Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 06:07

Ces remises peuvent atteindre 20%, notamment au niveau des showrooms des marques européennes.

salon-alger.jpg

 

Face à un marché automobile qui s’est rétréci comme une peau de chagrin, les concessionnaires automobiles algériens redoublent d’imagination et recourent à de nombreuses formules marketing. Ils organisent des événements régionaux, à l’instar de Nissan, dont l’agent d’Oran expose actuellement des véhicules de la gamme nippone sur la plage d’El Bahia. Toutefois, l’arme ultime qu’utilisent présentement les patrons d’enseignes automobiles, demeure incontestablement les réductions sur les prix des voitures. Ces remises atteignent souvent les 20%, notamment au niveau des showrooms des marques européennes. Parmi ces dernières citons Volkswagen qui prolonge l’été avec des promotions spéciales sur le Touran1.9 Tdi, Trend Line et sur lequel la concession de Mourad Oulmi consent 60.000 dinars. Idem pour l’Octavia Skoda qui est vendue à un prix spécial, c’est-à-dire avec une réduction de 40.000 DA.

Notons qu’une exceptionnelle remise avait concerné auparavant le modèle Skoda Fabia, dont, désormais, Sovac (représentant exclusif des marques Volkswagen, Volkswagen utilitaire, Audi, Seat et Skoda) est en rupture de stock. Pour sa part et en prévision du mois sacré de Ramadhan, la marque au lion, Peugeot, compte annoncer incessamment des remises inédites sur l’ensemble des segments qu’elle commercialise. «Ces réductions atteindront des seuils jamais égalés de toute l’histoire de Peugeot en Algérie», annonce une source proche de la concession de Marc Bergeretti. Selon cette même source, ce sera là un geste de reconnaissance de la marque française en direction du client algérien dont la confiance dans la qualité des produits Peugeot ne s’est jamais démentie. Une manière également de faire participer l’automobiliste algérien à la célébration de l’anniversaire de l’installation de Peugeot en Algérie.

En fait, ces stratagèmes marketing rendent compte de la nécessité pour les représentants de constructeurs automobiles de garder, coûte que coûte, la tête hors de l’eau. Leur objectif étant de passer les nombreux écueils qui auront fini par rendre le marché de l’automobile morose en un laps de temps très court, notamment l’instauration des fameuses taxes sur les véhicules neufs que les concessionnaires ont rabattu sur le prix à la vente des voitures. Mais aussi et surtout, l’interdiction officielle signifiée aux banques de ne plus accorder de crédits automobiles aux citoyens. Ainsi, d’autres concessionnaires, particulièrement de marques chinoises, ont-ils parfois fait entorse à cette mesure draconienne, en daignant, sous certaines réserves, accorder des crédits fournisseurs. Rappelons qu’en 2010, le marché automobile du neuf s’est rétréci, après le «boom» de l’année 2008 et, dans une moindre mesure, 2009. Cette déprime aura fait le bonheur du marché de l’occasion qui aura allégrement repris des couleurs. Les chiffres du Cnis témoignent de la décrue du marché du neuf. En effet, l’Algérie a importé 269 018 véhicules en 2009 contre 352 315 voitures en 2008, alors que les importations en valeur ont baissé de 286,9 milliards de dinars en 2008 à 277,3 milliards de dinars en 2009. Les 36 concessionnaires qui dominent le marché du neuf n’ont importé que 246.522 véhicules en 2009 contre 327.506 en 2008, une baisse de 24,73%. Les particuliers, quant à eux, ont importé 22.496 véhicules en 2009, contre 24.809 unités en 2008, un recul de 9,32% pour un montant de 31,5 milliards de DA, selon les chiffres du Cnis.

Source L’Expression Salim Benalia

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires