26 périmètres proposés lors des deux appels d’offres précédents. Un manque d’engouement qui reste à expliquer, au-delà de l’attentisme des investisseurs étrangers, peut-être motivé, comme l’explique le ministre de l’Energie, par les conséquences de la crise économique mondiale. Et cela même si M. Yousfi a considéré que ce résultat est appréciable, «c’est déjà un pas», et qu’il reste à l’Algérie de promouvoir davantage le domaine national, et en continuant à encourager le partenariat étranger. Sans prendre en considération le fait que la versatilité, l’instabilité juridique expliquerait aussi le manque d’engouement des compagnies étrangères à prendre le risque, malgré l’attractivité du domaine national. Une désaffection qui risque de se reproduire lors du prochain appel d’offres qui devrait être lancé avant la fin 2011.

Yousfi mise sur les hydrocarbures non conventionnels

Néanmoins, Youcef Yousfi en appelle à accentuer l’effort d’exploration des hydrocarbures, la mobilisation des capacités et compétences nationales en matière de formation des experts. Mais aussi à inciter les opérateurs pétroliers, Sonatrach notamment, à prospecter davantage dans les bassins moins connus, situés notamment dans le sud-ouest et au nord du pays, ainsi pour l’offshore. Par ailleurs, le ministre de l’Energie a indiqué que des propositions sont à l’étude pour le développement de la prospection et production des hydrocarbures non conventionnels notamment les schistes. Selon M. Yousfi, ces propositions seront soumises au gouvernement en vue de valoriser le potentiel «extrêmement important » de ces ressources et en accentuer l’effort d’exploration.

Medgaz

Les quantités contractuelles acheminées dès le début avril

Le gazoduc transméditerranéen reliant Beni Saf (Algérie) à Almeria (Espagne) sera définitivement opérationnel dès avril prochain. Jeudi, le ministre de l’Energie et des Mines a indiqué que les quantités contractuelles (8 milliards de m3 par an) seront acheminées dès le début du mois prochain. Auparavant, le représentant du groupe espagnol Cepsa, qui avait remporté un bloc d’exploration d’hydrocarbures, avait évoqué la date du 1er avril pour la mise en service de ce gazoduc. Rappelons que Sonatrach détient la majorité dans le consortium qui gère Medgaz avec 36% des actions, tandis que les sociétés espagnoles Cepsa et Iberdrola détiennent 20% chacune, alors que Endesa (Espagne) et GDF – Suez (France) disposent de 12% chacune. Par ailleurs, le ministre de l’Energie a écarté la possibilité d’une réunion imminente de l’Opep, d’autant que le marché est suffisamment approvisionné en pétrole.

A cause des troubles en Libye

Les parapétroliers se retirent momentanément

Les sociétés de services pétroliers algériennes se retirent momentanément de Libye à cause de la grave situation dans ce pays. Selon le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, s’exprimant jeudi dernier, à l’issue d’une séance d’attribution de blocs d’hydrocarbures, plusieurs parapétroliers ont quitté la Libye, «mais ils reviendront, nous le souhaitons, dès l’apaisement de la situation». Pour autant, les investissements algériens en Libye se poursuivront, affirme M. Yousfi. Rappelons que 80 employés de la filiale de Sonatrach (Sipex), présente dans deux blocs d’exploration à Ghadamès, ont été rapatriés début mars.

Grève des travailleurs de Sonatrach à Hassi R’mel

«Beaucoup de revendications sont légitimes», selon Yousfi

Les revendications des travailleurs de Sonatrach, en grève à Hassi R’mel, sont pour «beaucoup légitimes», selon le ministre de l’Energie et des Mines. Jeudi dernier, Youcef Yousfi a affirmé que ces revendications sont légitimes et «en train d’être prises en charge». En ce sens, des discussions sont lancées entre les concernés et la direction de Sonatrach, un préaccord devant aboutir avant la fin mars 2011 à entériner par l’exécutif. Cela même si l’on minimise, au niveau du staff dirigeant de Sonatrach, l’ampleur du mouvement de grève, arguant que seulement 200 travailleurs sur un effectif de 3 000 ont participé à cette action.

Source Le Soir d’Algérie Chérif Bennaceur

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires