Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 14:43

Ould Kablia sous-estime le poids des islamistes

urne transparente

«Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué !». C'est l'expression utilisée par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales pour réitérer «l'exception algérienne», et rassurer quant à la montée des islamistes en perspective des prochaines élections législatives.

S’exprimant sur les ondes de la chaîne III, Daho Ould Kablia a estimé que «la comparaison avec d'autres pays n'est pas aussi probante», avançant pour cela la spécificité algérienne et les disparités qui séparent les différentes mouvances islamistes dans le paysage politique algérien. «L'Algérie a ses spécificités et ses valeurs sociétales qui ne ressemblent pas forcément à ce qui existe ailleurs où les votes ont sanctionné des politiques plutôt que des valeurs,  donc nous restons sur la réserve (…)  les observateurs savent bien que les partis islamistes ont des idées et des convictions tout à fait différentes, des ambitions pas doctrinales mais de personnes, donc  qui va se placer sous la tutelle de l'autre», a argumenté le ministre de l'Intérieur, pour dire que la menace islamiste n'a pas lieu d'être. Et de rassurer que les animateurs du parti dissous ne seront pas autorisés à créer leurs propre formation politique, a clairement signifié le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales. Pour cela, Daho Ould Kablia a brandi les dispositions de l'ordonnance 06-2006 portant Charte pour la paix et la réconciliation nationale qui interdit toute activité politique à «ceux qui sont impliqués dans des violences et actes séditieux durant la tragédie nationale». Exception faite cependant de «certains animateurs du parti dissous qui jouissent toujours de leurs droits civils». Cette catégorie (de militants) selon le ministre, «peut figurer parmi d'autres formations politiques» non sans conditions puisqu'ils ne peuvent postuler en tant que membres fondateurs et ne peuvent aucunement créer leur propre parti.

«Il y aura des études au cas par cas», a-t-il précisé, expliquant que des enquêtes seront menées par les trois corps de sécurité, à l'issue desquelles il sera statué sur l'éligibilité de ces personnes à figurer parmi les nouveaux partis politiques. A ceux qui menacent de créer des partis à l'extérieur du pays, Ould Kablia a rassuré qu'«il n'aura aucune répercussion sur la vie à l'intérieur du pays». Par ailleurs, Ould Kablia a expliqué que les agréments de nouveaux partis politiques se feront au profit d'une «dizaine ou douzaine» remplissant les conditions requises.

«Il y a une vingtaine de partis qui ont soumis des dossiers plus ou moins complets, mais il y a une dizaine qui a plus de chance, compte tenu du nombre d'adhérents, et le nombre de fondateurs qui parrainent la création de ces partis, des personnes dignes de foi, il y a également la présence de femmes», a renchéri Daho Ould Kablia.

Ce dernier a expliqué que les agréments seront octroyés en fonction de la qualité des dossiers «quitte à en délivrer une cinquantaine».

«Il s'agit de la qualité des dossiers, si les dossiers correspondent aux dispositions de la loi actuelle qui n'est pas encore promulguée, mais nous nous inspirons de son esprit, nous les acceptons sans problèmes», a expliqué le ministre, annonçant dans la foulée que ladite loi sur les partis sera promulguée incessamment, soit après sa signature par le président Bouteflika. Rassurant en outre sur la mobilisation de l'administration pour assurer la neutralité du prochain scrutin, le ministre a annoncé que les législatives auront lieu entre le 1er et le 15 mai prochain et par soustraction, la convocation du corps électoral se fera durant la première quinzaine du mois de février prochain, soit après la clôture de la session d'automne au Parlement prévue le 2 février prochain.

Enfin, concernant les préparatifs des échéances électorales, Ould Kablia a annoncé qu'«il y aura 56 000 urnes transparentes le 11 janvier et 110 OOO autres fin février», ajoutant par là même la présence d'un grand nombre d'observateurs étrangers comme gage de transparence et de garantie pour «les éternels suspicieux».

Source Les Débats M. Ait Chabane

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires