Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 04:19

Algérie - Belkhadem, Ouyahia et Soltani dans la trappe de l'Histoire?

Belkhadem--Ouyahia-et-Soltani.jpg

 

Auréolé de la victoire de son parti aux dernières législatives, Belkhadem croit en son étoile. Encore faut-il ne pas se tromper au moment d'entamer la partie.

2014. C'est le repère fatidique, le spasme final pour les hommes politiques algériens, ceux qui ambitionnent de présider aux destinées du pays. Les deux années qui nous séparent de cette élection présidentielle, sont le moment où l'on s'échauffe, où l'on construit et l'on scénarise. Dans l'esprit du discours prononcé le 8 mai dernier, à Sétif, le Président Bouteflika a tenté de poser les jalons de ce que sera cette échéance électorale déterminante. Dans sa phrase sibylline «tabe dj'nane na» (notre génération est finie, ndlr)» Bouteflika a soutenu que la relève politique doit succéder aux anciennes figures. Ce changement doit avoir son ancrage dans la méritocratie et le choix du suffrage universel. Or, a-t-il pris le soin de préparer la relève? Brimée, confinée et réduite au silence médiatique pendant toute une décennie, la nouvelle génération n'a pas encore fait de crocs mais elle a des dents pour mordre au mollet. D'ores et déjà, une bataille larvée s'est engagée dans les sphères dirigeantes. Dans les coulisses, les couteaux s'aiguisent et tout porte à croire que Bouteflika a décidé de faire tomber les peaux mortes que sont Abdelaziz Belkhadem, Ahmed Ouyahia, et Bouguerra Soltani. Dans ses trois figures qui ont régné pendant dix ans sur la scène politique, le régime a trouvé ses nouveaux- hass been-. En fait, toutes les prévisions qu'établissent les politologues convergent vers la nécessité d'accélérer le départ des leaders des partis ayant constitué l'Alliance présidentielle. C'est ce qui explique les vagues de fond qui agitent le RND, le mouvement de redressement qui secoue le FLN et les tiraillements qui déchirent le MSP.
Désormais, l'épisode Belkhadem sera bientôt fermé. Cette tendance a été confirmée quand Bouteflika a porté son choix sur Larbi Ould Khelifa pour la présidence de l'APN, disqualifiant de ce fait, Rachid Harraoubia, le candidat à ce poste soutenu par Abdelaziz Belkhadem. Cette passe d'armes entre le président de la République et le secrétaire général du FLN dénote clairement qu'il y a une nouvelle redistribution des cartes. Elle traduit également, en filigrane, toute l'âpreté de la bataille à venir visant à accaparer le secrétariat général du FLN. Car qui dirige le FLN, sera le prochain candidat potentiel à la présidence de la République pour 2014. L'enjeu est de taille, il faut des atouts forts. L'actuel secrétaire général du FLN est un ambitieux bien particulier. Tout ce qu'il dit, tout ce qu'il fait procède d'une malice féroce, d'une habilité avec l'art suprême de la camoufler. Belkhadem s'est débarrassé des «légalistes pro-Benflis» en 2004, face à la tempête des redresseurs, il a tenu bon et il s'est même permis le luxe d'une victoire écrasante aux dernières législatives. Mais M.Belkhadem est-il vraiment l'homme de la situation? Avec 209 sièges au Parlement, le FLN rafle la mise. Et voilà toutes les cartes rebattues. Pour un joueur comme Belkhadem, une main pareille ouvre des perspectives inégalées. Auréolé de la victoire de son parti aux dernières législatives, il croit en son étoile. Encore faut-il ne pas se tromper au moment d'entamer la partie. Erreur de casting. Enivré par le succès inattendu du FLN, Belkhadem a misé le mauvais cheval pour la présidence de l'APN. Son candidat, Rachid Harraoubia, a été éjecté de la course. Première mise en échec. Si on fait l'impasse sur Bouguerra Soltani éliminé de fait par sa mouvance pour avoir mouillé le parti dans les péripéties du régime, Ahmed Ouyahia fait partie du trio à disqualifier. Le patron du RND a un handicap qui n'est pas mince lorsqu'on boxe à un niveau aussi haut. Son sens stratégique confine parfois à la bévue, alors que la démagogie et le populisme sont à la politique ce que le sel est à la bonne cuisine. Si Ahmed Ouyahia passe pour être particulièrement difficile, c'est parce qu'il ignore les vertus lénifiantes de la souplesse. Dans l'imaginaire populaire, il traîne plusieurs boulets. C'est lui qui a mis des cadres en prison, qui a opéré des ponctions salariales, qui a fermé des entreprises et qui avait refusé des augmentations salariales aux travailleurs. Bref, l'homme des sales besognes. Mais ne vendons pas la peau de l'insubmersible Ouyahia. Car pour gagner une présidentielle, il ne faut pas chercher à se faire aimer. Il faut savoir flinguer l'adversaire. Une balle suffit, de préférence avec un silencieux et au moment opportun. C'est un classique à ce niveau de compétition.
C'est sur cet échiquier que doit se jouer dans les tout prochains mois l'avenir du pays pour au moins une décennie. Le paysage politique subira une métamorphose dictée par les exigences nationales et surtout internationales. Nous savons que le Sahel et le Maghreb subissent de plein fouet les mutations sociales et politiques profondes au point d'affecter sérieusement l'aspect sécuritaire. C'est ce point qui mobilisera toutes les énergies pour préserver l'unité nationale. Dans le combat sécuritaire au Sahel, les partenaires étrangers ont réaffirmé a plusieurs reprises le rôle leader de l'Algérie. Mais encore faut-il que l'Algérie adopte d'autres stratégies face aux nouveaux défis sécuritaires régionaux. «Si l'Algérie se confine dans son rôle actuel, elle subira de plein fouet les graves événements qui se profilent au nord du Mali» a confié un diplomate occidental parlant sous l'anonymat. C'est dire qu'un choix désastreux à ce niveau de responsabilité risque d'hypothéquer l'avenir des générations et gâcher le travail accompli depuis ces dernières années par l'Algérie

Source L’Expression Brahim Takheroubt

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires