Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 05:57

Le pétrole chute de 10 dollars - La crise grecque menace l’Algérie

pompagepetrole.jpg

 

Quelles seront les conséquences sur les cours de l’or noir et les recettes engrangées par l’Algérie grâce à ses exportations pétrolières? Les pronostics sont ouverts.

On a beau crier sur tous les toits que le système bancaire algérien est déconnecté du système financier international, cela est incontestable. Une situation qui aurait comme vertu de la mettre à l’abri des turbulences que vivent actuellement les places boursières mondiales. La réalité est cependant tout autre. L’onde de choc subie par les marchés financiers internationaux a eu des effets extrêmement marqués qui ont sérieusement affecté les cours de l’or noir. Les prix du pétrole libellés en dollar baissent dès que la devise américaine reprend le dessus sur la monnaie unique européenne. L’euro s’est échangé en cette fin de semaine à 1,26 dollar. Un niveau qu’il n’avait pas enregistré depuis plus d’une année, conséquence de la crise budgétaire grecque et sur fond de craintes que cette dernière ne face tache d’huile au niveau d’autres pays européens. «C’est toujours la même histoire: l’euro reste sous pression, et le renforcement du dollar met les cours de l’énergie sous pression», a expliqué l’analyste de Round Earth Capital. Les prix du pétrole ont effectivement très sévèrement chuté. Le baril qui pointait à plus de 86 dollars, à New York, en fin de semaine dernière, a clôturé à 75,11 dollars vendredi. Sur le Newyork Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «Light Sweet Crude» a reculé durant quatre séances consécutives perdant près de 13% de sa valeur, soit 11,08 dollars en l’espace d’une semaine. Si cette hémorragie venait à se prolonger, cela pourrait mettre en sérieuse difficulté l’économie algérienne qui dépend à plus de 98% de ses exportations en hydrocarbures. Elle risque même d’en payer le prix fort si un certain seuil estimé critique venait à être franchi. «A partir de 55 dollars cela croît mal, à moins 50 dollars cela croît très mal», avait déclaré le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, lorsque les prix du brut se sont effondrés en 2008. La marge, même si elle demeure importante encore, peut fondre comme neige au soleil. Le syndrome du second semestre de l’année 2008 est encore présent dans les mémoires. Les prix du pétrole qui avaient atteint le record historique de 147 dollars au mois de juillet 2008, ont perdu en l’espace d’à peine 5 mois pas moins de 115 dollars pour afficher 32,40 dollars au mois de décembre 2008.
Ce qui n’a pas empêché cette année-là l’Algérie d’engranger une manne financière de 78 milliards de dollars. Ce fut une toute autre histoire en 2009 où les revenus pétroliers n’ont atteint que 44,3 milliards de dollars, soit une chute de 42% par rapport à l’année précédente. En ce qui concerne l’année 2010, l’Algérie table sur des revenus qui oscilleraient autour des 50 milliards de dollars. Un objectif qui devrait être largement atteint si les cours de l’or noir se maintenaient dans une fourchette comprise entre 70 et 75 dollars. Des prix estimés «satisfaisants» par les pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, (Opep). La crise budgétaire grecque qui a affecté les places boursières européennes risque de se répercuter aussi sur la demande pétrolière.
«Le gouvernement (grec) va réduire ses dépenses et augmenter les taxes, cela fait autant d’argent en moins dans la poche du consommateur, et réduit donc la demande pour les produits pétroliers», a estimé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.
Quelle va être la conséquence sur les cours de l’or noir et les recettes engrangées par l’Algérie grâce à ses exportations pétrolières? Les pronostics sont ouverts.

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Geneviève HALET-SABATIER 09/05/2010 08:04



Bonjour le PELERIN, Je m'abstiens de tout commentaire ! GENEVIEVE.



Le Pèlerin 09/05/2010 15:26



Bonjour


La mondialisation c'est aussi cela


Cordialement,


Le Pèlerin