Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 06:52

L'autre trésor que rate l'Algérie

Pyramide.jpg

Qu'attendent les ministres des Finances, du Tourisme et des Affaires étrangères pour passer à l'offensive?

Des dizaines de milliards de dollars provenant du tourisme, des centaines d'investisseurs capables de faire des miracles dans la création d'emplois, fuient les pays arabes en proie aux révoltes populaires comme l'Egypte, la Tunisie, la Syrie, la Libye et à un degré moindre le Yémen. Où vont tous ces millions de touristes, ces centaines d'entreprises? Dans des contrées plus stables politiquement et plus sûres économiquement.

Ces deux atouts sont dans les cordes de l'Algérie qui, justement jouit d'une double stabilité: économique et politique. En plus de ces deux arguments, l'Algérie croule sous les milliards de dollars, une denrée rare en ces moments de crise financière qui sévit en Europe. Il est arrivé à notre pays, comme ce chasseur qui ne sait plus quoi faire de la peau de l'ours qu'il venait d'abattre. Frileuse et sclérosée, l'Algérie passe à côté d'un trésor inestimable.

Que font les ministres des Finances, du Tourisme, de la Culture et des Affaires étrangères pour attirer les touristes et les entreprises qui quittent les pays arabes? Qu'attendent nos ambassades à l'étranger pour prendre attache avec ces entreprises et les convaincre à venir s'installer en Algérie? Les autres pays arabes l'avaient fait avec force et détails.

«Venez investir chez nous, venez faire du tourisme, nous avons la sécurité et la stabilité.» Tels étaient les slogans exhibés alors que l'Algérie était à feu et à sang durant la tragédie nationale et c'est de bonne guerre. Rien que pour le tourisme, le manque à gagner est immense pour l'Algérie. On a ressassé pendant longtemps des problèmes sécuritaires, puis un manque d'investissements mais ce n'est plus le cas à présent.

Le manque de compétences et de savoir-faire dans le domaine peut-être? Faux! répondront les experts du domaine. Ces derniers estiment que près de 20% du secteur touristique français sont en panne. Quand on sait que la France est le pays le plus coté sur le plan touristique dans le monde. Et détenir 20% du savoir-faire touristique dans le monde, n'est pas donné. L'on comprend alors que cet immobilisme tient d'abord à un manque de volonté politique, ensuite manque de compétence. «Il serait malheureux de ne pas profiter de cette situation qui sévit dans le Monde arabe pour ne pas faire revenir, faire redécouvrir la destination Algérie», regrette un ancien diplomate pour qui «le tourisme peut constituer le meilleur rempart contre l'islamisme».

Seulement voilà, attirer des investisseurs et assurer le retour des touristes, c'est du cousu main. C'est un travail de fourmi que nos responsables ne sont pas prêts à faire. On n'a jamais entendu parler de campagne d'incitation pour la destination et le marché algériens. Comme on n'a pas lu ou entendu dans les médias des actions qui font la promotion du produit et des atouts fort nombreux du pays. L'Algérie n'a jamais été aussi riche. Les réserves de change ont dépassé les 170 milliards de dollars, au moment où des pays quémandent quelques dollars pour maintenir la paix sociale.

L'Algérie est le deuxième pays arabe après l'Arabie Saoudite (485,48 milliards de dollars) et le 13e au monde en termes de réserves de change. Qu'est-ce qui empêcherait le gouvernement d'organiser ou à la limite d'encourager l'organisation de séminaires et de missions d'assistance. Des campagnes du genre: «Il est temps d'investir en Algérie. Investir en Algérie, c'est le moment ou jamais...», «Visitez la nouvelle Algérie..., vivez le soleil d'Algérie, etc.» Est-il difficile de préparer un argumentaire en plusieurs langues donnant de bonnes raisons pour attirer ces touristes et ces investisseurs. En d'autres termes, la destination Algérie doit se décliner en plusieurs étapes: trouver un slogan original pour motiver, définir un package attractif et enfin imaginer un plan d'action avec les moyens humains et financiers qu'il faut pour cela. Mais pour ce faire, il faut d'abord avoir une stratégie marketing.

Hélas, pour le moment, la seule stratégie économique du pays consiste à multiplier les programmes d'investissements publics qui ne profitent qu'aux entreprises étrangères et à maintenir en perfusion les entreprises nationales en y injectant des milliards de dollars. Tout compte fait, le pays n'a tout simplement pas de stratégie. Un terrible manque avec de terribles dégâts.

Source L’Expression Brahim Takheroubt

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires