Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 07:10

Importations: la cote d'alerte

port alger commerce

Près de 10 milliards de dollars ont été dépensés en 2011 pour garantir la nourriture des citoyens.

Pour s'équiper et garantir la paix sociale, le gouvernement n'a pas hésité à sortir son chéquier tout au long de l'année écoulée. Ce sont alors les importations qui se sont envolées alors que la manne financière du pays aurait dû profiter à la production locale comme n'ont pas cessé de le réclamer les opérateurs économiques. L'une des dernières mauvaises nouvelles de l'année est parvenue des Douanes.
Les importations ont atteint le seuil effarant de 46,45 milliards de dollars. Ce sont 6 milliards de dollars de plus que l'année 2010.
Pour l'instant, le pays arrive encore à couvrir cette lourde facture, mais les incertitudes pèsent sur l'avenir si le prix du baril du pétrole allait dégringoler.
En 2011, les exportations ont atteint 73,3 milliards de dollars, mieux que l'année d'avant lorsqu'elles n'étaient que de 57 milliards.
C'est la seule performance économique car tous les autres indicateurs sont au rouge surtout lorsqu'il s'agit de se pencher sur l'appareil de production qui n'arrive pas à garantir des produits de bonne qualité et en quantité suffisante pour la population. Pour nous soigner, on fait appel à l'importation de médicament, et pour la nourriture, des bateaux entiers fournissent le marché en céréales et autres denrées comme l'huile et le sucre.
La sonnette d'alarme est tirée depuis longtemps. Même le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, ne cesse de rappeler que l'heure est grave devant un taux si élevé de dépendance vis-à-vis de l'étranger. Pour expliquer l'envolée des importations, il faut garder en mémoire que les plans d'investissement en Algérie font appel à des importations de toutes sortes d'équipements. En outre, les augmentations des salaires des travailleurs boostent la consommation, ce qui crée nécessairement des besoins plus importants en produits importés.
Analysant la structure des importations, les Douanes constatent qu'à l'exception du groupe des biens d'équipements industriels qui a enregistré une légère baisse (0,43%) à 15,7 milliards de dollars, tous les autres groupes ont connu des hausses. La plus importante d'entre elles, de 61%, a été enregistrée par le groupe alimentation pour un montant de 9,75 milliards.
Les autres groupes ont également connu des hausses: il s'agit de celui des demi-produits avec 1,76 milliard. L'augmentation étant d'un quart. Les biens de consommation non alimentaires sont établis à 7,27 milliards avec une augmentation dans la même proportion que pour les demi-produits. Même les biens d'équipements agricoles n'ont pas échappé à la règle avec 382 millions de dollars, soit une hausse de 12%.
Il faut ajouter à cela l'importation de véhicules qui reste toujours un poste important puisque l'industrie locale est absente dans ce secteur.
Ces déficiences font le bonheur de nos fournisseurs. La France occupe toujours la 1re place dans nos importations avec 7,03 milliards de dollars. Elle est suivie de l'Italie avec 4,61 milliards de dollars. Puis vient la Chine avec 4,58 milliards de dollars. Elle est devant l'Espagne avec 3,32 milliards de dollars et l'Allemagne (2,50 milliards de dollars).
En 2011, les cinq principaux clients de l'Algérie étaient les USA (15,24 milliards), l'Italie (9,88 milliards), l'Espagne (7,18 milliards), la France (6,61 milliards), et les Pays-Bas (5,12 milliards).
Ces données tombent au moment où l'Algérie tente de renégocier son Accord d'association avec l'Union européenne pour protéger sa production.
D'ailleurs, la répartition par régions économiques montre que les pays de l'UE restent toujours les principaux partenaires de l'Algérie, avec 52,12% des importations et 49,45% des exportations.
Par rapport à 2010, les importations en provenance de l'UE ont connu une hausse de 16,94%, passant de 20,7 milliards à 24,21 milliards alors que les exportations de l'Algérie vers ces pays ont augmenté de 8,29 milliards (+22,58%).
Depuis des années le gouvernement affiche l'ambition de réduire les importations, mais force est de constater que c'est le contraire qui se produit.
Avec parfois des surfacturations importantes, comme ne cesse de le répéter le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbès.
Certaines importations sont incompressibles. C'est-à-dire que le gouvernement ne peut faire des économies sur les fournitures en médicament ou sur l'approvisionnement du marché en produits alimentaires sans risque de révolte sociale.
C'est ce qui laisse présager que la facture des importations sera toujours aussi salée en 2012.

Source L’Expression Ahmed Mesbah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires