Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 06:15

Pour mobiliser les citoyens contre la fraude et l'abstention aux prochaines législatives

elections algerie

 

L'échec des élections législatives du 10 mai 2012 pourrait précipiter l'Algérie dans une crise selon les leaders de certaines formations politiques qui ont décidé de participer à ce scrutin.

Les Algériens ne semblent pas manifester d'inquiétude outre mesure, à l'issue du scrutin du mois de mai. Pour la plupart d'entre eux, la vie continuera avec les aléas et les difficultés qu'ils ont eu à affronter jusqu'à ce jour (flambée des prix des produits de consommation de base, des viandes, des fruits et légumes...).
Des élections, ils en ont connu: sous l'occupation française, l'époque du parti unique, puis celle du multipartisme jusqu'à aujourd'hui. Les rumeurs de fraudes avérées ou pas, ils ont en tellement entendu au point où la majorité d'entre eux ont manifesté une certaine aversion pour les urnes.
65% des inscrits ont décidé de ne pas voter. Une preuve que l'Algérie avance inexorablement sur le chemin de la démocratie. L'affaire de la prétendue manipulation du fichier électoral qui concernait l'inscription de militaires hors des délais fixés par la loi a constitué une opportunité pour jeter le doute sur le bon déroulement du scrutin du 10 mai. Les responsables de parti n'ont pourtant pas attendu ce qui est désormais une parenthèse depuis que le directeur général des libertés publiques et des affaires juridiques au ministère de l'Intérieur, Mohamed Talbi, a rejeté mardi ces accusations sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, pour émettre des doutes sur la transparence des prochaines élections législatives.
Dans un entretien téléphonique accordé à l'Expression, publié le 28 décembre 2011, le patron du Mouvement de la société pour la paix a ainsi répondu au secrétaire général du Front de libération nationale qui a prédit un taux compris entre 35 et 40% pour les islamistes. «De telles déclarations signifient qu'il y aura une fraude. Les élections ne sont pas une affaire de pronostics, mais elles expriment la parole du peuple lorsque celle-ci est respectée» a déclaré Bouguerra Soltani. Et d'ajouter: «Je vous avertis contre ces réflexes du parti unique qui réfléchit selon le principe des quotas. L'élection est une volonté du peuple et non pas de l'administration» avait-il averti.
Un pas en avant, deux pas en arrière, dirons-nous. Ceux qui ont décidé de se lancer à l'assaut du Palais Zighout Youcef avancent prudemment et avec une crainte non dissimulée de voir leur tentative faire chou blanc. Ils prennent même à témoin ceux dont ils sollicitent le suffrage et la légitimité: plus de 18 millions d'électeurs inscrits en 2007. Seront-ils nombreux à se rendre aux urnes? Cela dépendra en grande partie du degré de persuasion des candidats. Les tribuns ne manquent pas. Comment les choses se présentent pour l'instant? Les sorties médiatiques de ceux qui animeront la campagne électorale ne sont pas faites pour inciter les électeurs à se rendre en masse aux urnes. Et pourtant l'abstention est crainte comme la peste.
«Les élections législatives du 10 mai prochain constituent un virage décisif dans l'histoire de l'Algérie. Si on le rate, c'est l'abîme», a prévenu, mardi, la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, à l'occasion d'un meeting qu'elle a tenu à Lakhdaria dans la wilaya de Bouira. Le FFS «ne croira aux garanties avancées par les autorités qu'une fois le scrutin est passé», a indiqué, le premier secrétaire du Front des forces socialistes, Ali Laskri, dont la participation de son parti au scrutin du 10 mai, donnera probablement une autre saveur à ces élections législatives de 2012. Dans un meeting tenu à Tlemcen, le président du Front pour la justice et le développement, Saâd Abdallah Djaballah, avait appelé à «une révolution des urnes pour réaliser le changement auquel aspire le peuple». Cet appel sera-t-il entendu? Pas si sûr. la classe politique ne semble pas vouloir se remettre en cause pour comprendre le désamour que leur manifestent les citoyens blasés par la gestion et les promesses non tenues de leurs élus qui n'ont pas répondu à leurs attentes. L'opportunité leur est offerte dans deux mois pour faire peau neuve...

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires