Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 07:24
Le chef de la mission d'observation de l'UE déclare ; «Nous ne regrettons pas d'être venus»
Jose Ignacio Salafranca
 
La mission d'observation électorale de l'UE s'est dite plutôt satisfaite du déroulement du scrutin du 10 mai.
Pas de déception ni de rapport accablant! La mission d'observation électorale de l'UE s'est dite plutôt satisfaite du déroulement du scrutin du 10 mai. «Les élections se sont déroulées de façon fondamentalement pacifique», a assuré M.José Ignacio Salafranca lors d'une conférence de presse qu'il a animée hier à Alger. Le chef de la mission d'observation de l'Union européenne a regretté le fait que les observateurs n'aient pu avoir accès au fichier électoral national, qui est un élément essentiel dans leur méthode de travail.
Il a affirmé que le mémorandum signé avec le gouvernement algérien garantissait l'accès à toutes les informations sur le processus électoral. M. Salafranca a dit qu'il ne partageait pas les arguments avancés par le département de l'intérieur.
Tout en déplorant le non-accès au fichier électoral, le chef de la délégation de l'Union européenne ne regrette rien. «Nous ne regrettons pas d'être venus», a-t-il affirmé pour lever toute ambiguïté sur ce sujet.
«Nous sommes très satisfaits du déroulement du processus électoral», a-t-il indiqué. Alors que tout le monde s'attendait à un rapport préliminaire critique sur le scrutin de jeudi, M.Salafranca s'est montré plutôt prudent dans ses déclarations sur la transparence du scrutin et les accusations des partis politiques, notamment l'Alliance verte quant à la fraude. «Il y a des PV délivrés aux partis. Il faut faire des additions pour voir si ces allégations sont justes ou fausses», a-t-il affirmé sans donner plus de précisions.
Le conférencier a reconnu que les réformes électorales ont apporté un certain progrès en matière de transparence et d'établissement de mécanisme de contrôle. «Il y a des critères additionnels de transparence par rapport aux précédentes élections, mais il y a des points pour lesquels il serait possible d'introduire d'autres critères», a-t-il estimé.
Il expliquera dans ce sens que l'adoption du nouveau cadre électoral à quelques mois du scrutin a suscité plusieurs difficultés dans la mise en place des différentes structures et mesures prévues par la loi. La plupart des partis agréés ces trois derniers mois n'ont pas été en mesure de s'organiser afin de mener une campagne efficace.
«Pour assurer la plus grande transparence de l'opération, la commission a proposé la publication des résultats de tous les bureaux de vote», a fait savoir M.Salafranca.
S'étalant sur les incidents relevés le jour du scrutin, le conférencier a cité l'absence de publication des procès-verbaux juste après l'annonce des résultats pour voir si les données sont identiques aux chiffres avancés.
Autre remarque, la mission d'observation a sollicité le département de l'intérieur pour permettre aux partis politiques d'assister aux commissions de wilaya. M.Salafranca a même relevé que le système d'enregistrement des électeurs présente certaines faiblesses structurelles, notamment en raison de l'absence de consolidation nationale du fichier électoral prévue par la loi.
Le chef de la mission d'observation souligne qu'un nombre important d'électeurs, notamment dans les grandes villes, ont eu beaucoup de difficultés à trouver leur bulletin de vote au sein des centres, et ce malgré les efforts de prise en charge par les chefs de centre. Comme il a relevé le manque de sensibilisation des électeurs sur les procédures de vote et l'utilisation des bulletins multiples.
Source L’Expression Nadia Benakli
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires