Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 05:52

Révolution démocratique dans le monde arabe : du virtuel au réel…

siege_el-watan.jpg

Siège d'El Watan

 

Huit ans durant, elle a vécu en immersion dans la société égyptienne, elle a une connaissance parfaite de son mouvement associatif. Sara Ben Néfissa, une Tunisienne spécialiste de l’Egypte, chercheuse en sociologie politique à l’Institut de recherche et de développement (IDR), a décrypté avec force subtilités la révolution égyptienne. 

Séquence par séquence. Méthodique, très didactique, d’une déconcertante simplicité, son intervention, construite autour de quatre volets, a été suivie religieusement par les participants aux Débats d’El Watan. Mme Ben Néfissa rappelle d’abord les prémices de la révolution égyptienne, ensuite ses principaux déclencheurs, internes et externes ; les caractéristiques de cette révolution et autres éléments apparus «lors des 18 jours qui ont changé l’Egypte» et enfin la chercheuse balise les enjeux scientifiques et les paradigmes d’analyse des régimes politiques dans le monde arabe et ouvre de nouvelles pistes de recherche. En Egypte, deux phénomènes apparemment contradictoires, observe-t-elle d’emblée, sont apparus ces 5 dernières années : d’un côté un verrouillage politique, institutionnel très important, et de l’autre, une liberté d’expression et d’action tout aussi importante.

La spécialiste note une forte augmentation des mouvements sociaux et des protestations sociales adossées à un processus de démonopolisation du champ médiatique. Deux éléments principaux accompagnent ces deux phénomènes : les couches sociales réputées les plus démunies d’Egypte animant la protestation sociale ne sont liées à aucune force politique, «y compris aux islamistes qui ne sont pas à l’aise sur le terrain» de la contestation sociale ; l’autre élément, en rapport avec le processus de démonopolisation du champ médiatique a trait au rôle prépondérant des médias. «On parle ici du rôle joué par les agitateurs de la Toile, des réseaux sociaux, mais la démonopolisation du champ médiatique est d’abord liée à la création de groupes et journaux privés indépendants.» Elle cite le journal Al Masrioun, également les talk-shows diffusés par les chaînes satellitaires égyptiennes telle que Dream 2 et autres. «Ces émissions connaissent une large audience. Au point où l’an dernier, Al Jazeera s’était plaint des parts de marché raflées par ces chaînes égyptiennes.». Ces médias dont l’influence est omniprésente, surtout auprès de la «population qui n’a pas les moyens d’acheter des journaux», ont potentiellement contribué dans la «conscientisation sociale et politique». «Outre le fait que ces chaînes télé et radio donnent la parole aux acteurs des mouvements sociaux et, d’une certaine façon, elles les protègent car le régime ne pouvait plus les réprimer comme avant, ces médias ont aussi contribué à décloisonner l’espace social égyptien.

Avec ces émissions, les classes moyennes supérieures, les riches… ont commencé à voir comment vivent les couches défavorisées de la société égyptienne.» La conférencière souligne la transformation de l’espace public égyptien qui a «échappé de plus en plus au contrôle des pouvoirs publics, contraints de s’adapter au phénomène tout en essayant de le cantonner dans le registre des mouvements sociaux n’appelant pas à des prolongements de politiques», une «mutation fondamentale» des rapports dans la société : «On a de moins en moins peur de défier l’ordre établi.» Beaucoup de personnes s’interrogent, d’après elle, comment se fait-il que ce sont des groupes d’intellectuels, comme Kifaya (apparu après 2005) qui ont pu muter l’espace public et non pas les ouvriers de l’Egypte profonde qui ont contribué à ces changements ? «Kifaya, précise-t-elle, n’est qu’un symptôme d’un processus de démonopolisation de l’espace public sous la contrainte de la mondialisation et de l’importance accrue des élites politiques du dedans et du dehors.» L’autre prémice de l’explosion se situe au niveau politique. A la veille des législatives de 2010, la fragmentation de la classe politique de l’opposition s’est accentuée.

Émergence d’une «opposition informelle»

«Au côté de l’opposition fragmentée, on a assisté à l’apparition d’une classe politique informelle, sous-produit d’une sphère hétéroclite composée de romanciers, journalistes, médecins… qui concurrençait l’opposition politique classique, aussi bien les partis Wafd et de Tagamouâ mais également les Frères musulmans. Ces derniers, on l’a vu, étaient prêts à faire alliance avec le régime contre des sièges à l’assemblée du peuple». La «classe politique informelle» a reçu un soutien de taille, El Baradaï, dont l’entrée en scène a eu un impact politique certain, car il a renforcé au sein du régime politique le clan «anti-Gamal Moubarak qui ne voulait pas d’une succession dynastique». Au chapitre des «déclencheurs de la révolution», Mme Ben Néfissa en cite trois internes et un externe. D’abord en juin 2010, l’assassinat du blogeur Khaled Saïd à Alexandrie: «Khaled n’était pas un opposant politique ni un militant des droits de l’homme, il a juste posté sur Internet une vidéo de policiers se partageant l’argent de la drogue. Son assassinat a eu un effet inouï sur la Toile.

La mobilisation de masse que cela a suscité s’est vérifiée le mois d’après, lors de la manifestation du 12 juillet 2010, à laquelle El Baradaï a participé.» Deuxième déclencheur: l’attentat d’Alexandrie (2 janvier 2011) contre une église copte qui «a montré, aux jeunes notamment, comment les forces de police sont capables, dans la réalité, de tuer des innocents. L’importance de cet événement se situe au niveau du débat public suscité et les nouvelles manières de protester de jeunes coptes. On était plus dans la logique ancienne de confinement communautaire et selon laquelle la protestation des coptes devait passer par le pape orthodoxe Chénouda II.» Les coptes ont opté pour l’occupation de l’espace public national, à une forme directe de protestation, la manifestation publique, et en s’adressant directement au pouvoir public sans médiation communautaire. Troisième déclencheur : le résultat des législatives de 2010 donnant une victoire insolente et par la fraude massive (420 sièges sur les 508 à pourvoir) au PND, le parti au pouvoir, dans l’exclusion des partis de l’opposition, y compris les Frères musulmans. «Le régime a réussi à se mettre à dos tout le monde, y compris la jeune garde du PND.»

Tunisie : le déclencheur externe

«C’est le plus important déclencheur», insiste Mme Ben Néfissa. «La chute de Ben Ali a eu pour conséquence ce que je qualifie de passage du virtuel au réel. Parce que la mobilisation des jeunes sur la Toile, les groupes et réseaux sociaux qui préexistaient n’avaient pas, jusque-là, de prolongement dans le réel.» L’exemple du Mouvement de jeunes du 6 Avril est très édifiant. Ce mouvement est né dans le sillage de la grève des ouvriers du textile, dans la ville de Mahla El Kobra, en 2008, et a relayé leurs revendications en appelant notamment à une grève générale pour le 6 avril. «Bizarre. Cet appel a même suscité la gêne des leaders syndicaux, incommodés par l’intrusion intempestive du politique dans le social. C’est finalement le communiqué du ministère de l’Intérieur interdisant la manifestation qui amplifiera l’appel du Mouvement du 6 Avril et le fera plus connaître à travers tous les médias.»  Les éléments «nouveaux» et «caractéristiques de ces 18 jours de révolte qui ont changé l’Egypte», la chercheuse en retient plusieurs : d’abord les catégories sociales et démographiques impliquées.

Comparée à la Tunisie, explique-t-elle, où ce sont les jeunes défavorisés, sans emploi, issus des régions oubliées qui en sont les initiateurs, en Egypte ce sont des jeunes appartenant aux classes moyennes supérieures, notamment cette nouvelle couche sociale reliée au secteur privé et à la sphère du commerce international. «On a beaucoup parlé de la baisse de niveau, même de la quasi disparition de la classe moyenne traditionnelle en Egypte, mais en fait, il y a l’apparition de cette nouvelle couche moyenne.» Bien évidemment, reconnaît Mme Ben Néfissa, cette catégorie de jeunes issus de la couche moyenne n’est pas l’«acteur-clés» de la révolution. «La première liste des martyrs de la révolution est composée essentiellement de jeunes issus des quartiers pauvres, de la classe sociale défavorisée. Une chose est sûre : ce ne sont pas les acteurs de la protestation, des mouvements sociaux catégoriels qui ont été les déclencheurs de la révolution. Ces derniers ne sont intervenus avec force qu’à la deuxième semaine du mouvement, au moment même où le gouvernement Souleïmane jouait le pourrissement en appelant notamment à la reprise du travail. C’est finalement dans le cadre du travail que les mouvements sociaux ont pris de l’essor.» Autre caractéristique de la révolution égyptienne : il s’agit d’une révolution «sans leadership idéologique, sans zaïm». Les mots d’ordre, les slogans sont aussi importants de par leur mixage social et politique et les messages adressés à la communauté internationale : «la révolution du 25 janvier est d’abord celle du pain, de la liberté, de la dignité humaine».

C’est important, car il ne s’agit pas de la dignité nationale. «Echaâb yourid iskat nidham» (le peuple veut abattre le régime) ; «Irhal» (pars) : la teneur des slogans déclinés en plusieurs langues (anglais, français, arabe) prouvet «qu’on a affaire à une société qui a compris qu’il faut s’adresser à  l’opinion publique internationale, que l’Occident ne se résume pas à l’opinion de ses Etats et des gouvernants». L’analyste décrypte également les forces politiques en présence : le 25 janvier, ce sont les jeunes qui ont appelé à la manifestation. Ce sont ceux du Mouvement des jeunes du 6 Avril, de l’association de soutien à Al Baradeï, des activistes de l’opposition informelle autour de Kifaya, des militants de la classe politique fragmentée de l’opposition (Wafd, Tagamouâ). «Le mouvement des Frères musulmans qui a soutenu individuellement la manifestation du 25 janvier n’est entré réellement en scène que le 28 janvier et a participé à la défense de la place Tahrir attaqué par les baltaguia.

Ces mêmes Frères musulmans, le 6 février ont tenté de négocier avec le régime».  La spécialiste évoque également le rôle de «neutralité» de l’armée. Un rôle déterminant mis en exergue lors de la visite d’un haut gradé sur la place Tahrir, en plein affrontement entre manifestants pro et anti-Moubarak. Le communiqué n°3 du Conseil des forces armées qui a salué «les martyrs» de la révolution témoigne du basculement de l’institution militaire.

Source El Watan Mohand Aziri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires