Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 10:32

La plate-forme de revendications sera soumise à la tutelle

universite algerie

 

Les enseignants du supérieur comptent reprendre la revendication avec pour bagage une plate-forme de doléances «enrichie».

Contrairement aux enseignants du secteur de l’Education qui ont abandonné le champ de la contestation à la corporation des ouvriers professionnels et aux corps communs, les enseignants du supérieur compte revenir à la charge avec une nouvelle liste de doléances socioprofessionnelles. C’est ce qui ressort du communiqué du Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes), lequel indique qu’une plate-forme de revendications a été dégagée et sera prochainement soumise au département de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Dans le but d’enrichir cette plate-forme, le Cnes a invité, dans sa déclaration sanctionnant les travaux d’une session ordinaire de son conseil national, les enseignants à se mobiliser afin de faire aboutir ces revendications. Il a, à cet effet, appelé l’ensemble de ses sections à organiser des assemblées générales et des sit-in dans l’ensemble des établissements universitaires, en plus des journées des 15, 16, 17 et 18 janvier courant. En termes de revendications, le Cnes demande au ministre de tutelle «d’intervenir auprès des services compétents pour la régularisation, selon la réglementation en vigueur, de l’Indemnité spécifique du poste (ISP) dont bénéficient certains établissements du supérieur, notamment du sud du pays». Le Cnes déplore par ailleurs «l’ingérence» de certains recteurs dans les prérogatives des jurys de délibérations et menaces et intimidations de leurs membres ainsi que le piétinement de la réglementation en vigueur. Le Cnes a interpellé la tutelle sur l’instrumentalisation de la directive portant critères de classement des enseignants postulant au logement de fonction amélioré (type F4) par certains chefs d’établissements «afin de justifier le retard ainsi que leurs désengagements par rapport à des échéances de distribution déjà fixées». Dans son communiqué, le Cnes  rappelle avoir, depuis des années, choisi la voie du dialogue «afin de contribuer à mettre en place les instruments nécessaires au règlement pacifique des conflits» et «donner ainsi plus de stabilité à un secteur hautement stratégique». Il indiquera enfin qu’il continuera d’œuvrer encore «pour asseoir définitivement les mécanismes d’une gestion transparente et démocratique, principes incontournables pour l’émergence  d’une université algérienne hautement performante». Ceci, au moment où d’autres facultés œuvrent pour la création d’un syndicat autonome des enseignants de l’enseignement supérieur qui défend réellement les intérêts de la communauté des enseignants et ceux d’un enseignement supérieur de qualité…

Source Le Jour d’Algérie - Yasmine A.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires