Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 07:30

Un test de crédibilité des réformes en Algérie

  Eurodeputes alger

 

La demande des membres de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb du Parlement européen de dépêcher en Algérie des missions d’observateurs pour surveiller le déroulement des élections prévues en 2012 a été accueillie favorablement par les autorités algériennes. “C’est une demande que nous avons réitérée à chaque entretien que nous avons eu avec les parlementaires, le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères”, a souligné, hier, Mme Tokia Saïfi, membre de la délégation du Parlement européen, lors d’une conférence de presse au siège de la délégation de l’Union européenne, à Alger. Le président de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb du Parlement européen, M. Pier Antonio Panzeri, a indiqué avoir exprimé la disponibilité des parlementaires européens à participer “à une mission d’observation” lors des élections prévues en 2012. “La réaction était positive de la part des personnes rencontrées”, affirme
M. Pier Antonio Panzeri, soulignant que les membres du Parlement européen “sont fortement intéressés par le processus de réformes”.
M. Panzeri estime que “ce processus en cours de construction devra témoigner de l’ouverture démocratique de l’Algérie”. Ces réformes, selon lui, “représentent une opportunité historique à ne pas manquer”. Il semble que le chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika, est favorable à l’idée de faire appel aux observateurs internationaux, notamment ceux de l’Union européenne, lors des prochaines élections.
“Nous n’avons pas rencontré le président Bouteflika. Nous l’avons entendu de différents niveaux, du Premier ministre, des présidents des Chambres et ministre des Affaires étrangères”, a précisé Mme Tokia Saïfi, rappelant que le président de la République “l’a dit” au Commissaire européen en charge du voisinage et de l’élargissement. Les autorités algériennes n’ont formulé aucune demande officielle pour l’instant, mais pour les membres de la délégation, la présence des observateurs internationaux permettra aux élections de gagner en crédibilité. La délégation européenne a marqué sa disponibilité à mettre à la disposition de l’Algérie l’expérience de l’Union européenne et du Parlement européen, dans l’observation de processus électoraux. “Au-delà des spécificités de l’Algérie par rapport à la Tunisie, la Libye, l’Égypte et les autres pays arabes, le peuple algérien a besoin qu’il y ait des réformes profondes dans tous les domaines”, recommandent les membres de la délégation. “L’Algérie a tout intérêt à accepter cette mission d’observateurs car le prochain scrutin sera très important en termes de crédibilité de la volonté des autorités algériennes d’entamer des réformes profondes”, estime Mme Tokia Saïfi, précisant que ces observateurs ne viendront pas pour cautionner un processus qui ne serait pas transparent.
“S’il y a une demande des autorités algériennes d’une mission d’observation électorale de l’Union européenne, cela ne sera pas pour venir cautionner, les trois derniers jours, un scrutin dont on ne détient pas les tenants et les aboutissants”, insiste Mme Tokia Saïfi. Les membres du Parlement européen ont souligné l’importante responsabilité des parlementaires algériens dans ce processus de réformes. Lors de leurs entretiens, les membres du Parlement européen ont insisté pour que le projet de loi sur les associations, actuellement en cours de discussion au sein de l’Assemblée populaire nationale, garantisse la liberté d’association et assure leur financement dans un cadre transparent. Les associations “doivent pouvoir exercer leur mission d’utilité publique. La situation sécuritaire ne peut justifier un manque de proportionnalité entre l’application de la loi et ses objectifs”, estiment, dans un communiqué, les membres de la délégation. En ce qui concerne la participation des femmes à la vie politique, les membres du Parlement européen ont félicité les parlementaires algériens pour l’adoption de la loi. “Il faudra aller plus loin sur cette voie et rendre cette disposition réalisable et faisable pour pouvoir donner aux femmes les moyens de participer véritablement à la vie politique”, a indiqué M. Pier Antonio Panzeri. Les membres du Parlement européen estiment que le code de la famille devrait permettre une réelle égalité des genres tout comme l’adoption de mesures incitatives pour l’emploi. Sur un autre plan, les membres du Parlement européen ont appelé de leurs vœux la réalisation d’une intégration régionale. M. Pier Antonio Panzeri a indiqué avoir évoqué avec ses interlocuteurs algériens la situation au Sahel.
Source Liberté Meziane Rabhi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires