Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 08:21

La baisse des importations de véhicules continue sa chute depuis la suppression du crédit automobile en juillet 2009 par la loi de finances complémentaire (LFC 2009).

ds3s2000

 

Pour les huit premiers mois de l'année, les 34 concessionnaires représentant différents constructeurs n'ont introduit sur le marché national que 219.365 véhicules neufs, contre 266.513 véhicules à la même période en 2009. La baisse des importations est importante : 17,69%, selon le Centre national de l'informatique et des statistiques (CNIS) des Douanes. Ainsi, la facture des importations de véhicules neufs recule de 208,26 milliards de dinars durant la même période, alors que durant les huit premiers mois de 2009, l'Algérie avait importé des voitures pour une valeur de 266,54 milliards de dinars.
Les 34 concessionnaires présents sur le marché algérien des véhicules (industriels, de transport et de tourisme) ont importé, de janvier à fin août dernier, 206.014 véhicules, représentant une valeur de 188,54 milliards de dinars. En 2009, les mêmes concessionnaires avaient introduit sur le marché national 254.093 véhicules, représentant un montant global de 249,78 milliards de dinars, soit une baisse de 18,92%.
La chute des importations de véhicules par les concessionnaires entre 2009 et 2010 donne déjà un aperçu du drastique coup de frein donné par les autorités aux importations, celle des véhicules étant parmi les secteurs les plus touchés par la LFC 2009. En fait, la baisse des importations de véhicules neufs par les concessionnaires est le résultat direct de la suppression des crédits à la consommation, dont le crédit automobile par la LFC 2009. L'article 75 de la LFC 2009, reconduite pour 2010, stipule que «les banques ne sont autorisées à accorder des crédits aux particuliers que dans le cadre des crédits immobiliers». Selon une source proche des milieux bancaires, le montant des crédits à la consommation qui avaient été accordés par les banques avoisinait les 90 milliards de dinars, alors que celui de l'immobilier, en dépit d'une très forte demande sur le logement, n'avait atteint que les 140 milliards de dinars. Pour le gouvernement, qui estime, selon les mêmes sources, que le crédit à la consommation, dont celui pour l'acquisition d'un véhicule neuf, n'a pas de valeur ajoutée, même s'il était très prisé par les citoyens, la suppression de ces crédits a un objectif cardinal : orienter les banques vers le crédit immobilier, à très forte plus value financière, mais également politique, dès lors que les citoyens ont accès à des sources de financement de leurs logements.

Pour autant, les importations de véhicules par les particuliers ont quant à elles enregistré une hausse de 7,50%, passant à 13.351 véhicules, représentant une valeur de 19,71 milliards de dinars pour les huit premiers mois de 2010, contre 12.420 véhicules pour 16,76 milliards de dinars à la même période en 2009.

Source Le Quotidien d’Oran Yazid Alilat

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires