Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 07:47

Algérie - Alignement magistère-master : Les étudiants ne lâchent pas

rassem-etudiant-souhil

 

Les étudiants de la majorité des établissements universitaires, notamment toutes les facultés de l’USTHB, étaient hier et avant-hier en grève.

De sérieuses perturbations y sont enregistrées et un rassemblement national a été observé pendant deux jours au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur à Ben Aknoun, à Alger. Les étudiants demandent l’abrogation du décret présidentiel 10-315 du 13 décembre 2010 fixant la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires. Le décret en question a dévalorisé les diplômes d’ingénieur d’Etat et de magistère, selon les étudiants. Concernant l’équivalence décidée entre les diplômes magistère-master, suite à ce décret, les étudiants en post-graduation ne lâchent toujours pas. Après le plan B lancé cette semaine pour faire un pressing sur le ministère de l’Enseignement supérieur, le collectif des étudiants composé de 16 universités poursuit son action.

Colère, indignation et refus catégorique de ce décret. Après les fermetures des facultés, il est question de passer un autre plan plus radical. D’ici le début de la semaine, si aucune décision ni réponse favorable ne sont annoncées par le ministère, le collectif des étudiants se réunira pour déclencher un autre plan, apprend-on auprès du collectif. Une réponse claire et directe est exigée. En attendant des réponses concrètes, des étudiants post-graduants lancent une pétition pour le non-alignement magistère-master par le Net (http://www.petitionenligne.fr/petition/non-a-lalignement-magister-master/901). Un élan de solidarité commence à se former.

Les enseignants chercheurs, qui se disent mobilisés, saluent, dans une déclaration rendue publique hier, le mouvement des étudiants qui luttent contre la dévalorisation du diplôme d’ingénieur d’Etat et du magistère. Ils demandent l’abrogation de ce décret et le maintien du diplôme d’ingénieur d’Etat dans l’université en défendant la valeur du diplôme de magistère, qui doit garder son statut défini par le statut de la Fonction publique du 15 juillet 2006. Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), pour sa part, a appelé, dans un communiqué, à la révision de l’ensemble des textes promulgués dans le cadre de la progression pédagogique et des équivalences entre diplômes de l’ancien système et du système LMD.

Le dernier décret démontre inéluctablement la gestion unilatérale du secteur. Le syndicat note avec inquiétude les derniers développements dans le secteur de l’enseignement supérieur et les dérapages gravissimes qui ont largement ébranlé l’ensemble des établissements universitaires. Il considère que cette situation explosive est le résultat de l’absence d’un débat réel avec l’ensemble des partenaires sociaux. 

Source El Watan Nassima Oulebsir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires