Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 04:46

La deuxième mort de Warda

Warda repose a El Alia

Ni pour Warda, et encore moins pour Ben Bella, grand ami de Nasser, qui tous deux ont vécu en Egypte et bu l'eau du Nil, les dirigeants du Caire n'ont exprimé une quelconque compassion, ni message officiel, tout en s'abstenant de dépêcher une délégation pour assister à leurs obsèques. Après l'épisode d'Oum Dormane, il est temps de nous interroger sur leurs propres sentiments à notre égard. Que nous veulent-ils?

Mais que se passe-t-il donc entre Alger et Le Caire? Un vent de mépris et de suspicion souffle entre les deux capitales. La cause? Les conditions dans lesquelles la grande cantatrice Warda a été transférée du Caire vers Alger soulèvent nombre de questionnements et suscitent une réprobation générale en Algérie. Des photos montrant la dépouille de la Diva soulevée par un clark de manutention ont créé un véritable buzz sur la Toile. Notre ambassadeur au Caire, Nadir Larbaoui, s'est retrouvé seul ainsi par la force des choses, sans l'aide d'une quelconque autorité ou institution égyptienne à assumer la lourde mission de gérer les obsèques de la défunte dans un temps très réduit et de manière digne. Pourtant il avait, avec ses proches collaborateurs, saisi dans les minutes qui ont suivi l'annonce du décès, les autorités compétentes au Caire pour assurer la suite de cet événement douloureux ayant affecté la majorité du peuple égyptien connu pour ses sentiments de solidarité. Pas moins de trois ministères ont été saisis par notre ambassadeur pour s'enquérir des mesures qu'ils comptaient prendre avant le rapatriement de la défunte à Alger. Il s'agit des ministères égyptiens des Affaires étrangères, de la Culture et celui de l'Information. Silence radio. Ces institutions n'ont pas daigné répondre aux sollicitations de l'ambassade algérienne au Caire, ni charger leurs collaborateurs de prendre attache avec les représentants algériens. Black-out total de la part des Egyptiens. Après de longues heures d'attente, alors que l'avion dépêché par la présidence algérienne était sur le tarmac de l'aéroport, la réalité a fini par prendre le dessus. Les Egyptiens n'ont exprimé aucun désir de lui organiser une cérémonie de recueillement ni dans un endroit officiel au Caire, encore moins au salon d'honneur de l'aéroport où devait logiquement s'y trouver une délégation pour saluer la dépouille de celle qui a aimé et adoré l'Egypte. Face à cette absence de réactivité des autorités égyptiennes, à la limite du mépris, l'ambassadeur algérien a pris la décision de transférer la dépouille dans une ambulance. Arrivée à l'aéroport, la délégation algérienne a été surprise mais aussi choquée de constater l'absence d'un quelconque représentant égyptien. Pis encore, la dépouille a été soulevée à l'aide d'un clark de manutention! Les conditions dans lesquelles ont eu lieu ces faits déplorables et ces dérapages ont été violemment critiqués par la presse égyptienne dans son édition d'hier. Il ne peut en être autrement surtout que la grande artiste a porté dans son coeur aussi bien l'Algérie que l'Egypte. L'offense n'a pas été perpétrée contre la défunte Warda mais contre l'Egypte et par des Egyptiens qu'elle avait pourtant si chéris à chaune de ses oeuvres. Plus grave, les autorités égyptiennes n'ont pas dépêché à Alger une délégation officielle du gouvernement et des artistes. Seulement voilà, les Egyptiens ne sont pas à leur premier manquement. Déjà, lors du décès de l'ancien président Ahmed Ben Bella, aucune réaction officielle n'est venue du Caire au moment où les Marocains et Tunisiens ont dépêché à Alger, des délégations officielles. Les Egyptiens ont adopté une position équivoque par rapport à la longue tradition des relations entre les deux pays. D'autant plus que Ahmed Ben Bella n'est pas un inconnu en Egypte. Il y a vécu et même côtoyé Gamal Abdel Nacer avec qui il a porté l'étendard du panarabisme. Les valeurs du grand peuple égyptien à la culture plusieurs fois millénaire viennent d'être foulées aux pieds par ceux-là mêmes qui prétendent aujourd'hui présider aux destinées de l'Égypte de l'après-révolution. Encore une fois, l'ambassadeur d'Algérie au Caire, Nadir Larbaoui, est entré par la grande porte de l'histoire. Il a été le premier à être informé du décès de la Diva, à prendre les dispositions nécessaires pour ne pas heurter le peuple égyptien et à informer Alger dans les temps requis. Les autorités égyptiennes ont raté un autre rendez-vous avec Alger. Ce malheureux épisode ajouté a celui du décès de l'ancien président Ahmed Ben Bella ne viennent-ils pas confirmer le parjure d'une partie de l'élite égyptienne à l'égard de leur devoir envers l'Algérie? L'épisode d'Oum Dormane, au Soudan, en 2010, n'avait-il pas fini par livrer tous ses secrets lorsque l'on sait que ses commanditaires, Djamel Moubarak, le président de la Fédération égyptienne de football, et certains journalistes ayant insulté nos Chouhada et brûlé notre drapeau, ont fini par avouer qu'ils étaient les seuls instigateurs de ce forfait contre le peuple algérien?

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires