Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 08:14

Des salaires qui aggravent la misère

ugta

 

Avec un Snmg à 150 euros, les Algériens sont loin derrière les Marocains et les Koweïtiens ou encore d’autres travailleurs des pays arabes.

Les annonces officielles d’augmentations des salaires dans certains secteurs d’activité ont provoqué l’effet boule de neige chez les travailleurs non touchés par la mesure ou jugeant leurs nouveaux gains dérisoires.

Un nouveau rebondissement sur le dossier des salaires vient d’être provoqué par le ministre de l’Education nationale. Boubekeur Benbouzid l’a annoncé à destination des fonctionnaires de son secteur.

Il promet une remise à niveau de leurs salaires pour combler l’écart existant avec ceux des autres employés bénéficiant des récentes augmentations. C’est le cas pour celles intervenues respectivement dans les secteurs de la santé, la Douane et la police, pour ne citer que ces derniers. Même les personnels de l’éducation ont été parmi ceux ayant vu leurs salaires augmenter mais cela leur paraît toujours insignifiant.

Le ministre s’est dit convaincu de la justesse de cette revendication et a décidé d’installer des commissions pour pallier ces disparités. En plus du dossier des salaires, quatre commissions sont déjà mises en place pour traiter du statut particulier, du régime indemnitaire, du logement et de la gestion des oeuvres sociales.

Ces commissions ont 10 jours pour boucler leur travail qui sera remis au ministre, lequel le soumettra au gouvernement. Les hausses des traitements des travailleurs sont une façon pour le pouvoir d’éviter le tsunami de la révolte populaire qui a déjà frappé la Tunisie, l’Egypte et d’autres pays de la région. L’espoir de disposer d’un pouvoir d’achat élevé est parmi les raisons qui poussent les citoyens dans la rue.

Le gouvernement lâche du lest face aux multiples appétits du peuple. Les Algériens, comme leurs voisins tunisiens, ne veulent plus de fausses promesses, car ils exigent des mesures concrètes.

Il n’y a qu’à voir les démonstrations faites par les syndicats des différents secteurs pour le constater. Les entreprises privées et publiques ont l’habitude d’augmenter les salaires d’une façon très timide. Pour 2011, il y a une croissance des budgets consacrés aux augmentations des salaires par les différents ministères.

Le vécu des Algériens renvoie à une réalité amère. Celle d’une sérieuse dégradation du pouvoir d’achat laminé par les hausses des prix. Les premiers mois de l’année en cours se sont singularisés par une envolée générale des prix des produits de large consommation qui a provoqué un violent vent de révolte sociale.

En l’absence d’une feuille de route claire des réformes économiques et sociales, l’Algérie ne pourra pas éviter une grave crise sociale comme ce qui se passe dans plusieurs pays arabes.

Les économistes algériens n’ont eu cesse de le répéter. Même les experts allemands intéressés par l’étude de l’économie le savent. L’un d’entre eux n’a pas exclu la poursuite des révoltes dans de nombreux autres pays arabes: Tunisie, Egypte, Libye, Maroc, Yémen...Dans le cas de l’Algérie, Hartmut Elsenhans préconise l’encouragement des exportations hors hydrocarbures pour régler le problème du chômage élevé chez les jeunes et disposer, de la sorte, de revenus.

Paradoxalement, il propose des salaires plus bas. Plusieurs économistes pensent que l’Algérie doit être capable de fournir des produits agricoles et manufacturés à des prix accessibles par rapport aux salaires. Malgré des subventions sociales de 15 milliards de dollars en 2011, les citoyens sont loin de nager dans le bonheur.

L’indice mondial du bonheur place le pays à la 46e place sur 60 autres nations représentant 85% de la population mondiale et 90% du PIB. C’est l’utilisation des revenus des ressources pétrolières et gazières qui se pose ainsi que la répartition de la rente qui génère d’importants moyens financiers. Les réserves de change s’élèvent à 150 milliards de dollars. Il est clair qu’avec un aussi faible salaire, le smicard ne peut que survivre, vu le coût de la vie. L’intersyndicale, les syndicats de tout bord (Snapest, CLA Satef, Snte) pour l’éducation, le Snapap pour l’administration, ont appelé à des manifestations. Insatisfaits de leurs salaires, indemnités et future retraite, ils se sont succédé sur l’esplanade de la protesta.

Les sections syndicales des différentes entreprises à l’échelle nationale, ont menacé d’investir la rue. Les dernières revalorisations salariales décidées depuis, s’avèrent insignifiantes devant la hausse des prix de tous les produits sur le marché. Le 5 janvier, c’est le trust de l’huile et du sucre qui a mis le feu aux poudres.

La décision de subventionner les produits de large consommation et d’augmenter les salaires sont loin de constituer une réponse satisfaisante aux travailleurs. Avec un Snmg à 150 euros, les Algériens sont loin derrière les Marocains et les Koweitiens ou encore d’autres travailleurs des pays arabes.

Source L’Expression Idir Tazerout

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires