Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 07:12

Algérie - Autoroute Est-Ouest et Sonatrach : Tout n’a pas encore été révélé
autoroute-est-ouest-copie-1.jpg
sonatrach

Les deux gros dossiers (Sonatrach et l’autoroute Est-Ouest) de corruption et de malversations, actuellement en instruction au tribunal d’Alger, continuent de susciter les interrogations des uns et des autres. Les deux juges du pôle judiciaire spécialisé, en charge de l’instruction, poursuivent leur instruction, que certains qualifient de « très lente » et d’autres de « trop rapide ». Des sources judiciaires récusent, néanmoins, les deux avis en affirmant que « que les auditions ne se sont jamais arrêtées. Elles se poursuivent pour les deux affaires. Elles ne sont ni lentes ni rapides, mais tiennent compte de la complexité et de l’apparition de nouveaux éléments sur d’autres griefs ».
Ainsi, selon nos interlocuteurs, le dossier Sonatrach a connu quelques avancées ces derniers jours avec l’audition, toujours en cours, des membres de la commission d’évaluation technique, notamment sur la procédure interne (la R15), qui régule les passations de marchés au sein du groupe. Visiblement, l’enquête ne se limitera pas uniquement aux contrats avec Saipem, et le groupe algéro-allemand Contel, puisque l’ensemble des membres de cette commission sont appelés à être entendus en tant que témoins, devant le juge, sur toutes les procédures de passations de marchés sur plusieurs années. A signaler que le magistrat a déjà entendu, une première fois, la directrice du service audit au niveau de la compagnie et engagé, depuis quelques jours, la procédure de confiscation des biens des prévenus.
Pour ce qui est du dossier de l’autoroute Est-Ouest, nos sources estiment, par contre, qu’il risque de connaître une tournure assez importante les semaines à venir. Mis sous mandat de dépôt, il y a plus de deux semaines, l’ex-directeur des nouveaux projets à l’Ana, Mohamed Khelladi, aurait fait, lors de son audition récente, dans le fond, des révélations très graves sur les malversations dans les marchés de réalisation des tronçons d’autoroute, notamment à l’est du pays, donnés au groupe japonais Kojal, mais aussi sur la sous-traitance dont ont bénéficié de nombreuses sociétés, choisies dans le giron du MSP, mais également à des enfants de certains hauts responsables (militaires et civils) du pays.
En attendant les confrontations, il est important de souligner que l’audition de Khelladi, dans le fond, a permis de lever une partie du voile qui couvre le gros dossier des travaux supplémentaires ayant coûté à l’Etat 7 milliards de dollars. Une facture excessivement salée que Khelladi a expliquée par l’absence de contrôle lié au respect des délais de réalisation et donc aux surcoûts, mais également à la surfacturation. Les révélations de Khelladi ont au moins le mérite de donner un éclairage sur le japonais Kojal, présenté comme une coquille vide, ne possédant ni moyens humains ni matériel et qui recourt dans la majorité des cas à des sous-traitants non qualifiés, avec tous les risques de malfaçon que ces actes ont induit.
A signaler que la plainte déposée contre Khelladi, par l’actuel directeur général de l’Ana, porte notamment sur des malversations, notamment avec la société chinoise, Citic, au centre de ce scandale. De nombreux chefs d’inculpation ont été retenus contre lui, entre autres, corruption, malversations, dilapidation des deniers publics. A signaler que le juge d’instruction a engagé la procédure de la confiscation de ses biens, une villa louée aux Chinois.
Lutte d’intérêts
Pour ceux qui suivent de près cette affaire, le sort de Khelladi a été scellé par son ministre Amar Ghoul, dès le moment où il a décidé d’enquêter pour le compte « des services » sur les marchés de réalisation de l’autoroute octroyés aux Chinois. N’ayant pas pris en compte les offres alléchantes de Ghoul (en contrepartie de son silence) transformées après des mises en garde, il a fini par être « embarqué » dans l’affaire, lui qui se sentait protégé par son statut de dénonciateur. L’ancien colonel de la Marine nationale a, en fait, fait les frais d’une lutte d’intérêts entre deux grands pôles d’intérêts qui se disputaient les lourdes commissions dans l’octroi des marchés de l’autoroute Est-Ouest, dont le kilomètre est le plus cher au monde.
Les révélations de Khelladi risquent de donner une nouvelle tournure au dossier à travers l’audition de nombreux autres responsables au sein du ministère des Travaux publics, mais aussi le ministre, que les avocats de Mohamed Bouchama, secrétaire général, ont déjà réclamé. Une demande légitime, lorsque l’on sait que Bouchama a été mis en détention préventive sur la base de propos accusateurs de Khelladi, qui lui-même est aujourd’hui poursuivi. En tout état de cause, il est important de préciser que si dans le dossier Sonatrach, la partie civile est déjà constituée pour défendre les intérêts du groupe, dans celui des travaux publics, à ce jour, rien n’a été fait. Ni l’Ana, dont le premier responsable a déposé plainte contre Khelladi, ni le ministère des Travaux publics n’ont jugé nécessaire de préserver les intérêts de l’Etat. En attendant le début des confrontations dans les deux affaires, des rebondissements sont à attendre…
Source El Watan Salima Tlemçani
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires