Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 08:43

Les hôpitaux de nouveau menacés de paralysie.

sante hypertension

 

Les hôpitaux du territoire national risquent la paralysie suite à la grève illimitée des praticiens spécialistes de la santé publique qui débute aujourd'hui.

Cette fois c’est pour de vrai. Après le report de cette grève illimitée décidée dans un premier temps pour le 1er avril, les médecins spécialistes de la santé publique entameront un débrayage illimité à compter d’aujourd’hui, 15 avril, suite à l’appel du Syndicat national des praticiens de la santé publique (Snpssp).  Les praticiens spécialistes de la santé publique reviennent à la charge, avec la détermination de faire aboutir leur plate-forme de revendications jusque-là rejetée par la tutelle. Cette dernière qualifie les actions menées ou envisagées par cette corporation d’«illégales», du moment qu’elle «a répondu à toutes les revendications légitimes des médecins spécialistes de la santé», avait expliqué le ministre de la Santé, Djamel Ould Abbès.

Il précisera également que la révision du statut particulier, figurant en tête des revendications des spécialistes de la santé publique, «n’est pas à l’ordre de jour. On ne touche pas aux statuts particuliers». Une réponse qui, en vérité, est loin de dissuader les protestataires de revenir à la charge et de maintenir la pression jusqu’à la satisfaction de leurs doléances socioprofessionnelles. C’est du moins ce qui a été déclaré par le Snpssp qui ne montre aucune intention de jeter l’éponge. Cette action de protestation a été décidée suite à l’échec de plusieurs mouvements de contestation et des grèves cycliques de trois jours, observées durant les mois passés. Le manque d’égard et les menaces de retenues sur salaires brandies par le ministre de la Santé ont conduit les médecins spécialistes à durcir le ton de la protestation par le recours à une grève ouverte. Soulignons également le total désaccord entre les deux parties. Le ministre annonce avoir pris en charge toutes les revendications des protestataires alors que ces derniers avancent que «leurs revendications socioprofessionnelles sont légitimes» et que les actions décidées pour les faire valoir seront menées malgré les menaces et les rétorsions de la tutelle. Il convient de signaler, par ailleurs, que la tentative de conciliation organisée le jeudi 5 avril 2012 entre les deux parties, tutelle et syndicat, s’est soldée par un échec. Pire, le Snpssp estime que pour mieux signifier leur mépris envers les praticiens spécialistes de santé publique, les responsables du secteur ont pour la première fois domicilié cette réunion en dehors du ministère de la Santé, à l’Ecole paramédicale d’Hussein Dey. «L’exécutif s’est néanmoins présenté à cette réunion, mais a posé comme préalable la présence du ministre de la Santé, eu égard à la gravité de cette crise qui perdure», explique le Snpssp dans son communiqué. Et d’ajouter que le préalable ayant été refusé par les représentants du ministère, l’exécutif s’est retiré de la réunion.  Ainsi, la même source estime que le maintien du mot d’ordre de grève ouverte est le seul moyen laissé aux spécialistes de la santé publique pour se faire entendre et recouvrir leurs droits. En termes de revendications, les médecins spécialistes de la santé insistent notamment sur l’amendement du statut particulier qui est au niveau de la Fonction publique depuis mai 2011. Outre la suppression de la discrimination en matière d’imposition entre praticiens spécialistes et hospitalo-universitaires, ils réclament entre autres la révision du régime indemnitaire.

L’intersyndicale des professionnels de la santé exprime sa solidarité 

L’intersyndicale des professionnels de la santé, regroupant les différentes organisations syndicales du secteur et qui se veut  un espace de réflexion et d’échange ouvert à tous les partenaires sociaux relevant du secteur, a tenu exprimer, dans son communiqué, son soutien et sa solidarité aux praticiens spécialistes de la santé publique dans le cadre du conflit qui les oppose au ministère de la Santé et dénonce les mesures répressives prises à leur encontre.  L’intersyndicale appelle les pouvoirs publics à l’ouverture du dialogue et la prise en charge effective des revendications des protestataires.

Yasmine Ayadi

Partager cet article
Repost0

commentaires