Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 09:16

Trois matchs, deux buts et un point au compteur.

ballon de football

 

Tel est le bilan de la participation algérienne dans cette 29e édition de la CAN.

Hier, les Verts ont pu sauver l’honneur en accrochant les Ivoiriens, donnés favoris pour le sacre final. Pour les Fennecs, il s’agit de tourner la page et de se préparer pour les prochaines échéances, en espérant que toutes les leçons et enseignements seront tirés du fiasco en terre sud-africaine.

- Halilhodzic : «C’est fatiguant de gérer la sélection algérienne»

- Zidane pour remplacer Vahid ?

Même si le match a débuté sur un rythme très lent, les Algériens se sont offert la première grosse occasion d’ouvrir la marque. Soudani se déjoue d’Ismael Traore, ce qui a poussé ce dernier à commettre la faute dans la surface de réparation. Sans hésitation, l’arbitre de la rencontre désigne le point de penalty. Boudebouz se charge d’exécuter la sentence, mais la chance semble toujours tourner le dos aux Verts, puisque le Sochalien a envoyé le ballon sur le poteau gauche du gardien de but, Yeboah (7’). Il a fallu attendre la 16’ pour enregistrer la riposte des Ivoiriens. Mauvais dégagement de la défense algérienne, mais Salomon Kalou n’a pas profité de la situation, alors qu’il se trouvait dans une position idéale. Une minute plus tard, Boudebouz offre une balle en profondeur à Soudani, qui a failli tromper l’arrière-garde des Eléphants. Didier Drogba a exécuté un coup franc à l’entrée de la surface de réparation, qui a donné des sueurs froides aux Algériens (27’). Son ballon a effleuré le poteau gauche d’un M’Bolhi admiratif. C’est au tour de Wilfried de se montrer dangereux. A la conclusion d’une action collective, son tir n’a toutefois pas inquiété le portier algérien (36’). Les deux équipes ont rejoint les vestiaires sur un score vierge. Après la pause, Belkalem était à deux doigts d’ouvrir la marque. Boudebouz effectue un centre impeccable où il a trouvé la tête du joueur kabyle, malheureusement pour ce dernier, il a mal ajusté son essai (47’). Toujours aussi entreprenants, les Verts ont poussé les défenseurs ivoiriens à la faute. Ils ont obtenu un deuxième penalty suite à une main de Boka dans la surface de réparation. Feghouli, contrairement à Boudebouz, n’a pas tremblé. Il a, ainsi, ouvert la marque en faveur des Verts (64’). Libérés, les Algériens sont de plus en plus à l’aise et suite à un contre, Feghouli adresse un centre au point de penalty où Soudani était là pour reprendre imparablement le cuir de la tête. Une belle action collective qui a permis à l’ex-Chélifien de tromper le gardien de but ivoirien (70’). Alors que l’on se dirigeait vers une victoire des Algériens, les Eléphants se réveillent et réussissent à égaliser en moins de trois minutes. D’abord, grâce à l’inévitable Drogba qui a pris le dessus, dans les airs, sur Halliche pour reprendre un ballon et le mettre au fond des filets (77’), avant d’être imité par Wilfried dont le tir, dévié par Mesbah, a trompé la vigilance du portier algérien (80’). Le même joueur a failli ajouter un troisième but, mais il a trop dévissé ton tir (90’+1). Drogba aussi, dans les six mètres, a tiré mollement, ce qui a permis à M’Bolhi d’intervenir. C’est sur ce score de parité que l’arbitre a mis un terme à une rencontre, dont le résultat a finalement arrangé les deux équipes, même si l’Algérie était à deux doigts de réussir un retentissant exploit devant le favori en puissance de ce tournoi.

Dj. O.

Fiche technique

Royal Bafokeng Stadium (Rustenburg). Temps chaud (34°). Affluence faible. Pelouse en bon état. Arbitrage de Otoga Castane (Gabon), assisté de Ogbamariam Anghessom (Eritrea) et Salifu Malick Alidu (Ghana).

Buts : Feghouli (64’ s.p), Soudani (70’) Algérie – Drogba (77’), Wilfried (80’) Côte d’Ivoire

Avertissements : Lacen (25’) Algérie – Lolo (63’) Côte d’Ivoire

Equipes :

Algérie : M’Bolhi, Mostefa, Mesbah, Belkalem, Halliche, Lacen, Boudebouz (Feghouli 62’), Lemmouchia (Tedjar 87’), Slimani, Guedioura, Soudani (Kadir 82’)

Entraîneur : Halilhodzic

Côte d’Ivoire : Yeboah, Lolo Igor (Eboué 86’), Boka, Kolo Toure, I. Traore, Romaric (Ya Konan 46’), A. Kone, AbdoulRazak (Zokora 90’+2), Drogba, B. Wilfried, Kalou

Entraîneur : Lamouchi

Source Infosoir

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires