Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 08:04

L’Algérie s’incline face à l’Eire (3-0) :

 

Trop de lacunes pour un mondialiste

eire-algerie-2.jpg

 

Hier soir à Dublin, les Verts ont raté leur sortie face aux joueurs de Trapattoni. Le score (3-0) en faveur des Irlandais ne souffre aucune contestation. Les joueurs de Rabah Saâdane, fatigués par deux semaines de stage en altitude, ne sont pas parvenus à tenir le rythme irlandais et se sont inclinés pour la quatrième fois de suite.

Irlandais et Algériens ne partagent pas seulement les mêmes couleurs, le vert et le blanc, ils sont également accompagnés d’une ferveur populaire sans égale. Dans un stade champêtre, les deux camps de supporters ont rivalisé au moment des hymnes, les Fennecs s’imposant ensuite dans les tribunes au son de « One, two, three, viva l’Algérie ». Sur le terrain, ce sont pourtant les hommes de Giovanni Trapattoni qui prirent l’ascendant à la demi-heure de jeu. Sur un coup franc tiré par Liam Lawrence, Paul Greene, seul devant le but, reprit de la tête et offrit un avantage à des Irlandais solides mais sans idée dans le jeu (31’). Quelque part, en vue des rencontres contre l’Angleterre puis les Etats-Unis en Afrique du Sud, c’est exactement ce qu’était venu chercher Saâdane.

Les coéquipiers du capitaine Mansouri s’étaient déplacés à Dublin pour se frotter à l’engagement et à l’impact irlandais, ils n’ont pas été déçus. Et ce sera un des points positifs de la soirée d’hier, ils y ont même plutôt bien répondu en début de match même si la défense, expérimentale en raison des absences de Madjid Bougherra et de Antar Yahia, fut souvent prise dans son dos par les appels de Keane et Doyle. Le début de partie algérien a été séduisant, le premier quart d’heure du moins. Ziani et ses coéquipiers ont semblé en jambes monopolisant le ballon. Mais rapidement, le déficit physique a été criant, le stage de quinze jours en altitude, à Crans-Montana (Suisse) se faisant logiquement sentir.

Le staff technique s’en doutait et avait dans cette optique renforcé son milieu de terrain avec trois joueurs à vocation défensive, Lacen se situant à la pointe de ce triangle, Mansouri se décalant à droite, tandis que Belhadj, très actif, prenait le côté gauche. La charge d’animer le jeu était dévolue à Karim Ziani, posté en numéro dix, Saâdane cherchant vraisemblablement un remplaçant à Mourad Meghni, forfait pour le Mondial. Sauf que le milieu de Wolfsburg, volontaire mais à court de compétition, est moins un organisateur qu’un joueur de rupture. Le sélectionneur l’a compris et, à la mi-temps, a réajusté son milieu de terrain sur une même ligne, Ziani prenant le couloir droit, le duo Lacen-Mansouri s’installant dans l’axe.

Saâdane n’eut pas le temps de vérifier si cette option était payante, l’Irlande doublant la mise dès la reprise. Sur un centre anodin de Damien Duff, Chaouchi, pourtant vigilant jusque-là, manqua sa sortie, dont profita Robbie Keane pour tenter et réussir un lob (52’). La suite fut, sur le plan physique, un calvaire pour les Algériens qui perdirent de nombreux ballons, à l’exception de Mehdi Lacen, très bon en régulateur. L’addition aurait pu ainsi être plus lourde sans une intervention de Chaouchi devant Keane (62’) puis sans l’aide du poteau du gardien algérien (63’). Guedioura aurait pu réduire la marque mais sa tête fut repoussée par la barre de Westwood (83’). Ce sont au contraire les Irlandais qui inscrivirent un troisième but sur un penalty, litigieux de Keane, après une faute de Mesbah (85’). Malgré les performances de Belhadj, Mesbah, Halliche et Lacen, l’Algérie inquiète à quinze jours de débuter le Mondial.

Source El Watan J.F.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires