Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 04:24

Les femmes au foyer ne veulent plus être en reste.

femme-au-foyer.jpg

 

Désormais, elles sont décidées à se faire entendre pour une plus grande considération et un rôle plus important dans la société. Ce qu’elles revendiquent, en somme, c’est avoir 8 heures de travail, 8 heures de loisirs et 8 heures de sommeil.

Titulaires de plusieurs diplômes, des femmes au foyer qui n’arrivent pas à bénéficier des programmes d’aide à l’emploi et accéder à la vie active, se sont regroupées avant-hier au niveau de la wilaya de Boumerdès sans faire trop de bruit. Cette frange de la société se débat encore dans des difficultés insurmontables. «Les politiques mises en œuvre pour améliorer nos conditions de vie pour faciliter notre insertion dans la vie socioéconomique n’ont pas eu de résultats probants», disent certaines d’entre-elles. Les témoignages recueillis auprès de ces femmes au foyer des localités de la wilaya laissent plutôt penser que «rien ou presque» n’est fait par les pouvoirs publics pour répondre à leurs aspirations. Les formations dispensées pour certaines d’entre elles au niveau des centres de formation se sont avérées largement insuffisantes pour changer leur vécu et réaliser leurs ambitions.
La plupart des femmes interrogées se plaignent des difficultés rencontrées pour se faire embaucher après l’obtention de leurs diplômes. Elles sont revenues sur les tracasseries administratives et d’autres contraintes qui les ont empêchées d’avoir un microcrédit pour ouvrir un quelconque projet. Les retards dans l’étude de leurs dossiers par l’Angem sont également évoqués comme une sanction qui ne dit pas son nom.
Face à ces difficultés, ces femmes veulent être mises au même diapason que leurs semblables. «Nous avons droit au même titre que toutes les citoyennes du pays à 8 heures de travail, 8 heures de loisirs et 8 heures de sommeil», disent-elles.
Certaines d’entre-elles n’ont pas trouvé mieux que de retourner dans des centres pour y suivre une autre formation. D’autres soulèvent le problème du manque de locaux commerciaux et d’espaces où elles pourraient vendre les produits qu’elles fabriquent et confectionnent à la maison. Courageuses, ces femmes confient que certaines d’entre-elles ont déposé des dossiers auprès de la Cnac depuis un an pour obtenir un local et un crédit pour l’achat d’un véhicule pour la livraison de gâteaux.
Comme ces femmes, elles sont des centaines qui payent les frais de l’absence de vision et d’une politique leur permettant de revaloriser leur savoir-faire. Le comble, c’est que même celles qui avaient bénéficié de locaux commerciaux, dans le cadre du programme présidentiel avons-nous appris, n’ont pas encore réussi à les exploiter à cause de leur isolement et l’absence d’électricité. C’est le cas de cette femme de Khemis-El-Khechna qui a bénéficié d’un local sans rideau et non raccordé au réseau électrique à Hammadi.
Ou encore cette autre de Zemmouri qui n’a même pas eu la chance de visiter son local à cause de l’isolement du site. Outre cela, d’autres femmes déplorent le manque de moyens matériels au niveau des centres de formation.

Source Infosoir R.K.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires